Trente mélodies populaires de Basse-Bretagne (1931)/a-bezh

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche




Mélodies Populaires

de Basse-Bretagne



HENRY LEMOINE & Cie, Éditeurs
PARIS-BRUXELLES

Trente
Mélodies Populaires
de Basse-Bretagne
recueillies et harmonisées par
par
L.-A. BOURGAULT DUCOUDRAY
Traduction française en vers
par
FR. COPPÉE


————


Le recueil, sans accompagnement, prix : 10 fr.
Les Chants contenus dans ce recueil existent en séparé, prix : 1.50
Le recueil avec accompagnement, prix 40 fr.


————


PARIS — HENRY LEMOINE & Cie. Éditeurs
17, Rue Pigalle, (9e)
BRUXELLES, 37, boulevard du Jardin Botanique
Tous droits d’exécution, de reproduction et d’arrangements réservés pour tous pays.
Copyright 1931 by Henry Lemoine & Cie.
Imprimé en France

Madame et Monsieur E. CUEFF
Les Bardes Bretons de Pont-Aven

Note des Editeurs
————

Nous publions ici, sans les accompagnements et sans la préface, l’ouvrage très connu “Trente Mélodies Populaires de Basse-Bretagne” recueillies et harmonisées par Bourgault-Ducoudray, avec traduction française en vers par Fr. Coppée.

Nous avons pensé que cette édition réduite faciliterait la diffusion de ces belles mélodies dans tous les milieux.

Et afin d’y interesser plus specialement les Celtisants, nous avons chargé le barde E. Cueff, l’un des meilleurs interprêtes actuels de Chants Celtiques, d’en faire réviser le texte breton.

Paroles françaises, paroles bretonnes, musique, tout sera donc bien au point, dans ce petit volume.

Pour les musiciens qui s’intéressent tout spécialement à ces œuvres, nous croyons bien faire en leur recommandant de lire la très belle préface que Bourgault-Ducoudray a écrite en tête de son recueil avec accompagnement de piano, où en quelques pages magistralement traitées il analyse ces belles mélodies bretonnes, et en donne l’historique.

Enfin nous signalons aux professeurs de musique ou aux instituteurs que ces chants existent séparément, de façon que ceux convenant spécialement à la jeunesse soient mis à leur disposition.


————


VA DOUS ANNAÏG
MA DOUCE ANNETTE
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°1}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key bes \major
        \time 2/4
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Andantino}
        \compressFullBarRests
		\override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
            R1*2/4*8 | d'4^\markup {\italic{tendrement}} d8 ees | d4. c8 | bes ([ a ]) c bes | g4 ~ g8 r | d'4 c8 bes | \break
			c4 f | bes,4. a8 | g2 ~ | g4 ~ g8 r | g ([ a ]) bes c | d ees f g | d4. bes8 | \break
			bes4 ~ bes8 r | d4 g8 d | c4 bes | \times 2/3 { g4 a8 } bes4 ~ | bes ~ bes8 r | d4 d8 ees | \break
			d4. c8 | bes a c([ bes]) | g4 ~ g8 r | d'4 \times 2/3 { c4 bes8 } | c4 f | bes,4. a8 | g2^\fermata \bar "|." 
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Oh! deuît ga -- nen, va dous An -- na -- ïg, __
er c’hoâ -- jou d’o -- ber eun dro -- ig, __
da gle -- vet kân al la -- bou -- se -- di -- gou. __
Zo sta -- get d’o -- ber o nei -- ziou. __
Oh! deuît ga -- nen, va dous An -- na -- ïg, __
er c’hoâ -- jou d’o -- ber eun dro -- ig.
}
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #150
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}



I

Ma douce Annette, par ce beau soir,
Viens sur la lande nous asseoir,
C’est le printemps, et dans l’ajonc fleuri
Les oiseaux font déjà leur nid.
Ma douce Annette, par ce beau soir,
Viens sur la lande nous asseoir.


II

Mon ami Pierre, laisse ma main,
Je ferai seule le chemin.
Nul ne prend garde aux oiseaux du bon Dieu,
Mais l’on médit des amoureux.
Mon ami Pierre, laisse ma main,
Je ferai seule le chemin.


Per
 
 
 
 
 

Oh ! deuit ganen, va dous Annaïg,
Er c’hoâjou d’ober eun droïg,
Da glevet kân al labousedigou.
Zo staget d’ober o neiziou.
Oh ! deuit ganen, va dous Annaïg,
Er c’hoâjou d’ober eun droïg.


Annaïg
 
 
 
 
 


D’ober eun droïg me na zin ket,
Gant aoun da veza gourdrouzet ;
Va zad, va mam morse ne gavjont mat
Mont dre ar c’hoâjou da guzat.
D’ober eun droïg me na zin ket,
Gant aoun da veza gourdrouzet.


Per
 
 
 
 
 


Deut’ta neuze var al letounen
D’ober eun tam marvailhaden ;
Ni zistroio araog ma teuï an noz
Abred er gêr vel ar re goz.
Deut’ta neuze var al letounen
D’ober eun tam marvailhaden.


Annaig
 
 
 
 
 


Var al letounen me na zin ket
Gant aoun da veza disprijet ;
Ar gwal-deôdou a vije mall gantho
Dispen hor brud dre-oll er vro.
Var al letounen me na zin ket
Gant aoun da veza disprijet.


Annaig
 
 
Per
Annaïg ha Per
 


Eb mont d’ar c’hoâd na d’ar park leton
Unanomp mat hon diou galon :
Nemet ganez morse na zimezin !
— Ha me Annaïg a fell d’in !
— Eb mont d’ar c’hoâd na d’ar park leton
Unanomp mat hon diou galon.


————


Cette poétique mélodie est dans le mode hypodorien. La couleur agreste, le caractère de calme et de sérénité qui la distinguent ne sauraient être exprimés à un aussi haut degré par le mode mineur.

AN ADER
LE SEMEUR
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°2}
      \autoBeamOff
      \relative c'' {
        \clef treble
        \key des \major
        \time 6/8
        \partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Larghetto}
        \compressFullBarRests
        r8 | R2.*1^\markup {\bold{1}} | r4 r8 r4 aes8^\markup {\italic{à pleine voix et avec beaucoup d’ampleur}}| aes4 ees'8 ees4 f8 | f32 [(ees des16])~ des4 des8 r des | \break
        ees4 des8 ges4 f8 | ees4. ~ ees8 r ees | bes4 c8 des4 f8 | ees4. ees8 r des | c4 bes8 des4 c8 | \break
        bes4. ~ bes4 r8 | aes2.^\f | bes4 bes8 ees4 ees8 | aes,4 aes16 r des4.-^ | c4-^ c8-^ bes4-^ bes8-^ | aes2.^^ ~ | aes4 r8 r4 \bar "|."
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Pa strin -- kan had a ver -- niou
      Var zou -- ar an Ar -- vor, __
      A gleiz me wel me -- ne -- ziou
      a zeou me wel ar mor __
      A gleiz me wel me -- ne -- ziou
      a zeou me wel ar mor. __
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #150
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}


I

Pa strinkan had a verniou
Var zouar an Arvor,

A gleiz me wel meneziou
a zeou me wel ar mor.

Bis

II

Er bloaz a zeu’ vo bara
’Vit oll dud ar c’hontre

Ha greun aleiz da vaga
Oll laboused an Env

bis

III

Va c’huezen a ruilh founnus
Dindan an avel yen :

Na pebeuz gliz burzudus
Da drempa va zachen !

bis


I

Quand je sème à main pleine,
Sous le grand ciel d’hiver,
J’ai d’un côté la plaine,
De l’autre j’ai la mer !
J’ai d’un côté la plaine,
De l’autre j’ai la mer !

II

Pour l’an prochain je donne
Du pain à trois hameaux,
Tout en faisant l’aumône
A cent petits oiseaux

III

Sous la bise glacée
Je sue en cheminant ;
C’est la bonne rosée
Pour féconder mon champ

IV

Quand je sème à main pleine
Sous le grand ciel d’hiver
J’ai d’un côté la plaine
De l’autre côté la mer !


————


Le mode hypophrygien dans lequel est construite cette mélodie se distingue du majeur en ce que son caractère expressif a quelque chose de plus contemplatif et de plus inspiré. Le majeur dans sa terminaison présente toujours un sens fini ; l’hypophrygien, dépourvu de note sensible, ne conclut pas. Son sens reste comme suspendu ; par cela mème il se prête mieux que le majeur à l’expression de l’illimité et de l’infini.

PEBEUZ KELOU
O MON DIEU LA TRISTE NOUVELLE
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°3}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key a \minor
        \numericTimeSignature 
        \time 2/4
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Mesto}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
        R1*2/4*6| e8 a a4 | c8 e e d16([ c]) | b8 c e d16([ e]) | c8 b16([ a]) a8 gis | \break
		a4\fermata  r | e8 a a4 | c8 e e d16([ c ]) | b8 c e d16([ e ]) | c8 b16([ a ]) a8 gis | a2 ~ | \break
        a8 r c^\markup {\italic cresc.} d | e e g8. e16 | e8 d \breathe g g | e e d8. c16 | b4\fermata  r8. b16^\markup {\italic sans} | \break
        e8^\markup {\italic rigueur} [( d16 e ]) c [( a8.]) | c8 e e d16([ c ]) | b8 c e d16([ e ]) | c8 b16^\markup {poco rit.}([ a]) \override TupletBracket.bracket-visibility = ##f \tuplet 3/2 { a4 gis8 } | a2 ~ | a4 r \bar "|."  
      } 
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan"
    { 
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Pe -- beuz ke -- lou, si -- waz, va Dou -- e!
      e meuz hi -- rio re -- se -- vet
      Ma -- ri -- von -- ig va gwir ga -- ran -- te
      a gle -- van zo di -- me -- zet __
      Ma -- ri -- von -- ig, kaer -- ra bleu -- en
      Ar ya -- ouan -- kiz er vro -- ma.
     Oh! na __ me zo trist va fla -- ne -- den;
     va c’ha -- lon a venn ran -- na. __
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 70 4)
    }
  }
}


I

Pebeuz kelou, siwaz, va Doue !
E meuz hirio resevet
Marivonig va gwir garante
A glevan zo dimezet
Marivonig, kaerra bleuen
Ar yaouankiz er vro-ma
Oh ! na me zo trist va flaneden ;
Va c’halon a venn ranna.

II

Dre ama kement park a welan
A gomz d’in euz Marivon ;
O tremen ’kenver ar poul-kanna
’ Meuz het eur glac’har eston ;
’ Touez ar brugou hag al lanneg
Lec’h oun bet ken aliez,
Oh ! me meuz ranket vouela doureg
O sonjal e Monik kez.

III

Kenavo brema da virviken,
Va mignoned a Blestin ;
Evit diwaska ker braz anken
Me zaï pella ma c’hellin ;
Eur bod brug hag eur bod balan
’ Meus troc’het er parkeier
E koun an durzunel a garan
Siouaz ! ’baoue keït amzer.


I

O mon Dieu ! la triste nouvelle,
Tout a l’heure j’ai reçue !
Mon amour, ma douce amie,
Je ne l’aurai jamais plus !
Ma maitresse se marie
Que j’aimais si tendre.ment.
Hélas ! hélas ! ah ! quand j’y pense,
De douleur mon cœur se fend.

II

Par ici tout me parle d’elle
Et tout me fait mal â voir.
J’ai senti mes yeux pleins de larmes
En passant près du lavoir.
Je ne peux plus voir la lande
Où tous deux avons passé.
Hélas ! hèlas ! et l’aubépine
A l’odeur de son baiser.


III
Bonnes gens et vous, gens de marque
De la paroisse de Plestin
Adieu donc, trop lourde est ma peine
Je m’en vais plein de chagrin
Afin qu’il me la rappelle
J’ai coupé le genêt d’or.
Hélas ! hélas ! pour qu’il demeure
Sur mon cœur jusqu’â la mort.



————


Cette mélodie est dans le mode mineur. Au point de vue du rythme elle offre ceci de remarquable que sur les quatre membres de phrases dont elle se compose, il y a trois membres de cinq mesures.

