Ar C’hemener

Eus Wikimammenn
Aller à la navigation Aller à la recherche

Oberennoù damheñvel pe handelvoù all zo ivez, gwelout Ar c’hemener.

J. Maisonneuve ha Ch. Leclerc, 1889  (p. 163-255)


AR C’HEMENER
(Le Tailleur)


Ar c’hemener pa ia d’ann ilis
Far dibi dao oao oao
Ar c’hemener pa ia d’ann ilis,
A zo gwisket ’vel eur bourc’hiz [1] ;
Pa ia da gemer dour binniget
Far dibi dao oao oao
Pa ia da gemer dour binniget,
A ra taol lagad d’ar meried.
Ridegonda,war ar c’hemener !
Ridegonda, kemener oa !

Ar c’hemener pa vo interet,
N’vo ket laket ’n doar binniget ;
Mes vo laket d’ar penn ann ti
D’ar chas mond da stota war-n’hi [2].


AR C’HEMENER
LE TAILLEUR
Ar skridoù-sonerezh zo diweredekaet evit poent.


————

  1. Une autre version dit : « vel eur markiz — comme un marquis ».
  2. War-n’hi, grammaticalement : « sur elle ». War-n’ehan; War-n’han : « sur lui ».
    Cette faute de grammaire a-t-elle été commise à dessin ? Ainsi l’on aurait voulu combler d’outrages le tailleur, en refusant à cet être inférieur jusqu’à son sexe. il ne sera plus d’aucun genre déterminé : « Un tailleur n’est pas un homme », dit un proverbe.
    D’un autre côté, ces erreurs grammaticales ne sont pas rares. Elles ont été faites par quelque chanteur, dont le breton paut-être n’était pas la langue familière ; acceptée par l’auditoire, sans critique aucune, elles ont été dans la suite maintenues et transmises sous le couvert du texte.