Mari Derrienig (Duhamel)

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Oberennoù damheñvel pe handelvoù all zo ivez, gwelout Mari Derrienig.

Rouart, Lerolle & Cie, 1913  (p. 68-69)



Mari Derrienig


1. Version du Trégor.
Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


Mari Derrienig, a veg al lan,
Braoa merc’h ’zo ganet gant mam.
Gwell a vije d’ezi na vije,
P’eo klanv gant ar c’hlenved newe.


TRADUCTION. — Marie Derrienic, du haut de la lande, — [Est] la plus jolie fille qui soit née d’une mère. — Mieux vaudrait pour elle qu’elle ne le fût pas, — Puisqu’elle est atteinte du mal nouveau.

Chanté par Marguerite Philippe, Pluzunet.
Phono F. Vallée (Fac. des L., Rennes).


2. Autre Version du Trégor.
Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


Mari Derrien, barouz Dinam,
Bravan merc’h ’zo ganet gant mamm.
Nemet daoust ha pegen koant e,
Eo klanv gant ar c’hlenved newe.


TRADUCTION. — Marie Derrien, de la paroisse de Dinam, — Est la plus belle fille qui soit née d’une mère. — Quoiqu’elle soit gentille, — Elle est atteinte du mal nouveau.

Chanté par François Roux, Trégonneau.
Phono Y. le Moal.