KENAVO D’AR YAOUANKIS
ADIEUX À LA JEUNESSE
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°4}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key e \minor
        \numericTimeSignature 
        \time 2/4
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Moderato}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
        R1*2/4*6| \stemDown b'8 a b cis | d4 b | \stemNeutral a g8 r | \stemDown b a b cis | \break
		d4 b8([ a]) | b4 ~ b8 r | b a b cis | d4 b | \stemNeutral a g8 r | \stemDown b a b cis | \break
		d4 b8([ a]) | b4 ~ b8 r | b^\markup {\italic doux} a b cis | d([ b]) cis([ a]) | b4 ~ b8 r | \break
		b4 b8 c! | \stemUp b4 a | a8 g fis \breathe g | b^\< ([ a ]) g fis\! | e4^\> \breathe fis8 g\! | a4 b8^\markup {\italic dimin.} g | \break
		fis4 r | \stemNeutral b b8 cis^\< | d4 b | a \breathe fis8 [( g\!  )] | a4 b8 [( a )] | g4.^\>^\markup {poco riten.} fis8\! | e2\fermata  \bar "|."  
      } 
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan"
    { 
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Ar yaou -- an -- kis zo eur bo -- ked
      Kaer -- ra hi -- ni zo er bed __
      Ar yaou -- an -- kis zo eur bo -- ked
      Kaer -- ra hi -- ni zo er bed __
      Kaer -- ra hi -- ni zo er bed __
      Pa deuï an oad, hag e teui -- o O ié
      tra la la la di -- ra la di ra
      Ar bo -- ked a c’hoen -- vo di -- za -- le c’hui we -- lo.
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 70 4)
    }
  }
}


I

Ar yaouankis zo eur boked
Kaerra hini zo er bed

Bis

Kaerra hini zo er bed
Pa deuï an oad, hag e teuio
O ié tra la la la di ra la di ra
Ar boked a c’hoenvo
Dizale c’hui welo.

II

Ar yaouankis zo eun unvre
Da frealzi an ene

Bis

Da frealzi an ene
Dizale c’hui a zihuno
O ie tra la la, la di ra, la di ra.
Ha, siouas, a ranko
Poania ’vit mont en-dro.


I

Quand jeunesse vient d’éclore,
Elle est comme un beau bouquet,
Quand jeunesse vient d’éclore,
Elle est commne un beau bouquet.
Elle estcomme un beau bouquet.
L’âge bientôt arrivera, O ié
tra la la la di ra la di ra
Elle se flétrira, Mais pas encore.

II

La jeunesse dans sa grâce
Est comme un bouguet d’un jour,
Est comme un bouquet d’un jour
Quand le moins on y songera,
O ié tra la la la dira la dira
Elle s’effeuillera
Au vent qui passe.


————


La première partie de cette mélodie est dans le mode hypolydien avec terminaison sur la médiante (variété syntono-lydienne).

Dans la seconde partie, quand apparaît l’ut naturel, la mélodie change de mode et sa terminaison se fait une quinte au-dessous sous une tonique hypodorienne. Il est à remarquer que dans le deuxième membre de cette seconde période, l’ut dièse reparaît : cette note étrangère au mode hypodorien produit une modulation passagère et un rappel de la modalité hypolydienne qui donne à la conclusion une grande impression de fraîcheur.

Si on analyse cette mélodie au point de vue rythmique, on rencontre dans la première partie deux phrases de six mesures qui se décomposent chacune en deux membres de trois mesures ; le deuxième membre de la seconde phrase se répète deux fois. La seconde période se compose de deux phrases : l’une de sept mesures, l’autre de six mesures.

KAONV D’AR YAOUANKIS
LAMENTATIONS


N°5

KAONV D’AR YAOUANKIS
LAMENTATIONS
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°5}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key a \minor
        \numericTimeSignature 
        \time 6/8
        %\partial 8*4
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Allegro}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
        R1*6/8*6 | r4^\markup {SOLO} d8^\markup { \italic{bien rythmé}} d4 d8a'4 a8 c4 b8 | a4 g8 c4 b8 | a2. | g4.( \grace{\stemUp a16 [ g ]) } \stemNeutral f4 d8 | \break
        e2. | r4 d8 d4 d8 | a'4 a8 c4 b8 | a4 g8 c4 b8 | a2. | g4. (\grace{\stemUp a16 [ g ]) } \stemNeutral f4 d8 | e2. | \break
	a2.^^^\markup {CHŒUR} ~ | a4. \stemUp bes4 a8 | g4 g8 f4 e16 [( f )] | g2.^^ | f4 f8 e4 d8 | d2. | \break
	a'2.^^ ~ | a4. bes4 a8 | g4 g8 f4 e16 [( f )] | g2.^^ | f4 f8 e4 d8 | d2. \bar "|."  
      } 
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan"
    { 
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      An dud yaou -- ang pa zi -- me -- zont
      na ou -- zont ket pe -- tra’ re -- ont
      An dud yaou -- ang pa zi -- me -- zont
      na ou -- zont ket pe -- tra’ re -- ont.
      Ah! __ pe -- beuz tris -- ti -- di -- gez!
      Ah! pe -- beuz ka -- lou -- nad!
      Pa __ dre -- men ar yaou -- an -- kis, e -- chu an am -- zer vat!
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 140 4)
    }
  }
}


Quand une fille se marie
Elle ne sait ce qui l’attend
Pleure ma camarade, pleure ton beau printemps (bis)

On croit que l’or tombe des arbr’
Et que les feuilles sont d’argent
Pleure ma camarade, pleure ton beau printemps (bis)

J’ai su depuis q’uon se condamne
A travailler bien rudement
Pleure ma camarade, pleure ton beau printemps (bis)

Je sais qu’il faut recevoir même
Un coup de pied de temps en temps
Pleure ma camarade, pleure ton beau printemps (bis)

Qu’il faut filer sa quenouillée
Et de son pied bercer l’enfant
Pleure ma camarade, pleure ton beau printemps (bis)

Et s’en aller, qu’il pleuve ou gèle
Avec les linges a l’étang
Pleure ma camarade, pleure ton beau printemps (bis)



I

An dud yaouang pa zimezont
Na ouzont ket petra ’ reont

bis

(Diskan)

Ah ! pebeuz tristidigez ! Ah ! pebeuz kalounad !
Pa dremen ar yaouankis, échu an amzer vat !

II

Kredi a reont, an dudou kez,
E kuez an aour a veg ar gwez

bis

III

Pa dal eo red atao poania
Alies ’vit gounid netra.

bis

IV

Kredi a reont gant karantez
E rener mat eun tiegez,

bis

V

Pa dalv karantez eb labour
Na c’hounit ket eur banne dour.

bis

VI

Mignoned, abars dimezi
Klozit eul liorz ’tal ho ti.

bis

VII

C’hui lako ennhan bep eil tro
Goude ’n eured tri bod c’huero,

bis

VIII

Bod nec’h a ziou, bod klem a gleiz
Ha bod ran-galon en ho c’hreiz.

bis

IX

Tro-var-dro greun pasianted,
Ha mont alies d’ho guelet ;

bis

X

D’ho doura mat, dour a vezo,
Euz ho taoulagad e kuezo.

bis

XI

Setu va son, brema, va zud,
Ervez ho c’hoant, klaskit ho klud.

bis


————


La première phrase de cette chanson est construite dans le premier mode du plain-chant avec si naturel (mode de l’Ave maris Stella),

La seconde phrase, servant de refrain, dans laquelle apparaît le si bémol, est dans le mode hypodorien.

Cette mélodie, qui est composée de deux phrases de six mesures, a un grand caractère ; le refrain surtout présente dans sa concision, une intensité d’expression remarquable.

AR BOUTAOUER
LE SABOTIER
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°6}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key bes \major
        \numericTimeSignature 
        \time 2/4
        %\partial 8*4
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Allegro}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #1
        R1*2/4*2 | r4^\fermata r8^\markup{SOLO}^\mf f8^\markup { \italic{très gai et bien rythmé}} | f bes bes bes | c bes bes4 | c^\f^\markup{CHŒUR} d8 bes | c4^> bes8 bes^\mf^\markup{SOLO} | \break
    bes d c bes | a g f4 | f^\markup{CHŒUR}^\sf_> f8 f | g^!^- a^!^- \stemUp bes^!^- r | \stemNeutral c4^^ d8 bes | c4^> bes \bar "|." 
      } 
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan"
    { 
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Se -- la -- ouit ka -- na me ho ped
tran -- lar -- di -- re -- no
Eur zo -- nig ne -- vez kom -- po -- zet
Tran lar di ra lan la
Tran lar di re -- no
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 120 4)
    }
  }
}


I


Selaouit kana, me ho ped
(Diskan) Tranlardireno
Eur zonig nevez-kompozet
(Diskan)
Tranlardira lan la
Tranlardireno

II

Savet eo d’eur boutaouer-koad
En deuz eul lochen ’ kreiz ar c’hoad

III

Eul lochennig a zo toet
Gant gwiad-kivnid ha moget

IV

Erru Marjân da gass meren :
— E p’lec’h ema ar vinojen ?

V

— It doun er c’hoad, va berjelen,
Ha c’hui glevo trouz an esken.

VI

Ha c’hui glevo gant plijadur
Ar parer hag an daladur

VII

Deut’ta, Marjan, rag me meuz naoun
Gant va dekved botez emaoun

VIII

Deut’ta, Marjan, sec’hed emeuz ;
Guel ha pemp litrad chist e peuz

IX

Ar boutaouer var e labour
N’eo ket e poan da lounka dour

X

Disul pa zaïmp d’an ofern-bred
Gant gwin ni dorro hon sec’hed

XI

Gant bep seurt gwin ha ruz ha guen
Karget beteg bord ar veren

XII

Ha da bardaez o tont d’ar gêr
Ni gano sôn ar boutaouer.


I

Ecoutez, amis, écoutez,
(Choeur). Tranlardireno
Un sône tout frais composé
(Choeur) Tranlardira lan la
Tranlardireno

II

C’est un sabotier qui l’a fait,
Tranlardireno
Et qui loge dans la forêt,
Tranlardira lan la, tranlardireno

III

La fumée noircit les parois tr…
De sa cabane au fond des bois tr…

IV

Et elle est toute tapissée tr…
Par les cheveux des araignées tr…

V

« Comment lui porter son diner ? tr…
Je ne sais chemin ni sentier » tr…

VI

« Bonne femme passez par lâ, tr…
De loin sa scie vous guidera. tr…

VII

Sa scie, sa hache et son paroir tr…
Qui font bravement leur devoir. » tr…

VIII

Le sabotier est â siffler tr…
Avec son chapeau de côté tr…

IX

« Qu’apportes-tu pour le diner tr…
Que je l’aide à te décharger ? tr…

X
Je n’ai pu l’apporter ce soir tr…
Qu’une galette de blé noir. » tr…

XI

Nous serons plus riches bientôt tr…
Quand j’aurai vendu mes sabots tr…

XII

Ma douce, et dimanche prochain tr…
Nous aurons du lard et du vin tr…


————


Cette chanson de danse, qui est dans le mode majeur, présente une construction rythmique dont on trouve de fréquents exemples dans l’antiquité. Des cinq membres de deux mesures qui la composent, le premier et le second, en s’appariant, répondent symétriquement au quatrième et au cinquième, également appariés ; tandis que le troisième membre, dépourvu de pendant, n’en trouve aucun auquel il puisse s’unir.

Ce membre « célibataire » s’appelait chez les anciens mesodicon, et la strophe qui le renfermait portait le nom de période mésodique.

SILVESTRIK
SILVESTRIK
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°7}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key f \minor
        \numericTimeSignature 
        \time 2/4
        %\partial 8*4
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Molto moderato}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #1
        R1*2/4*7 | r4 c4 | f4. f8 | aes4 c | c8.([ bes16]) aes8 g | f4 aes8([ g] ) \break
        f4 e | f2 ~ | f8 r c4 | f4. f8 | aes4 c | c8.([ bes16]) aes8 g \break
        f4 aes8([ g]) | f4 e | f2 ~ | f8 r aes^\markup { \italic{risoluto}} ([ bes]) | c4 ~ \tupletUp \tuplet 3/2 { c bes8 } | des4 c \break
        bes16([ c bes aes]) \tuplet 3/2 { aes8 r bes } | c4 ~ \tuplet 3/2 { c4 bes8^^ } | aes4^^ bes16([ aes g aes]) | g2 ~ | g8 r g([ aes]) \break
        bes4. aes8 | bes4 c | c8.([ bes16]) aes8 \breathe g | f4 aes8^^ [ g^^ ] | f4^^ e^^ | f2^^ ~ | f8 r r4 \bar "|." 
      } 
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan"
    { 
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      E -- tre cha -- pel Sant Ef -- flam ha to -- sen Me -- ne -- Bre __
      ’Zo eun of -- fi -- ser yaou -- ank gan -- tan eur pez kle -- ze, __
      ’Zo eun of -- fi -- ser yaou -- ank o se -- vel eun ar -- me, __
      Me meuz eur mab Syl -- ves -- trik a la -- var mont i -- ve. __
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}


I

« A Saint-Michel en Grève
Mon fils esi engagé ;
Je fus au capitaine
Pour le lui demander, »
« Mon vieux, c’est impossible,
C’est mon meilleur soldat ;
Il a touché la somme,
Je ne le rendrai pas. »

II

« Oiseau de ma muraille,
Va-t’en vers mon enfant
Savoir s’il est en vie,
S’il est au régiment. »
— « Bonjour, petit Sylvestre ! »
— « Bonjour, petit oiseau.
Va dire à mon vieux père
Que je reviens bientôt. »

III

Le vieux bonhomme pleure,
Couché dans son grand lit ;
Au loin les filles chantent.
La chanson de son fils
Le soldat sur la porte
L’écoute avec amour
— « Ne pleure pas mon père,
Sylvestre est de retour. »


I

Etre chapel Sant Efflam ha tosen Mene-Bre
Zo eun offiser yaouank gantan eur pez kleze,
Zo eun offiser yaouank o sevel eun arme,
Me meuz eur mab Sylvestrik a lavar mont ive.

