Yannig ar “ bon-garçon ”

Eus Wikimammenn
Aller à la navigation Aller à la recherche

Oberennoù damheñvel pe handelvoù all zo ivez, gwelout Yannig ar Bon-garçon.

Rouart, Lerolle & Cie, 1913  (p. 40-41)



Yannig ar “ bon-garçon ”


1. Version du Trégor.
Ar skridoù-sonerezh zo diweredekaet evit poent.


Marc’hadourien Pariz, marc’hadourien Rouan,
Pac’h efet da Geraez, da foar galangoan,
Na et ket d’an ti bras a Rohan da lojan.


TRADUCTION. — Marchands de Paris, marchands de Rouen, — Quand vous irez à Carhaix pour la foire de la Toussaint, — N’allez pas loger dans la grande maison de Rohan.

Chanté par Françoise Menguy, Port-Blanc.


2. Autre Version du Trégor.
Ar skridoù-sonerezh zo diweredekaet evit poent.


Eur marc’hadour bihan eus ar gêr a Rouan,
’Zo et da Geraez, da foar galangoan
Da brena daou goupl saout, eur c’houpl oc’hen iwe.


TRADUCTION. — Un petit marchand de la ville de Rouen — Est allé à Carhaix, à la foire de la Toussaint, — Pour acheter deux couples de vaches, une couple de bœufs aussi.

Chanté par Maryvonne Bouillonnec. Tréguier.


3. Version du Vannetais.
Ar skridoù-sonerezh zo diweredekaet evit poent.


Cheleuet, tud iouank hag er re goh eùé,
Hui gleuou ur huerzen zou saùét a neùé,
Hui gleuou ur huerzen zou saùèt a neué.


TRADUCTION. — Ecoutez, jeunes gens, et les vieux aussi ; — Vous entendrez une gwerz composée nouvellement (bis).

Recueilli par L. G., à Lochrist.
Dihunamb ! (réveillons-nous) 1909. Lorient.