Marivonig (Duhamel)

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Oberennoù damheñvel pe handelvoù all zo ivez, gwelout Marivonig.

Rouart, Lerolle & Cie, 1913  (p. 37-39)



Marivonig


1. Version du Trégor.
Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


An de kenta eus a viz Du,
’Tiskennas ar Saozon en Dour-Du,
’Tiskennas ar Saozon en Dour-Du


TRADUCTION. — Le premier jour du Mois Noir [novembre] — Descendirent les Saxons [Anglais] dans le Dourduff.

Chanté par Mlle Reine-Anne Le Braz, Port-Blanc.


2. Autre Version du Trégor.
Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


Noté par le Colonel Bourgeois.
Communique par M. F. Vallée
.


3. Version de Basse-Cornouaille.
Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


Noté et communiqué par M. H. Guillerm,
Ergé-Armel, près Quimper.

N. B. — Cette version ne diffère de la première que par les mesures finales. La suivante est extraite des Poésies Populaires de la France (Mss. de la Bibl. Nat.) et a été reproduite par M. Rolland dans son 3ème Recueil de Chansons Populaires (Paris 1887.) Ce volume ayant été tiré à un très petit nombre d’exemplaires. je crois devoir rééditer cette mélodie. — On trouvera une sixième variante — analogue à la version du Trégor, mais basée sur la gamme de ré sans accident au lieu de l’hypodorien — dans les Chansons et Danses des Bretons, de Quellien.


4. Version du Léon.
Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


D’an daou varn-ugent a viz Du
’Tiskennas ar Zaozon en Dour-Du,
’Tiskennas ar Zaozon en Dour-Du.


TRADUCTION. — Le vingt-deux du Mois Noir — Descendirent les Saxons dans le Dourduff (bis).

Recueilli par M. Lejean, Lesneven.


5. Version du Vannetais.
Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


Chileuet ’ta na chileuet, chileuet ’ta na chileuet,
Ur soñnen a neué saùet,
Hé ! roulanla lanla dibedik !
Hé ! roulanla lanla dibeda !


TRADUCTION. — Ecoutez donc, écoutez (bis) — Une chanson nouvellement composée, — Hé ! roulanla, etc.

Recueilli par M. Loeiz Herrieu, noté par M. Renan Saib.
Kloc’hdi Breiz (Le Clocher Breton), 1904, Lorient.