II

« Siouaz, aotrou kabiten, meuz ken mab nemetan,
Ganen c’houi ’po’r vadelez da lezel anezan. »
— Allaz ! tad koz maleuruz, ar marc’had ’zo sinet ;
Touchet en deuz an arc’hant, d’an arme ’ rank kerzet.

III

A berz an tad glac’haret, var dachen ar vrezel,
Eun dervez eul labousik a nij a denn-askel :
— Deiz mad d’eoc’h c’houi, Silvestrik, deiz mat ha levenez
Penaoz ema ho yec’hed, ho nerz hag ho puez ?

IV

— Disken ’ta, labous bihan, disken var da zaou droad,
Ma skrivin d’it eul lizer da gas d’ar ger d’am zad :
« Yac’h eo ho mab Silvestrik, yac’h ha laouen bepred,
« Dizale e tistroio varzu e vro garet »

V

Au tad bemnoz ha bemdez ne baouez da zonjal
En e grouadur yaouank en arme e Bro’c’hall ;
E kreiz an noz, ec’h hunvre hag e stag da ouela :
— « Aotro Doue, Silvestrik, petra deu da veza ! »

VI

Pa voa an tad glac’haret oc’h ober e glemmou,
Setu e vab Silvestrik’ toul an or o selaou ;
— « Paouezit, tad ankeniet, paouezit da ouela ;
Sellit, ho mab Silvestrik ’zo digouezet ama ! »


————


Cette belle mélodie, qui est dans le mode mineur, n’est pas sans intérêt, au point de vue rythmique.

Le repos régulier que fait le chanteur â la fin de chaque vers et que nous avons reproduit scrupuleusement, donne â la phrase musicale correspondante une étendue de sept mesures. Chacun de ces membres pourrait être considéré comme formant une grande mesure â 7/2.

VAR BONT AN NAONET
UN JOUR SUR LE PONT DE TRÉGUIER
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°8}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key d \major
        \numericTimeSignature 
        \time 2/4
        %\partial 8*4
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {All° moderato}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #1
        r4 r8 a'8 | d, e fis g | a \stemUp b a4 | \stemNeutral b8 a b^\< cis\! | \break
        cis^> ([ a]) a \breathe a | d, e fis g | a \stemUp b a4 | \stemNeutral b8 a b cis \break
        d([ a ]) a r | a4 d8 cis | b a fis8 ~ fis16 r | a8 fis e4 | \break
        a8 g fis8. r16 | a4^\markup {poco riten} d8 cis | \stemUp b a fis4 | a8 fis e a | fis8.([ d16]) d4 \bar "|." 
      } 
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan"
    { 
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Pa voan war bont ann Nao -- net gai lan -- de -- moa, li -- bé -- ré,
      Pa voan war bont ann Nao -- net gai lan -- de -- moa, li -- bé -- ré,
      Ber -- ge -- renn o voue -- la, __ Un deux trois de -- ly -- ra
      Trois ca -- va -- lier de bois lan -- de -- moa, mé -- ga -- ré.
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 120 4)
    }
  }
}


Un jour sur le pont de Tréguier
Landéra lidéré
Un jour sur le pont de Tréguier
Landéra lidéré
J’aperçus une fille, un deux trois délira
Qui s’est mise à pleurer, landèra lidéré.

Ma fille, pourquoi donc pleurer ?
Landéra lidéré
Ma fille, pourquoi donc pleurer ?
Landéra lidéré
Je pleure après ma bague, un deux… etc.
Que j’ai laissé tomber, landéra lidéré.

Et que voudras-tu me donner.
Landéra lidéré
Et que voudras-tu me donner,
Landéra lidéré
Si je te la rapporte ? un deux trois délira
Je te donne un baiser, landéra lidéré.

Au premier coup qu’il a plongé,
Landéra lidéré,
Au premier coup qu’il a plongé,
Landéra lidéré,
Il voit l’anneau qui brille, un deux… etc.
Au second l’a touché, landéra lidéré.

Pour le faire encore plonger,
Landéra lidéré,
Pour le faire encore plonger.
Landéra lidéré,
Elle fait un sourire, un deux trois délira
Il n’a point remonté, landira lidéré.

Le père en train de regarder,
Landéra lidéré,
Le père en train de regarder,
Landéra lidéré.
Etant a sa fenêtre, un deux trois délira
Se met à sangloter, landéra lidéré.

J’avais trois garçons bien plantés,
Landéra lidéré,
Tavais trois garçons bien plantés,
Landéra lidéré.
Et pour la même femme, un deux… etc.
Tous trois se sont noyés, landéra lidéré !


Pa voan var bont an Naonet gai landemoa, libéré,
Pa voan var bont an Naonet gai landemoa, libéré,
Bergerenn o vouela Un deux trois delyra
Trois cavaliers de bois landemoa, mégaré.

Me guelet eur vergeren gai landemoa etc. (bis)
Var ar pont o vouela Un deux trois etc.

Petra c’heuz-hu da vouela gai etc.
Plac’hik din-me laret Un deux trois etc.

Ma goalen er mor kouezet gai etc.
Piou iélo d’he zapa ? Un deux trois etc.

Petra rofet-hu d’in-me gai etc.
Me ielo d’he zapa Un deux trois etc.

Pemp kant skoet en aour melenn gai etc.
Mar gallit he zapa Un deux trois etc.

Na d’ar genta plonjaden gai etc.
Ar voalen zo guelet Un deux trois etc.

Ha d’ann eilved plonjaden gai etc.
Ar voalen zo touchet Un deux trois etc.

Ha d’ann drede plonjaden gai etc.
Ar mab a zo beuzet Un deux trois etc.

He dad a oa er prenestr gai etc.
Ha kommanz da vouela Un deux trois etc.

Tri mab am eus me ganet gai etc.
Ho zri ez int beuzet Un deux trois etc.

En bered sakr ann Dreindet gai etc.
Meus tri mab douaret Un deux trois etc.


————


Cette chanson est dans le mode majeur, et, chose rare dans les mélodies populaires, sa coupe est parfaitement carrée.

On sera frappé du contraste qui existe entre la gaieté de l’air et la tristesse du sujet.

LAVAROMP AR CHAPELED
DISONS LE CHAPELET
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°9}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key a \minor
        \numericTimeSignature 
        \time 3/8
        %\partial 8*4
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Grave}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #1
        R1*3/8*8 | a'8 a4 | g8 a c | b a g | e e d | e e4 ~ | \break
        e8 r8 r | a8 a4 | g8 a c | b a g | e e d | e e4 ~ | \break
        e8 r8 r | c'8 c4 | b8 c b | a g a | b c b | \break
        a g4 | a8 a4 | g8^\markup { un peu élargi } a c | b a g | e e d | e8 e4 \bar "|." 
      } 
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan"
    { 
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      La -- va -- romp ar cha -- pe -- led, stou -- et var an dou -- ar __
      Je -- zus a zell ou -- zomp di -- var ar me -- nez kal -- var __
      Ne domp ne -- met pe -- c’her -- ien ha pe -- o -- rien gwi -- rion,
      O Je -- zus, sal -- ver mat, deut da rei deomp nerz -- ka -- lon.
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 60 4)
    }
  }
}
I


Lavaromp ar chapeled, stouet var an douar ;
Jezus a zell ouzomp divar ar menez kalvar ;
Ne domp nemet pec’herien ha peorien gwirion,
O Jezus, salver mat, deut da rei deomp nerz-kalon

II

Piou ’n dije guir da glem dindan ar poaniou garo
Pa wel Jezus, mab Doue, o kerzet d’ar maro,
Eb lezer eur glemmaden e kreiz e dourmanchou,
O Jezus, deskit deomp penôz karet hor poaniou


I

Disons le chapelet à genoux sur la terre :
Jésus nous tend les bras du haut de son calvaire
Ici nous avons tous la misère en partage :
Jésus souffrant pour nous, donne nons le courage !

II

Qui donc aurait le droit de haïr sa misère
Devant le fils de Dieu navré sur le calvaire ?
Au sein de la douleur il n’a que patience :
Jésus, mets-nous au cœur l’amour de la souffrance !



————


Ce beau cantique, empreint à un si haut degré d’un sentiment d’austérité et de « détachement », est dans le mode dorien. Dans la musique grecque, le mode dorien, comme l’ordre dorique en architecture, avait pour caractères distinctifs la fermeté, la sévérité et la sobriété.

Ce mode est basé sur une dominante : aussi sa terminaison ne conclut pas. L’expression vague et indéterminée de la cadence dorienne donne ici à la mélodie un singulier cachet de grandeur.

SKRAPEREZ
LE RAPT


N°10

SKRAPEREZ
LE RAPT
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°10}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key cis \minor
        \numericTimeSignature 
        \time 2/4
        %\partial 8*4
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Allegro}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #1
        R1*2/4*4 | r4 r8 gis'8 | cis4^> cis8^> ([ b16 ais]) \bar "||" \time 3/4 b8 cis b ais gis \breathe gis \bar "||" \time 2/4 cis4^> cis8^> ([ b16 ais ]) | \break
		b8 cis b \stemDown ais | \stemNeutral gis2 | r8 e' e e | e8 dis16 [( e )] fis8 e | dis cis cis cis16 dis \bar "||" \break
		\time 3/4 cis4 b r \bar "||" \time 2/4 cis4 cis8([ b16 ais ]) | b8 cis b \stemDown ais | gis cis cis cis16 dis | cis2 ~ | cis8 r r4 \bar "|." 
      } 
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan"
    { 
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      La -- va -- rit __ d’in, mar -- to -- lo -- ded,
	  La -- va -- rit __ d’in, mar -- to -- lo -- ded,
      Pe briz e wer -- zit eur c’hant -- hed.
      Van -- tur -- ma -- di -- ret -- te
      D’o -- ber __ kram -- poez ’vit an ti?
      Van -- tur -- ma -- di -- ri. __
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #170
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}
I


Lavarit d’in, martoloded, (bis)
Pe briz e werzit eur c’hant-hed.
Vanturmadirette
D’ober krampoez ’vit an ti ?
Vanturmadiri

II

Seiz lur pemp guenneg ar sac’had (bis)
Mez evit liou ho taoulagad
E vo grêt rabad deoc’h-c’hui.

III

Diskennet berjelen er vag (bis)
Hinthi stagaz da lavigat :
— Ganeomp d’an Indez e teuï

IV

— Ganeoc’h d’an Indez na zin ket, (bis)
Rag ma bugel ha ma fried
Am ged pell’zo ’ bars an ti

V

— Berjelen, peuz ket pemzeg vloaz, (bis)
Ha ne peuz na bugel na goaz,
D’in-me pried e vezi.


I

Combien ton blé, beau matelot ? (bis)
Il m’en faudrait quatre boisseaux,
Venturmadirette
Pour mes crêpes de lundi.
Venturmadiri

II

« Pour tous c’est trois livres dix sous ; (bis)
Mais ce sera bien moins pour vous
Venturmadirette
Car vos yeux sont bien jolis. »
Venturmadiri.

III

Quand dans la barque elle est entrée (bis)
Ils ont bien vite appareillé
Venturmadirette
Pour le large ils sont partis
Venturmadiri.

IV

Ma belle enfant, dites moi donc (bis)
Venez avec-nous au Gabon
Venturmadirette
Car le vent nous y conduit
Venturmadiri,

V

Nenni, je ne puis naviguer (bis)
Car j’entends mes enfants crier
Venturmadirette
Et mon dîner n’est pas cuit
Venturmadiri.

