Mari Derrienig (Duhamel)

Eus Wikimammenn
Aller à la navigation Aller à la recherche

Oberennoù damheñvel pe handelvoù all zo ivez, gwelout Mari Derrienig.

Rouart, Lerolle & Cie, 1913  (p. 68-69)



Mari Derrienig


1. Version du Trégor.
Ar skridoù-sonerezh zo diweredekaet evit poent.


Mari Derrienig, a veg al lan,
Braoa merc’h ’zo ganet gant mam.
Gwell a vije d’ezi na vije,
P’eo klanv gant ar c’hlenved newe.


TRADUCTION. — Marie Derrienic, du haut de la lande, — [Est] la plus jolie fille qui soit née d’une mère. — Mieux vaudrait pour elle qu’elle ne le fût pas, — Puisqu’elle est atteinte du mal nouveau.

Chanté par Marguerite Philippe, Pluzunet.
Phono F. Vallée (Fac. des L., Rennes).


2. Autre Version du Trégor.
Ar skridoù-sonerezh zo diweredekaet evit poent.


Mari Derrien, barouz Dinam,
Bravan merc’h ’zo ganet gant mamm.
Nemet daoust ha pegen koant e,
Eo klanv gant ar c’hlenved newe.


TRADUCTION. — Marie Derrien, de la paroisse de Dinam, — Est la plus belle fille qui soit née d’une mère. — Quoiqu’elle soit gentille, — Elle est atteinte du mal nouveau.

Chanté par François Roux, Trégonneau.
Phono Y. le Moal.