Pajenn:Quellien - Chansons et danses des Bretons.djvu/140

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
128
CHANSONS ET DANSES DES BRETONS


Ac’hane neuze int bet et,
Bete Stang-ar-C’hont ’n deuz he kaset
Hag eno oe ’dare pognardet.

Ann otro Rumin p’an euz klewet,
He vaionetez en euz tennet,
’N he geste deo ’n euz hi blantet.

Ac’hane neuze int bet
Bete Keraudren e digaset
Hag eno oe ’dare pognardet.

Kri vije ar galon na oelje [1]
En Keraudren neb a vije,

O klewet ar maer o c’houl pardon
Digant Rumin’ greiz he galon ;

  1. J’ai entendu aussi : « hen gwelje... le cœur qui l’aurait vu... » Cela n’avait plus de sens. — Goelje, vije, le présent du conditionnel, dans le sens du passé. Cette substitution d’un temps présent à un prétérit, pour la forme, non pour le sens, est d’un usage fréquent dans la poésie bretonne.