VI

« Ma belle, tu n’as pas guinze ans, (bis)
Tu nas pas encore eu d’enfants
Venturmadirette
Et je serai ton mari. »
Venturmadiri.


————


Cette chanson est construite, comme le n°5, dans le mode de (tonique) avec si naturel (transposé d’un demi-ton). Après le retour répété de la dominante qui apparaît comme finale dans les phrases du début, la terminaison sur la tonique est d’un effet piquant et imprévu.

Le mélange de la mesure à deux temps et à trois temps communique au rythme une allure très libre, sans nuire en rien à sa clarté et à son aplomb.

GUERZ AR VECHANTEZ
COMPLAINTE D’UNE MÉCHANTE
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°11}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key d \minor
        \time 2/4
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Andante}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
        R1*2/4*9 | r4 r8 a'8^\mf | d, e f8. g16 | a4. \breathe d8 | c a c8. b16 | \break
        a4 r8 a | d, e f8. g16 | a4. d8 | c a c8. b16 | a4 r8 a | \break
        a a \stemUp bes!8.^\< a16^\! | a8^\> ( \grace{ bes16 [ a ]) } \stemNeutral g4\! g8 | c^\< c d8. a16\! | a8^\> \( [ \grace{\stemUp bes16 ([ a ] } \stemNeutral g) f\! \) ] f4 ~ | \break
        f16 r d8 f g | a4^^ d^^ |  \override TupletBracket.bracket-visibility = ##f \tupletUp \tuplet 3/2 { d16^\f^> [( e d )} c8 \fermata ]  ~ c16 r f,8 | g a f8. e16 | d2 \bar "|." 
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Oll ver -- c’hed ar bar -- rez, ha c’hui i -- ve, pô -- tred,
      se -- laou -- it oll eur zôn a -- ne -- vez kom -- po -- zet
      var benn eun dor -- fe -- tou -- rez
      he -- no -- rapl dre he li -- gnez __
      la -- zet he mab bi -- an __
      a -- raog ar va -- di -- ziant.
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}


I

Oll verc’hed ar barrez, ha c’hui ive, pôtred,
Selaouit oll eur zôn a-nevez kompozet.
Var benn eun dorfetourez
Henorapl dre he lignez
Lazet he mab bian
Araog ar vadiziant.

II

Ar bâl ganthi ’n he dorn, e teu dar gêr ar verc’h,
An tad a wel he drem drouklivet ’vel an erc’h
Ha pebeuz spount evithan,
Pa wel er park dirazhan,
Er park gant al loened
Ar c’horf dizoloet !

III

Gant eur vouc’hel e klask laza ’n dorfetourez
Met hi zo tec’het kwit gant ar bugelig kez
Ha n’eo ket êt da guzat :
An dour en e daoulagad
D’eur barner ech anzao :
Me virit ar maro.

IV

En va bugaleach fur ha santel bepred
Me voue er panteou d’am c’huezeg vloaz kollet
Oh ! na dit ket, merc’hedou,
Morse var dro ’r panteou
’ Met dindan daoulagad
Ho kerent ho tud vat.

IV

Mevelien ar bourreo var ar blasen zo deut
Ha krena ’ra ’r pave gant ar c’harrad keuneut ;
Na zervich ket d’in vouela
Rag abenn eun beur ama,
An dorfetourez ’vo
Ludu ha glaou bero !



I

Filles de la paroisse et vous aussi, garçons,
Tremblez en écoutant la terrible chanson
Au sujet d’une fille
De très bonne famille
Qui, sans le baptiser,
Tua son nouveau-né.

II

Pour rapporter la bêche, elle rentre au logis.
En voyant sa pâleur, son père est tout surpris,
Mais quelle fut sa rage,
Le jour où dans l’herbage,
Il trouva sa jument
Qui déterrait l’enfant.

III

Le père prend sa hache et veut la mettre à mort ;
Mais la fille s’enfuit en emportant le corps.
Au juge, elle déclare
Sa conduite barbare,
Et, montrant son enfant,
Demande un châtiment.

IV

« D’abord je restai sage et vécus saintement,
Mais je fus débauchée à l’âge de seize ans.
Filles bien renommées
N’allez à l’assemblée
Qu’avec vos bons parents
Ou des honnêtes gens ! »

V

Les aides du bourreau déjà sont arrivés ;
Les charges de fagots font frémir les pavés.
« C’est en vain que je pleure.
Dans une demi-heure,
La coupable Manon
Sera cendre et charbon ! »


————


L’emploi du si naturel dans les deux premières phrases de cette mélodie fait penser tout d’abord qu’elle est construite dans le 1er mode du plain-chant avec si naturel. Mais l’apparition du si bémol dans les phrases suivantes établit clairement la modalité hypodorienne. Le caractère expressif inhérent à ce mode communique à la mélodie un remarquable cachet de grandeur.

Toutes les phrases qui la composent sont carrées, sauf la dernière qui renferme cinq mesures.

SOUBEN AL LEZ
LA SOUPE AU LAIT
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°12}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key bes \major
        \time 9/8
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Vivace}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
        R1*9/8*7 | r4^\markup { \italic { gaîment et très rythmé }} r8 \fermata r4 f8 bes4 c8 | ees4 d8 c4 f,8 bes4 c8 | \break
		ees4 d8 c4 f,8 bes4 c8 | ees4 d8 c2. ~ | c8 r bes bes4 g8 a4 bes8 | \break
		g2. ~ g4 r8 | c4. ees4 d8 c([ d]) c | bes r bes a4 g8 a4 bes8 | g2. ~ g4 r8 | \break
		c4. ees4 d8 c([ d]) c | bes2. ~ bes4 r8 | \grace c8 bes2. ~ bes4 r8 | \grace c8 bes2. ~ bes4 r8 | \grace c8 bes2. ~ bes4. ~ | bes4 \fermata \bar "|." 
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      So -- nit’ ta, so -- ner -- ien, so -- nit mu -- nut ha ge,
      so -- nit mu -- nut ha ge __
      E -- ma’r zou -- ben al lez __ o vont var an tre -- be __
	  E -- ma’r zou -- ben al lez __ o vont var an tre -- be __
	  Ah! __ Ah! __ Ah! __
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 120 4)
    }
  }
}


I

Sonit’ta sonerien, sonit munut ha ge,
Sonit munut ha ge !
Ema’r zouben al lez o vont var an trebe (bis) Ah ! Ah ! Ah !

II

Soni’ta sonerien, — sonit munut ha stank (bis)
Ema’r zouben al lez o sevel var ar bank (bis) Ah ! Ah ! Ah !

III

Sonit’ta sonerien, — sonit munut ha ge, (bis)
Ema souben al lez o vont’barz ar gwele (bis)

IV

Ar genta bolennad — na vezo ket deoc’h-c’hui
Ar genta bolennad zo d’ar Werc’hez-Vari

V

Hag an eil bolennad — d’ho tadou ha mammou
O deuz bet kalz a boan ouz ho sevel ho taou

VI

An drede bolennad — a vo d’ar vignoned
O deuz grêt henor deoc’h, hirio deiz oc’h eured

VII

Goude’vit echui, — ma chom eur banne c’hoaz,
E vo d’an dud-nevez, d’ar wregig ha d’he goaz.



I

Les époux sont au lit. Sonnez, sonneurs, sonnez ! sonnez, sonneurs, sonnez !
Voilà la soupe au lait qui bout sur le trépied, (bis) Ah ! Ah ! Ah !

II

Mettons-nous sur les bancs, sonnez…
Et marquons la mesure à grands coups de souliers, (bis) Ah ! …

III

Ils voudraient bien dormir, Sonnez, sonneurs…
Servons la soupe au lait aux nouveaux mariés (bis) Ah ! …

IV

Elle prend sa cuillère ; Sonnez, sonneurs…
Le lait passe au travers ; la cuillère est percée (bis) Ah !

V

Lui se sert de ses doigts. Sonnez, sonneurs…
Tous les morceaux de pain par un fil sont liés ! (bis) Ah !

VI

Ils essaieront longtemps, Sonnez, sonneurs…
Nous chanterons ici jusqu’à minuit passé. (bis) Ah ! Ah ! Ah !


————


Cette chanson a un caractère presque officiel en Bretagne. Elle accompagne la cérémonie burlesque de la « Soupe au lait » offerte, le soir des noces, par les invités, aux nouveaux mariés. Cet usage, beaucoup moins répandu qu’il ne l’était jadis, subsiste encore aujourd’hui dans quelques localités.

La chanson de la « Soupe au lait » qui est dans le mode majeur, est tout à fait exempte de mélancolie. Si l’on analyse sa construction rythmique, on rencontre au début une phrase musicale d’une mesure répétée trois fois, à laquelle succèdent deux membres de trois mesures.

AR BARADOZ
LE PARADIS[1]
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.16.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°13}
      \autoBeamOff
      \relative c'' {
        \clef treble
        \key a \minor
        \time 6/8
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Lento}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
        R1*6/8*3 | r4^\fermata r8 r4 a8^\markup {\italic{doux}}| \stemDown c4 b8 a([ b ]) c | b4. ~ b8 r \stemUp a | \stemDown c4 b8 a([ b ]) c | \break
        b4. ~ b8 r \stemNeutral a | a4 a8 a([ b]) a | g4. a4. |  c8 ([ b]) a g([ a]) \stemUp b | a4. ~ a8 r a | \break
        a4 a8 a([ b]) a | g4. a4. | \stemNeutral c8([ b])  a g([ a]) \stemUp b | a2. ~ | a8 r r r4 r8 \bar "|."
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Je -- zus pe -- ger braz ve __
      Pli -- ja -- dur an e -- ne __
      Pa vez e gras Dou -- e
      Hag en e ga -- ran -- te __
      Pa vez e gras Dou -- e
      Hag en e ga -- ran -- te __
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #150
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}


I

Jezus peger braz ve
Plijadur an ene

Pa vez e gras Doue
Hag en e garante

bis

II

Berr’kavan an amzer
Hag ar poaniou dister

O sonjal deiz ha noz
E gloar ar baradoz

bis


I

Je crois au paradis
Jésus nous l’a promis
J’espère aller un jour
Au glorieux séjour,

II

Je tiens mes yeux ravis
Au ciel, mon vrai pays :
J’y volerai bientôt
Comme un petit oiseau.

III

Je serai délivré
Et je m’élèverai
Plus haut que le soleil,
Que les astres du ciel.

IV

Adieu, pays d’Arvor
Que j’aperçois encor.
Adieu, monde affligé
De deuil et de péché !

V

Je vais connaître enfin
Les saintes et les saints ;
Je uais bientôt les voir
Prêts à me recevoir.

VI

De près j’honorerai
La Vierge sans péché
Et les astres qui font
Couronne sur son front.

VII

La porte s’ouvrira,
Jésus me recevra :
« Fleuris comme un beau lys
Au sein du Paradis !


————


Ce cantique ravissant dont l’expression a un caractère de pureté angélique, est dans le mode hypodorien. Son rythme est entièrement conforme à la règle de la carrure.

DISUL VINTIN
DIMANCHE À L’AUBE


N°14

DISUL VINTIN
DIMANCHE À L’AUBE
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.16.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°14}
      \autoBeamOff
      \relative c'' {
        \clef treble
        \key a \major
        \time 2/4
        %\partial 8*1
        \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {And\super{no} con moto}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
        R1*2/4*4 | r4 r8 \stemDown a^\mf a8 cis cis a | a cis cis a | \break
        a^\< cis cis a | a a16 cis cis8 a | a cis cis b16 b\! | \stemNeutral a4^\> fis ~ | \break
        fis ~ fis8\! r | cis'4^\f ~ \tupletUp \override TupletBracket.bracket-visibility = ##f \tuplet 3/2 { cis4 (cis8) } | \tuplet 3/2 { cis4^\< (b8) } \tuplet 3/2 { cis4 (d8)\! } | e4. cis16^\> cis | b2 ~ | b4\! r | \break
        cis^\f ~ \tuplet 3/2 { cis4 (cis8) } | \tuplet 3/2 { cis4 (b8) } \tuplet 3/2 { cis4 (d8) } | e4 ~ e16 cis^\markup{ \italic{ e dim.}}^\markup{ \italic{poco riten}} cis b | a2 ~ | a8 r8 r8 \bar "|."
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Di -- sul vin -- tin a -- bred var -- zao,
      O ren dren dren, o la la ri tra
      O ren dren dren, la -- ri -- den -- na. __ _ _ 
      O __ _ cha -- se -- al dre ar vro,
      Ti ho ho! __ _ 
      Me __ _ zis -- ken -- nas er c’hoad -- fao __ _
      Ti ho ho ho! __ _
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #150
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}


I

Disul vintin abred varzao,
O rendren dren, o la laritra
O rendren dren, laridenna.
— O chaseal dre ar vro,
Tihoho
Me ziskennas er c’hoad-fao
Tihohoho

II


O klask ar c’had, ar c’heveleg,
— Kavet merc’h an amezeg.
Monig, o vouela doureg.

