Trente mélodies populaires de Basse-Bretagne (1931)/Gourc’hemennou doue

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Oberennoù damheñvel pe handelvoù all zo ivez, gwelout Gourc’hemennoù Doue.



GOURC’HEMENNOU DOUE
LES COMMANDEMENTS DE DIEU
Traduction française en vers de
FR.COPPÉE
                  
Musique de
L. A. BOURGAULT-DUCOUDRAY


Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


I

Eun Doue ebken a adori
Ha dreist peb-tra oll a gari
E vên en hano na douï ket
Nag ive netra all ebet.

II

Ar zuliou santel a viri
E servich Doue, ouz e veuli
Da dad, da vam a henori
Evit pell amzer ma vevi. [1]

————


Cette chanson religieuse nous offre un exemple de la première destination de la poésie chantée chez les peuples primitifs. C’est pour mieux graver dans la mémoire des Bretons les commandements de Dieu que les missionnaires eurent l’idée d’y adapter une mélodie. Celle-ci par la simplicité et la netteté de son contour, convenait admirablement à cette destination. Tout le monde la chante en Bretagne.

Au point de vue de la construction rythmique, elle se compose d’une phrase de trois mesures qui se répète deux fois, d’une phrase de quatre mesures et du retour de la phrase initiale de trois mesures.

  1. Nous croyons inutile de donner la suite des paroles bretonnes, qui sont tirées du recueil vannetais : GUERZENNEU EID OL ER BLAI, Vannes, chez Galles.