III

Plac’hig yaouang, perag vouela ?
— Aoun emeus araog peb tra,
Da goll va henor ama.

IV

Ha me kregi’n he dournig guen :
— Kaset’ mez ar c’hoad ganen,
E kanas eur ganaouen.

V

— Perag kana, va dous Monig ?
— Pa jom glan va c’halonig,
Me gano ’vel eun eostig.


————



I

Dimanche à l’aube, en me levant,
O ren dren dren ola laritra
O ren dren dren Laridenna
Dans le bois m’en fus chassant Tihoho !
Dans le bois m’en fus chassant, Tihohoho !

II

Bécasse et lièvre allais chassant
O ren dren…
Quand je rencontrais ma mie. Tihoho !
Elle était tout en sanglots. Tihohoho !

III

— Mon cher amour, pourquoi pleurer ? O ren dren…
— Hélas ! je pleure et pleurerai, Tihoho,
Car mon honneur je le perdrais ! » Tihohoho !

IV

Ses deux mains blanches je lui pris, O ren…
Hors du bois je la conduis, Tihoho !
A chanter elle se mit. Tihohoho !

V

— Mon cher amour pourquoi chanter ? O ren…
— « Gaiment je chante et chanterai ; Tihoho !
Car mon honneur je garderai. » Tihohoho !


————



Cette mélodie, dont la première phrase a dans sa terminaison une saveur hypodorienne, conclut dans le mode majeur ; elle n’en a pas moins un grand caractère. Si l’on analyse sa construction rythmigue, on trouve une période de six mesures, dépourvue de pendant et deux phrases de guatre mesures qui se correspondent.

PEDEN AN ARVORIZ
LA PRIÈRE DES ARZONNAIS
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°15}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key g \minor
        \time 6/8
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Moderato}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #3
        R2.*5 | r4 r8 f8^\markup {\italic{résolu}} g a | bes4. bes8 bes bes | bes4. ~ bes16 r \stemDown a8 [(bes]) | \break
        \stemNeutral c4. c8 d c | bes8 ([a]) g ~ g4. ~ | g8 r4f8 g a | bes4. bes8 bes bes | bes4. ~ bes16 r \stemDown a8 [(bes]) | \break
        \stemNeutral c4. c8 d c | bes [(a]) g ~ g4. ~ | g4 r8 c c d | c4. bes8 a g | \break
        f4. ~ f8 r g16 [(a]) | bes4. a8 g f | aes4 ~ aes16 [g] g4. ~ | g4 r8 c c d | c4. bes8 a g | \break
        f4. ~ f8 r g16 [(a]) | bes2. | g4.^^ c4-^ bes8-^ | a4.^^ ~ a4 f8^^ | f2. ~ | f8  r r r4 r8 \bar "|."
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Ni voa ker -- zet da re -- det Mor __
      Var bourz eul lestr a vre -- zel __
      U -- gent mar -- to -- lod’z an Ar -- vor __ 
      Gwir vu -- ga -- le Breiz -- I -- zel __
      Pô -- tred se -- der ha di -- en -- krez, __
      Mor -- se gwe -- let o kre -- na __
      Rag en En -- vou hor Pa -- tro -- nez __ 
      Hor Mam eo San -- tez An -- _ na. __

    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #150
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}


I

Ni voa kerzet da redet Mor
Var bourz eul lestr a vrezel
Ugent martolod’z an Arvor
Gwir vugale Breiz-Izel
Pôtred se der ha dienkrez,
Morse gwelet o krena
Rag en Envou hor Patronez
Hor Mam eo Santez Anna.

II

Kichen Eusa dre vor diroll
’ Zeus eul lestr saoz o c’hedal,
Hag a laka gant eun trouz foll,
E ganoliou da grozal.
Var zao pôtred, ha tân varnho :
Ha tregont Saoz o koueza !
Ar Vretoned jom oll var zao :
Hor Mam eo Santez Anna.

III

— Didrouz, divonet, diarc’hen,
Gant hor goulou benniget
Ni zigas deoc’h eul lestr melen,
Grêt gant ho martololed
Deut int hirio da zaoulina
Dirag ho skeuden zantel :
Plijet ganeoc’h ho benniga,
Patronez hor Breiz-Izel !


I
Nous étions là vingt gâs d’Arzon,
Marins durs à la peine,
Sur un vaisseau de cent canons
Avec Monsieur Duquesne.
Mai au milieu du branle-bas,
et quand le cannon tonne,
Les Arzonnais ne tremblent pas.
Sainte Anne est leur patronne.

II
Après deux mois de grosse mer,
Au fond du Zuiderzée,
Deux Hollandais par le travers
Nous lâchent leur bordée.
Trente sont morts du premier coup,
Chez nous, chez nous, personne !
Les Arzonnais sont tous debout
Saint-Anne est leur patronne.

III
Bonnet en main, marchant nu pieds,
Portant cierges de cire,
Nous venons tous pour t’apporter
Un beau petit navire.
Prends notre hommage auec nos vœux
Sainte-Anne on te le donne
Les Arzonnais tombent joyeux
Aux pieds de leur patronne !


————


Cet air est un spécimen du mode hypophrygien. On remarquera la modulation passagère produite par la présence du la bémol dans l’avant-dernière phrase. Cette note — 3e degré de l’échelle hypophrygienne (transposée) — qui apparaît tantôt naturelle, tantôt avec un bémol, n’est autre chose que la fameuse corde variante du moyen âge. Elle existait aussi dans l’échelle diatonique connue chez les anciens sous le nom de système immuable.

L’air dont il s’agit se chante très fréqüemment en Bretagne, adapté à la chanson des Conscrits de Plouillau. Comme les paroles de cette chanson, qui est moderne, présentent peu d’intérêt, M. Coppée s’est inspiré, pour sa poésie, d’une autre chanson plus ancienne, mais moins répandue en Bretagne.




YANNÏG AR “BON GARÇON”
IANNIK LE BON GARÇON


N°16

YANNÏG AR “BON GARÇON”
IANNIK LE BON GARÇON
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°16}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key bes \major
        \time 2/4
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Moderato}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #3
        R1*2/4*5 | r8 f f bes | bes4 c8([ d]) | bes ([ a16 ]) g a8 bes | c4 ees8 ([ d ]) | \break
        c2 ~ | c16 r d8 bes c | bes4 c | bes8 ([ a16 ]) g a8 bes | c4 ees16 ([ d8. ]) | \break
        c2 ~ | c16 r c8 f f | d4 d8 ([ c ]) | bes4 bes8 d | c f, bes4 | c2 ~ | \break
        c16 r f,8 f \stemDown bes | bes4 c8 ([ d ]) | bes ([ a16 ]) bes c8 d | c4^\markup{un peu élargi} bes8 ([ a ]) | bes2\fermata ~ | bes8 r r4 \bar "|."
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Mar -- c’ha -- dou -- rien Pa -- ris, mar -- c’ha -- dou -- rien Roa -- zon __
      Na dit ket da Ger -- haez da lo -- ja ti’r Bes -- kond __
      Yan -- nig a Von -- trou -- lez a zo bet var -- le -- ne __
      A r -- oaz kerc’h ha brenn d’e lou -- a -- chig ker -- ne. __

    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}


I

Marc’hadourien Paris, marc’hadourien Roazon
Na dit ket da Gerhaez da loja ti’r Beskond
Yannig a Vontroulez a zo bet varlene
A roaz kerc’h ha brenn d’e louachig kerne.

II

Pa zao Monik ar plac’h d’e grampr da varvailhat,
Yannig, “ar bon gargon” a c’hoarz a galon vat ;
Mez pa glev e zeus greg ha bugale’n e di,
Monig, ar plac’h yaouang, a stag da hirvoudi.

III

— Perag’ta hirvoudi, Monik, gwella matez ?
— Yannig, paour kêz Yannig, te gollo da vuez ;
Sell dindan da wele eur gountel braz eston ;
Ama’vez lazet tud, bep foâr ha bep pardon

IV

Vit ar foar ziveza, tri gwaz zo bet lazet
— Mottig, o Monig vat, ro d’in skoazel bepred,
Me meus tri breur er gêr, tri breur krenv eveldon,
Te zibabo an hini ’ blijo d’az kalon.

V

Gwelit brema Monig, o kaerra prinsez Breiz !
Gant he bouklou arc’hant ha gant he lerou seiz
Dimezet eo da Job, breur ar Montroulezad
Hag e Montroulez eo Rouanez ar Marc’had.



I

Voyageurs de Paris, Voyageurs de Rouen,
N’allez pas à Carhaix loger au Coq d’Argent.
Iannik le bon garçon y est venu pourtant,
A fait donner l’avoine à son bon cheval blanc

II

Quand Mona la servante à sa chambre a monté,
Iannik le bon garçon s’est mis à badiner ;
Mais quand il lui eut dit gu’il était marié,
La petite Mona s’est mise â soupirer

III

« Ma petite Mona pourquoi faire un soupir ? »
« Marchand, pauvre marchand, ici tu dois mourir
Regarde sous le lit et tu vas bien frémir
En voyant le couteau dont ils vont se servir

IV

A la dernière foire en ont égorgé trois.»
« Ma petite Mona, sauve-moi, sauve-moi !
J’ai trois frères, trois gars solides comme moi.
L’un sera ton mari ; je te laisse le choix. »

V

L’aubergiste à minuit se réveille en sursaut,
Allume la chandelle et prend son grand couteau.
Mais Iannik dans la nuit s’est sauvé par l’enclos,
A pris la fille en croupe et s’enfuit au galop.

VI

C’est la belle Mona qu’il faut voir maintenant
Avec ses bas à jour et ses boucles d’argent.
Elle vient d’épouser le frère du marchand,
Et c’est bien la plus brave au marché de Rouen.


————


L’air de ce gwerz est dans le mode majeur.

KIMIAD AN ENE
LE DÉPART DE L’ÂME
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°17}
      \autoBeamOff
      \relative c'' {
        \clef treble
        \key a \minor
        \time 6/4
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Larghissimo}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #3
        R1*6/4*4 | r2. r4 r^\markup{\italic{très doux et mystérieux}} a | a2 b4 a( gis) a | b2. ~ b4 r b | \break
        e2 e4 e ( d ) f | e( d) c b ~ b8 r c4 | a2 b4 a( gis) a | \break
        b2. ~ b4 r b | e2^\< e4 e ( d ) f | e^\> ( d) c b ~ b8 r c4^\mf | d2 e4 c2 b4 | \break
        a2. ~ a4 r r | b2.^\cresc c2\! gis4 | a( gis) a b ~ b8 r c4 | d2^\f e4 c2 \override Flag.stroke-style = #"grace" \afterGrace  b4 ({ a8 )} | \break
        a2. ~ a4 r4 r \bar "||"|\time 9/4 b2.^\p^\markup{\italic{solennel}} e4( d) e c2^\markup{poco rit.} \stemDown b8 [( a )] \stemNeutral \bar "||"|\time 6/4 a2. ~ a4 r r \bar "|."
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Pa dec’h kwit euz ar c’horf, __ an E -- ne la -- var’n eur ni -- jal __
      —’Vit eur pen -- nad eb -- ken __ me ia da jom __ ’bars ar bed all __
      Pa zo -- no fin ar bed
      Ga -- nen ve -- zi ka -- vet; __
      Gou -- de’r varn zi -- ve -- za __
      Ga -- nen ’teuï da ve -- va. __

    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}


I

Pa dec’h kwit euz ar c’horf, an Ene lavar’n eur nijal
— ’Vit eur pennad ebken me ia da jom’bars ar bed all
Pa zono fin ar bed
Ganen vezi kavet :
Goude’r varn ziveza
Ganen’teuï da veva

II

— Ene kêz ’benn neuze va ludu da netra vo êt
— Korf kêz, ô bez dinec’h, rag sur e vezi adkavet,
Doue roaz deomp-ni
Eur c’horf da bep hini,
Ken eâz e vo dezha
Hen lakat d’adveva.



I

Quand l’âme fuit le corps
Elle murmure en s’envolant :
« Je m’en vais te quitter.
Mon pauvre corps pour bien longtemps,
Nous nous retrouverons au dernier jugement (bis)

II

— Mon âme, en ce temps là,
Ma cendre même aura passé,
— Mon corps, ne doute pas,
Je saurai bien te retrouver.
Dieu qui créa la chair peut la ressusciter ! (bis)


————


Cette mélodie est dans le mode mineur, qui n’est pas à beaucoup près le mode le plus répandu qu’il y ait en Bretagne. Sa construction rythmique serait tout â fait régulière, sans l’apparition d’une mesure à 9/4 dans la phrase finale.

EUR ZON KERNÉ
SÔNE CORNOUAILLAIS


N°18

EUR ZON KERNÉ
SÔNE CORNOUAILLAIS
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°18}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key bes \major
        \time 2/4
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Vivace}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #3
        R1*2/4*6 | r4^\markup{\italic{bien rythmé}} f8 bes | \stemDown a bes c bes | \stemNeutral g^> f f bes | \break
		\stemDown a bes c c | bes4^^ \stemNeutral f8 \stemDown bes | a bes c c | bes4^^ r8 \stemNeutral f | \break
		\stemDown bes^\sf bes bes bes | bes^\sf bes a a | d^\sf c d^\sf c | d^\sf c bes bes | \break
		a bes c d | d c d c | c bes a bes | c^\sf bes4. ~ | bes8 r r4 \bar "|."
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      C’hui deui -- o ga -- nen, va mes -- trez
      E -- vit tro -- c’ha’n ed gwi -- niz
	  E -- vit tro -- c’ha’n ed gwi -- niz
      —_Oh! ne dan ket va zer -- vi -- cher
      Di jo bi deï tra la la la
      Oh! ne dan ket va zer -- vi -- cher,
      Rag tro -- c’ha ra -- fen va biz. __
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 120 4)
    }
  }
}


I

C’hui deuio ganen, va mestrez
Evit troc’ha’n ed gwiniz (bis)
— Oh ! ne dan ket, va zervicher
Dijobideï tra la la
Oh ! ne dan ket, va zervicher,
Rag troc’ha rafen va biz.

II

C’hui deuio ganen, va mestrez
Da droc’ha eun tac’had kerc’h (bis)
— Oh ! ne dan ket…
Rag chom a rafen varlerc’h.

III

C’hui deuio ganen, va mestrez
Da droc’ha eun tachad eiz (bis)
— Oh ! ne dan ket…
Rag troc’ha rafen a-gleiz.

IV

C’hui deuio ganen, va mestrez
Da droc’ha ar gwiniz dû (bis)
— Oh ! ne dan ket…
Rag ne ouzon ket an tû

V

C’hui deuio ganen, va mestrez
Da ija an avalaou (bis)
Oh ! ne dan ket…
Rag toull eo va goudellou.

VI

C’hui deuio ganen, va mestrez
Da ija ar vezen ber (bis)
— Oh ! ne dan ket…
Rag toull eo va davancher.


————


I

« Je m’en vais faucher l’avoine,
Ma Louison, viendras-tu pas ?
Avec moi, viendras-tu pas ? »
« Je n’irai pas, mon amoureux,
Dijobidei tra la la la !
Car on ne m’a jamais appris
A faucher la prairie. »

II

« Je m’en vais couper le seigle,
Ma Louison, viendras-tu pas ?
Avec moi viendras-tu pas ? »
« Je n’irai pas mon amoureux
Dijobidei tra la la la !
Car sur le gazon j’ai glissé
A la moisson passée. »

III

« Je m’en vais gauler les pommes,
Ma Louison, viendras-tu pas ?
Avec moi viendras-tu pas ? »
« Je n’irai pas mon amoureux
Dijobidei tra la la la !
Car je n’ai pas mon tablier
Et ma poche est percée. »

IV

« Je m’en vais cueillir les poires,
Ma Louison, viendras-tu pas ?
Avec moi viendras-tu vas ? »
« Je nirai pas mon amoureux,
Dijobidei tra la la la !
Et te dirai toujours nenni,
Je n’en ai point envie.


————



Ce sône est dans le mode majeur. Son rythme est parfaitement carré sans la répétition du deuxième membre de deux mesures de la première phrase. C’est un spécimen des chansons de danse de la Cornouailles, chansons très vives et très alertes, dont le caractère est tout opposé à celui qu’on attribue d’ordinaire à la musique bretonne.

KLOAREQ TREMELO
LE CLERC DE TRÉMÉLO
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\huge \large N°19}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key a \minor
        \time 6/8
        % \partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Veloce}
        \compressFullBarRests
        R2.*1^\markup {\bold{1}} | r4 r8 r4 d8 | e2. | a4. ~ a4 b8 | a4 g8 e4 f8 | d2. ~ | d4. ~ d4 r8 | \break
        r4 g8 g4 a8 | g4 f8 e4 d8 | c4 d8 e4. ~ | e2. | a4.^\markup {\italic{désolé}} ~ ( a4 [ b16 a ]) | g4 a8 f4 e8 | d2.^\fermata \bar "|."
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Ar c’hloa -- reg __ a deuz’ a Tre -- me -- lo __
      A deu d’an daou -- lam dre ar vro:
      He zou -- sig’ __ zo tost d’ar ma -- ro.
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 120 4)
    }
  }
}
I

Ar c’hloareg a deuz’ a Tremelo
A deu d’an daoulam dre ar vro :
He zousig’ zo tost d’ar maro.

II

— Perag, soner, seni ar glaz ?
— Da zousik’zo maro siouas !
Ema douget d’ar wered vraz.

III

— Perag douar var an arched ?
Beleg, taolit dour benniget,
Varc’hoaz va flas vo er wered

IV

Eureujet omp gant hor c’hrouer,
Eb beza dirag an aoter,
Me ia da gousket’n he c’henver.



I

Le clerc devient de Trémélo,
Revient bien vite au grand galop.
Sa mie est tout près du tombeau.

II

« Pourquoi sonner ainsi le glas ? »
« Ta bonne amie est morte, hélas !
On est à l’enterrer là-bas. »

III

« Pourquoi jeter la terre ainsi ?
Le prêtre en a bien assez mis.
Demain je veux ma place ici.
IV
Au ciel nous sommes mariés.
Son lit je n’ai pu partager,
Près d’elle ici je dormirai. »


————


Cette mélodie, empreinte d’un caractère si profondément douloureux, est dans le 1er mode du plain-chant avec si naturel. Elle se compose de trois membres de phrase dont le premier renferme quatre mesures et les deux autres trois mesures.

AR VROZIG RUZ
LA PETITE ROBE
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°20}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key a \minor
        \time 2/4
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Vivace}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #3
        R1*2/4*8 | a'8 b c a | a gis a a | c b c d | e4 e8^\sf r | \break
        a,8 b c a | a gis a a | c b c d | e4 ~ e8 r | e4^^^\f f8.^^ e16 | d8 c e d | \break
        d c b a | c4^^ b8^\sf^> r | e4^^ f8.^^ e16 | d8 c e d | d c b c | a4 ~ a8 r \bar "|."
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Me meus choa -- zet eur ves -- trez
      Eur pla -- c’hig a zan -- vez Gê
      Me meus choa -- zet eur ves -- trez
      Eur pla -- c’hig a zan -- vez __
      Ta -- rik ta -- rik lan la
      P’oun êt d’he vi -- zi -- ta ho!
      Ta -- rik ta -- rik lan la
      Ar pla -- c’hig ’doa ne -- tra. __
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 120 4)
    }
  }
}
I

Me meus choazet eur vestrez
Eur plac’hig a zanvez Gê
Me meus choazet eur vestrez
Eur plac’hig a zanvez
Tarik tarik lan la
P’oun êt d’he vizita ho !
Tarik tarik lan la
Ar plac’hig ’doa netra.

II

Nemet eur vioc’h biskorn
Ha kam ha treut ha born, gê

bis

Ha c’hoaz al loen kornek
A voa d’eun amezeg !

III

Hag eun tamig brozig ru
Diskolpet a bep tu, gé,

bis

Staget ouz eur berchen
Ha karget oll a c’huen !



I

J’avais pris une maîtresse
Et de bonne maison, Gai !
J’allais commander la messe
Pour nous épouser
Tarik tarik lan la
Je lui croyais du bien. Oh !
Tarik tarik lan la,
Mais elle n’avait rien

II

Je vais la voir un dimanche
Pour faire ma cour, Gai !
N’ai vu qu’une vache blanche
Au ventre efflanqué,
Tarik tarik lon la
La bête ne vaut rien
Oh ! Tarik tarik lon la
Mais elle est au voisin

III

N’ai vu qu’une robe grise
Accrochée au mur. Gai !
Toute pleine de reprises,
Au jupon troué.
Tarik tarik lon la
Mariez-vous, mes vieux.
Oh ! Tarik, tarik lon la,
Mais renseignez-vous mieux !


————


Cette mélodie est un spécimen des chansons de danse des Côtes-du-Nord. Elle est dans le mode mineur et parfaitement carrée.

AN ANJELUS
L’ANGÉLUS
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°21}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key f \major
        \time 6/8
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Lento}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
        \stemUp R1*6/8*3 | r4 r8 r4^\markup{\italic{très recueilli}} c8 f4. g4. | f4 e8 d ([ e]) f | g4 ~g16 r f8 g a | \break
		bes4. a4. | g8 ([f]) a g4. ~ | g4 r8 f4^\markup{\italic{cresc.}} g8 | a4. g8 ([f]) a | g4. d4 g8 | \break
		f4.( e4 ) r8 | f4^\f g8 a4. | g8([ f]) a g4. | d4^\markup{\italic{dimin. poco rit.}} c8 d4 g8 | f2.^\p ~ | f4^\markup{\bold{a Tempo}} r8 r4 r8 \bar "|." 
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Ni ho sa -- lud gant ka -- ran -- tez
	  Roua -- nez ar zent, hag an E -- lez. __
	  C’hui a zo ben -- ni -- get, o pi -- a __
	  Hag a c’hra -- sou kar -- get, A -- ve Ma -- ri -- a. __
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 70 4)
    }
  }
}
I

Ni ho salud gant karantez
Rouanez ar zent, hag an Elez.
C’hui a zo benniget, o pia
Hag a c’hrasou karget, Ave Maria.

II

Ra vezo benniget Jezus
Ar frouez euz ho korf evurus
Kanomp gant an Elez, o pia
He veuleudi bembdez, Ave Maria.

III

Ni ho ped, Mari, gwerc’hez glan
Pa vezimp var hon tremenvan
Da c’houlen ouz Jezus, o pia.
Deomp eur maro eurus, Ave Maria.


————



I

La cloche sonne l’angélus ;
La terre a donc un jour de plus !
Sainte Vierge Marie, « O Pia
A jamais sois bénie. « Ave Maria ! ».

II

On sent la bonne odeur du foin,
L’étoile brille au ciel de Juin.
Sainte-Vierge Marie, « O Pia »
A jamais sois bénie. « Ave Maria ».


————


Ce cantique, aux paroles duquel un mélange de breton et de latin donne une naïveté charmante, est dans le mode majeur. Si l’on considère chaque mesure à 6-8 comme la réunion de deux mesures à 3-8, on trouve que sa composition rythmique renferme deux phrases de cinq mesures (à 3-8) qui se correspondent, et deux membres de sept mesures (à 3-8) également appariés.

ME VOA DEUT BETEG AMAN
J’AVIONS CHOISI MES AMOURS
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°22}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key a \major
        \time 2/4
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {All° moderato}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
        \stemDown R1*2/4*4 | d'8 b cis d16([ cis]) | b8 cis a4 | d8 b cis cis | d4 cis8 r | \break
        \stemNeutral fis, b cis d16 ([ cis]) | b8 cis  \stemDown a b^\markup{\italic{timide}} | \stemNeutral a8. fis16 gis8 a | cis4 b ~ | b2 ~| b8 r r4 | \bar "|." 
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Me voa deut be -- teg a -- man
      Da ga -- na da zan -- sal
	  Al -- las! di -- rag Ma -- rian -- na
	  Me na gre -- dan ket gwi -- kal. __
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}


I

Me voa deut beteg aman
Da gana da zansal
Allas ! dirag Marianna
Me na gredan ket gwikal.

II

Abaoue m’he deus taolet
Eur zell tener varnhon
Va mouez a zo diraouilhet
Ha tomet eo va c’halon


III

Ha brema ni zaï en dro
Laouen oll ha seder
’ n eur gana beteg ma vo
Peurskuizet hon divesker.


————



I

J’avions choisi mes amours
Pour mener la danse ;
Mais elle a d’si biaux atours
J’craignons que l’on commence.

II

Ell’ m’a lancé son regard
Avec complaisance,
Et je m’sentions tout gaillard,
J’voulons que l’on commence.


————


Cette chanson de Cornouailles est dans le mode phrygien. Le phrygien, comme le dorien, est basé sur une dominante, et sa terminaison, dans laquelle le sens reste suspendu, déroute un peu notre oreille.

Bien qu’elle ait été recueillie à Plestin, cette chanson est originaire de Scrigniac en Cornouailles.

AN EOL A ZAO
LE SOLEIL MONTE
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.16.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°23}
      \autoBeamOff
      \relative c'' {
        \clef treble
        \key c \major
        \time 6/8
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Allegretto}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #3
        R2.*5 | r4 r8^\fermata g8^\mf g g | d'4. ~ d4 c8 | d4 e8 c [(b)] c | \break
        d4. ~ d4 c8 | d4 e8 c [( b16 ]) r c8 | d4. ~ d4^\< c8 | d4 e8 c4.^\! ~ | c2.^\> ~ | \break
        c2. ~ | c2.^\! | R2. | r4 r8 r4 c8 | d4. ~ d4 d8 | a4. d4. | c4 b8 a r b | \break
        c4 d8 b [(a]) g | a4 b8 c16^> [(a]) a4 ~ | a2. ~ | a4. r8 r a^\f | d4. ~ d4 d8 | \break
        a4. d4. | c4 b8 a r b | d4 c8 a4 b8 | g2. ~ | g2. ~ | g2. \bar "|."
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      An eol a zao da do -- ma’r bed
      Ar c’houailh zo toues an hed
      ar c’houailh’ zo toues an hed __
      Mar -- jân, __ pe -- gen kaer eo be -- va ’n_em ga -- ret ha ka -- na la la __ _
      Mar -- jân, __ pe -- gen kaer eo be -- va ’n_em ga -- ret ha ka -- na. __

    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #150
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 120 4)
    }
  }
}


I

An eol a zao da doma’r bed
Ar c’houailh zo toues an hed
ar c’houailh’ zo toues an hed
Mar-jân, pegen kaer eo beva
’n em garet ha kana la la
Mar-jân, pegen kaer eo beva
’n em garet ha kana.

II

Sourral a reont an aveliou
Au drevad, ar bleuniou, (bis)

Marjan, pegen kaer eo beva,
’n em garet ha kana, (lalaa)

Bis



————



I

Le soleil monte à l’horizon
La caille est dans les blés,
la caille est dans les blés.
Ma Jeanne, écoute ma chanson.
Quel beau temps pour s’aimer ! La la !
Ma Jeanne, écoute ma chanson.
Quel beau temps pour s’aimer !

II

Le vent caresse la moisson ;
Les champs sont embaumés,
Les champs sont embaumés.

Ma Jeanne, écoute ma chanson
Quel beau temps pour s’aimer, la la !

Bis


————


Cette charmante melodie, d’une couleur si agreste et d’un contour si original, est dans le mode hypophrygien. On remarquera la liberté de sa construction rythmique, La première période renferme six mesures distribuées de la manière suivante : un motif rythmique de deux mesures répété deux fois et encadré entre deux motifs d’une mesure qui se font pendant. Les deux dernières périodes sont des phrases de cinq mesures, qui se répondent symétriquement.

MONA
MONA
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.16.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°24}
      \autoBeamOff
      \relative c'' {
        \clef treble
        \key a \minor
        \numericTimeSignature 
        \time 4/4
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Adagio assai}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
        R1*3 | r2 r4 a8 a | d2 d8 e e d16 [(c]) | b2 b8 r c d | \break
        e4. (fis8)  e4 d8 e | b2 ~ b16 r b8 b b | e4. (fis8 e) d e c | \break
        \stemUp b4 ( \grace { c16 [b]) } a4 ~ a8 r \stemNeutral b c | d4. (e8) c4 \override TupletBracket.bracket-visibility = ##f \tuplet 3/2 { b a8 } | a2 ~ a8 r r4 \bar "|."
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Touez an a -- leg var ribl ar c’houe -- ren
      He zrei -- di -- gou ’bars an dour __
      Mo -- nig a vouel, __ beu -- zet en an -- ken __
      Di -- le -- zet __ gant an traï -- tour. __

    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #150
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}


I

Touez an aleg var ribl ar c’houeren
He zreidigou ’bars an dour
Monig a vouel, beuzet en anken
Dilezet gant an traïtour

II

Dour ar wazig en deus kendalc’het
Da ruilh laouen dre ar vro,
Plac’hig yaouang, da galon rannet
A jomo tenval atao.



————



I

Sous les saules de la rivière
Mona pleure son amant
Ses petits pieds troublant l’eau claire,
Il la laisse, le méchant !

II

Tout a l’heure l’onde agitée
Reprendra son joyeux cours.
Tu resteras l’âme troublée,
Pauvre fille, et pour toujours !


————


Cette admirable mélodie est dans le premier mode du plain-chant avec si naturel.

AR VAOUEZ TAPET MAT
LA FEMME EMBARRASSÉE
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°25}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key d \minor
        \numericTimeSignature 
        \time 2/4
        %\partial 8*3
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Allegro vivo}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
        |R1*2/4*7| a'8 g a g | a4 d | c2 | a8 bes c \stemUp bes16 a | \break
		g4 a8 a | f4 ~ f8 r | g g a a16 a | d,4 g8 g | a4 ~ a8 r | \break
		a g a g | a4 \stemNeutral d | c4 r8 r16 c | a8 bes c bes16 ([ a]) | g4 a | \break
		c8 bes a4 | a4. r16 a | a8 bes c bes16([ a]) | g4 a | g2^\fermata \bar "|." 
      } 
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    { 
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Ha pe -- naoz e rin kram -- poez
	  Al -- lon la di -- gue da al -- lon la __
	  Al -- lon la di -- gue da al -- lon la __
	  Ha pe -- naoz e rin kram -- poez
	  Pa n’e -- meus ket eur ban -- ne lêz, va c’hom -- mer
	  Pa n’e -- meus ket eur ban -- ne lêz.
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #150
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 120 4)
    }
  }
}


I

Ha penaoz e rin krampoez
Allon la digue da allon la
Allon la digue da allon la
Ha penaoz e rin krampoez
Pa n’emeus ket eur banne lêz, va c’hommer
Pa n’emeus ket eur banne lêz.

II

Ha p’e gwir ar bleud, siouas !
E ti’r miliner ema c’hoas

III

Ha p’e gwir gant va dien
Ne c’hellan kaout’met aman gwen.

IV

Ha p’e gwir va rozel goz
Zo bet laeret epad an noz.



————



I

Mon mari m’a commandé
Allon la digue da allon la
Allon la digue da allon la
Des crèpes pour son dîner.
Mais comment le contenter, commère,
Mais comment le contenter.

II

La poêle est chez le chaudronnier
Allon la digue da allon la, (bis)
La farine à récolter,
Et le beurre est au marché, commère,
Et le beurre est au marché !


————


Cette chanson, d’une allure franche et naturelle, est dans le mode phrygien. Sa construction rythmique offre un exemple assez remarquable de la division tripartite, chère au tempérament breton. Si l’on l’analyse, on voit qu’elle se compose de deux périodes, composée chacune de trois phrases de trois mesures. D’après notre notation la deuxième phrase de la seconde période renferme quatre mesures au lieu de 3 ; mais la mesure en plus tient ici lieu de point d’orgue et sa présence n’altère en rien la symétrie de la composition rythmique.

AR C’HEMENER
NON, LE TAILLEUR N’EST PAS UN HOMME
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°26}
      \autoBeamOff
      \relative c'' {
        \clef treble
        \key g \minor
        \numericTimeSignature 
        \time 9/8
        \partial 8*3
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Allegro}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
        r4 r8 |R1*9/8*4| \time 6/8 r1^\markup {\italic {très décidé}} r8 g \stemUp bes \stemNeutral a | g4.^^ g8 bes c | \break
        d4^^ r8 c d ees | d4 c8 d4.^^ ~ | d16 r bes8^\mf c d4 d8 | c4^^ bes8 d4 d8 | \break
        c4^^ bes8^\markup {\italic {cre  -  scen  -  do}} d4 d8 | c4^^ bes8 d4 d8 | c4.^^ ~ c4 r8 | bes4.^\f^\markup {Choeur} a4 a8| g4 g16 r g8 bes c | \break
        d4^\sf r8 r4 a8 | bes4. c8 bes a \bar "||" \time 9/8 g r a bes4. c8 bes a | g4. ~ g8 r r r4 r8 \bar "|." 
      } 
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    { 
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Eur c’he -- me -- ner n’eo ket eun den,
      Eur c’he -- me -- ner n’eo ken! __
      Mat da c’hla -- bou -- sat
      Ha da c’hri -- at
      A -- ze -- zet var eun dor -- chen vat __
      Nan, eur c’he -- me -- ner n’eo ket eun den
      Eur c’he -- me -- ner n’eo ken
      Eur c’he -- me -- ner n’eo ken. __

    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #150
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 120 4)
    }
  }
}


I

Eur c’hemener n’eo ket eun den,
Eur c’hemener n’eo ken !
Mat da c’hlabousat
Ha da c’hriat
Azezet var eun dorchen vat
Nan, eur c’hemener n’eo ket eun den
Eur c’hemener n’eo ken
Eur c’hemener n’eo ken.

II

Eur c’hemener n’eo ket eun den
Eur c’hemener n’eo ken
Mat de feneanti
Da gommeri
Da zeseo Yannig ha Jani
Nan, eur c’hemener n’eo ket eun den
Eur c’hemener n’eo ken (bis)

III

Eur c’hemener n’eo ket eun den
Eur c’hemener n’eo ken
D’ar yaouankizou.
’ Kano soniou
M’ar glepont dezhan e c’hinou.
Nan, ar c’hemener n’eo ket eun den.
Eur c’hemener n’eo ken. (bis)



————



I

Non le tailleur n’est pas un homme ;
Ce n’est rien q’un tailleur.
Il a peur des coups,
Il taille et coud,
Et s’accroupit sur ses genoux,
Non le tailleur n’est pas un homme ;
Ce n’est rien qu’un tailleur,
ce n’est rien qu’un tailleur !

II

Non le tailleur n’est pas un homme ;
Ce n’est vien qu’un tailleur,
C’est un fainéant,
Trop complaisant,
Quand une fille a des galants.
Non le tailleur nest pas un homme ;
Ce n’est rien qu’un tailleur. (bis)

III

Non le tailleur n’est pas un homme ;
Ce n’est rien qu’un tailleur.
Nous nous amusons
De ses chansons,
Mais cest nous qui les arrosons
Non le tailleur nest pas un homme ;
Ce nest rien qu’un tailleur ! (bis)


————


Cette chanson se compose de trois membres de phrase : deux membres de quatre mesures et un de six mesures. L’apparition inatendue d’une mesure â 9/8 dans la dernière phrase donne beaucoup de vigueur à la terminaison.

GOURC’HEMENNOU DOUE
LES COMMANDEMENTS DE DIEU
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°27}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key aes \major
        \time 2/4
        %\partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Andante maestoso}
        \compressFullBarRests
         R2*1^\markup {\bold{1}} | r4 r8 ees8 | \stemDown aes bes c aes | c4 bes | \stemUp aes r8 ees | \break
		 \stemDown aes bes c aes | c4 bes | \stemUp aes4. r8 | \stemDown bes2 | c8 bes aes bes | \break
		 c4 \stemUp f, | ees r8 ees | \stemDown aes bes c aes | c4 bes | \stemUp aes2 ~ | aes8 r4 \bar "|."
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Eun Doue eb -- ken a a -- do -- ri
      Ha dreist peb -- tra oll a ga -- ri
      E vên en ha -- no na douï ket
      Nag i -- ve ne -- tra all e -- bet. __
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #150
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}


I

Eun Doue ebken a adori
Ha dreist peb-tra oll a gari
E vên en hano na douï ket
Nag ive netra all ebet.

II

Ar zuliou santel a viri
E servich Doue, ouz e veuli
Da dad, da vam a henori
Evit pell amzer ma vevi. [2]



————



I

Un seul Dieu tu adoreras
Et aimeras parfaitement.
Dien en vain tu ne jureras,
Ni autre chose pareillement.

II

Les Dimanches tu garderas,
En servant Dieu dévotement.
Tes père et mère honoreras,
Afin de vivre longuement.

III

Homicide point ne seras,
De fait, ni volontairement.
Luxurieux point ne seras,
De corps ni de consentement.

IV

Le bien d’autrui tu ne prendras,
Ni retiendras a ton escient.
Faux témoignage ne diras,
Ni mentiras aucunement.

V

l’oeuvre de chair ne désireras,
Qu’en mariage seulement.
Biens d’autrui ne convoiteras,
Pour les avoir injustement.


————


Cette chanson religieuse nous offre un exemple de la première destination de la poésie chantée chez les peuples primitifs. C’est pour mieux graver dans la mémoire des Bretons les commandements de Dieu que les missionnaires eurent l’idée d’y adapter une mélodie. Celle-ci par la simplicité et la netteté de son contour, convenait admirablement à cette destination. Tout le monde la chante en Bretagne.

Au point de vue de la construction rythmique, elle se compose d’une phrase de trois mesures qui se répète deux fois, d’une phrase de quatre mesures et du retour de la phrase initiale de trois mesures.

GANT AR VOMBARD HAG AR BINIOU
AU SON DU FIFRE
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°28}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key c \major
        \numericTimeSignature 
        \time 2/4
        %\partial 8*3
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Marziale}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
        R1*2/4*15| r4 r8. d16^\markup {\bold {A}}^\p | d8 a'^^ a8. f16 | g8 a a4^^ | a8^^ c16 b a b c b | \break
        a4 a8 r16 a | a8 a c8.^^ b16 | a8 g f4^^ | d8^^ f16 e d4 | d8^^ f16 g a4 | \break
        d,8^^ f16 e d e d e | d4^> d8 \breathe d'^\markup {\bold {B}}^\p | d d f8.^^ e16 | d8 c bes4^^ | \break
        g8^^ \stemUp bes16 a g4 | g8^^ \stemNeutral bes16 c d4 | \stemUp g,8^^ bes16 a g a bes a | g4^> g8 r8 \bar "|." 
      } 
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan"
    { 
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Gant ar vom -- bard hag ar bi -- niou
      An dud a ia ka -- zel ha ka -- zel
      Din -- dan bleun gwen an a -- va -- lou,
      Lan dou di di, lan dou di da.
      An env zo glaz ha tom an a -- vel
      Din -- dan bleun gwen an a -- va -- lou
      Lan dou di di, lan dou di da.
      An env zo glaz ha tom an a -- vel.

    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #150
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}


I

Gant ar vombard hag ar biniou
An dud a ia kazel ha kazel
Dindan bleun gwen an avalou,
Landoudidi, landoudida.
An env zo glaz ha tom an avel
Dindan bleun gwen an avalou
Landoudidi, landoudida.
An env zo glaz ha tom an avel.

II

Deomp dourn ha dourn d’ober dans-tro
Dindan ar gwez nevez-glasderet

Ha doug an deiz ni a fringo
Landoudidi landoudida
Mibin evel ar gwenilied.

Bis



————



I

Au son du fifre et du biniou,
S’en va gaîment un long cortège.
Le ciel est bleu, le vent est doux.
Lan dou di di lan dou di da.
Les ponmmiers ont des fleurs de neige.
Le ciel est bleu, le vent est doux.
Lan dou di di lan dou di da.
Les pommiers ont des fleurs de neige.

II

Filles et gars formez un rond
A l’ombre des feuilles nouvelles
Et jusqu’au soir nous tournerons
Landoudidi landoudida !
Comme les vives hirondelles


————


Cette petite marche, d’une charmante couleur, est dans le premier mode du plain-chant avec si naturel. Sa construction rythmique nous présente encore un exemple de la période mésodique : on trouve en 1’analysant, un motif de deux mesures dépourvu de pendant, encadré entre deux phrases de 4 mesures qui se correspondent.

KANAOUEN EVIT DANSAL
CHANSON ALTERNÉE
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kaner" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°29}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key bes \major
        \numericTimeSignature 
        \time 2/4
        \partial 4*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Presto}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
      r4 | R1*2/4*7 | r8^\markup{\italic{à pleine voix}}^\markup{1\super{er} chanteur} ees' d c | bes bes g c | d ees d c | \break
      bes bes g c | d r r4 | R2 | R2 | \break
      r8 \set fontSize = #-2 g, a bes | c4 \set fontSize = #0 c8 d16 ees16 | f8 g g f |ees c16 d ees8 d | c bes g c | \break
      d4 r | R2 | R2 | R2 | R2 \bar "|." 
      } 
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kaner"
    { 
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      E stu -- di be -- lek me zo bet bars e Guin -- gamp e San Bri -- ek.
      \tiny  «e San Bri -- ek»
       \normalsize Tra la la la la la la la lalala la la la la la la la la!
    }
     \new Voice = "diskaner" {
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key bes \major
        \numericTimeSignature 
        \time 2/4
        \partial 4*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
      r4| R1*2/4*7 | R2^\markup{2\super{d} chanteur} |R2 | R2 | 
      r8 \set fontSize = #-2 bes' g c | d \set fontSize = #0 ees^\markup{\italic{à pleine voix}} d c | bes g a bes | c ees d c | 
      bes g a bes | c4 r4 | R2 | R2 | r8 \set fontSize = #-2 bes g c | 
      d4 \set fontSize = #0 d16([ ees]) d ees | f8 g g f | ees c16 d ees8 d | c bes g c | c2\fermata  \bar "|." 
      } 
    }
    
    \new Lyrics \lyricsto "diskaner"
    { 
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      \tiny «e San Bri -- ek» \normalsize E stu -- di be -- lek me zo bet bars e Guin -- gamp e San Bri -- ek.
      \tiny «Tra la la la» \normalsize la la la la lalala la la la la la la la la la la la la!

    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #150
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 120 4)
    }
  }
}

————


Cette chanson appartient à la classe des chansons de danse alternées qui s’exécutent toujours à deux voix et dans un diapason assez élevé. La présence obligée de deux chanteurs n’a pas pour but de présenter le motif sous forme de duo, mais de rendre la fatigue moins grande en la divisant. Un des chanteurs entonne la première phrase, l’autre lui répond et ainsi de suite. Comme ce dialogue musical ne doit pas apporter la moindre perturbation à l’unité rythmique, chaque chanteur a soin d’attaquer avant le début de sa phrase, les dernières notes de la phrase chantée par son partenaire. Il se produit ainsi à la fin de chaque période un rinforzando résultant de la superposition des deux voix, qui imprime un nouvel élan au chant et à la danse.

L’air de cette chanson sert d’accompagnement à la danse appelée bal.




Nous ne donnons pas la suite des paroles qui dans ce genre de chansons n’ont qu’un intérêt secondaire. On a l’habitude en Bretagne d’appliquer à ces thêmes de danse n’importe quelle poésie dont le rythme s’accorde avec le rythme musical.


————


EUR WELADEN EN IFERN
CELUI QUI ALLA VOIR SA MÂITRESSE EN ENFER
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \set Staff.instrumentName = \markup {\large \bold N°30}
      \autoBeamOff
      \relative c' {
        \clef treble
        \key fis \minor
        \numericTimeSignature 
        \time 6/8
        \partial 8*1
        % \set melismaBusyProperties = #'()
        % \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup {Mesto}
        \compressFullBarRests
        \override MultiMeasureRest.expand-limit = #2
        r8 | R1*6/8*5| fis8 cis' cis \grace { b8 } a4. | b8 d cis a4. | \break
        b8 cis cis b ([a]) gis | \stemUp b4 \breathe a8 fis4 cis8 | fis4. gis8 b a | \tuplet 4/3 { fis8 gis b a } fis4 e8 | \break
        a4 \breathe gis8 fis4 cis8 | fis4. gis8 b a | \tuplet 4/3 { fis8 gis b a } fis4 e8 | fis4. ~ fis8 r8 r8 \bar "|."  
      } 
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan"
    { 
      %\override LyricText #'font-shape = #'italic
      Ar paour kez Job zo glac’ -- ha -- ret
      Ma -- ro e Fant ka -- ret,
      E ga -- lon kar -- get a an -- ken
      Eo êt en eur gou -- ent
      E ga -- lon kar -- get a an -- ken
      Eo êt en eur gou -- ent. __
    }
  >>
  \layout { 
    % indent = #00
    line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 90 4)
    }
  }
}


I

Ar paour kez Job zo glac’haret
Maro e Fant karet,
E galon karget a anken
Eo êt en eur gouent
E galon karget a anken
Eo êt en eur gouent.

II

Evit he gwelet a-nevez
Ha klevet c’hoaz he mouez,

Job en ifern zo diskennet
Etouez an dud daonet.

bis


III

Gwelet a ra e Fantik keaz
Var eur skaon tan, siouas !

— Daoust ha me c’hell dre bedennou
Terri ho tourmanchou ?

bis


IV

— Na peden, na iun nag offern
Na dorront an ifern

Va zourmanchou zo eternel
’ Vit eur pec’hed marvel.

bis



————



I

Ayant perdu son cher amour,
Qu’il voyait nuit et jour,
De désespoir le pauvre amant
Entra dans un couvent,
De désespoir le pauvre amant
Entra dans un couvent.

II

Voulant la voir comme autrefois,
Entendre encor sa voix,
Il se présente à Lucifer,
Pour visiter l’enfer.
bis

III

Il l’aperçoit au sombre lieu,
Sur un siège de feu :
« Puis-je apaiser votre tourment
En jeûnant constamment. »
bis

IV

« Messe, oraisons, rien n’y ferait
Je brûle pour jamais :
Dis à mes soeurs mon sort cruel
Pour un péché mortel. »
bis


————


Cette mélodie est en mode hypodorien. Sa construction rythmique se compose d’un membre unique de quatre mesures et de deux phrases appariées de trois mesures. On remarquera que dans chacune de ces deux tripodies, le premier temps de la seconde mesure est rempli par un groupe de quatre croches. L’uniformité du rythme ternaire de la mesure à 6/8 se trouve ainsi rompue par 1’apparition inattendue de 1’élément binaire.

Trente Mélodies Populaires
de Basse-Bretagne
recueillies et harmonisées par
L.-A. BOURGAULT DUCOUDRAY
Traduction française en vers par François COPPEE
ET TEXTE BRETON
————

Ma douce Annette. — Va dous Annaïg.
Le Semeur. — An Ader.
Adieux à la Jeunesse. — Kenavo d’ar yaouankis.
Au son du fifre. — Gant ar vombard hag ar biniou.
Lamentations. — Kaonv d’ar yaouankis.
Le Sabotier. — Ar Boutaouer.
Silvestrik. — Silvestrik.
Un jour sur le pont de Tréguier. — Var bont an naonet.
Le rapt. — Skraperez.
Complainte d’une méchante. — Guerz ar vechantez.
La soupe au lait. — Souben al lez.
Disons le Chapelet. — Lavaromp ar chapeled.
Le Paradis. — Ar Baradoz.
Dimanche a l’aube. — Disul vintin.
Iannik le Bon Garçon. — Yannïg ar "Bon Garçon".
La prière des Arzonnais. — Peden an Arvoriz.
Le départ de l’âme. — Kimiad an Ene.
Sône Cornouaillais. — Eur zon kerné.
O mon Dieu, la triste nouvelle. — Pebeuz kelou.
Le Clerc de Trémélo. — Kloareq Tremelo.
La petite robe. — Ar vrozig ruz.
J’avions choisi mes amours. — Me voa deut beteg aman.
Le soleil monte. — An eol a zao.
Mona. — Mona.
La femme embarrassée. — Ar vaouez tapet mat.
Non, le tailleur n’est pas un homme. — Ar c’hemener.
L’Angélus. — An Anjelus.
Les commandements de Dieu. — Gourc’hemennou doue.
Chanson alternée. — Kanaouen evit dansal.
Celui qui alla voir sa maîtresse en enfer. — Eur weladen en ifern.


————


Chaque Mélodie, sans accompagnement. . . . . . prix net 1.50
Les trente Mêlodies, sans accompagnement, le recueil . — 10. »
Le recueil avec accompagnement de piano . . . . . — 40. »

Les mélodies précédées d’un astérisque * existent séparées avec accompagnement de piano

Les mélodies précédées d’une croix + existent avec accomt d’orchestre (matériel en location)

Le texte breton ne figure que sur les mélodies sans accompagnement
————
PARIS — HENRY LEMOINE & Cie. Éditeur,
17, Rue Pigalle, (IXe)
BRUXELLES, 37, boulevard du Jardin Botanique
Tous droits d’exécution, de reproduction et d’arrangements réservés pour tous pays.
Copyright 1931 by Henry Lemoine & Cie.
IMPRIME EN FRANCE

  1. Poésie française imitée de la version du BARZAZ BREIZ du Vte Hersart de la Villemarqué.
  2. Nous croyons inutile de donner la suite des paroles bretonnes, qui sont tirées du recueil vannetais : GUERZENNEU EID OL ER BLAI, Vannes, chez Galles.