Pajenn:Luzel - Koadalan.djvu/8

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n’he deus ket ezhomm da vezañ adlennet.


tendra, n'importe où il sera, et il accourra aussitôt. Il faut lui lier les ailes et la tête entre ses jambes. Il dort à présent. Koadalan alla chercher des cordes, pour lier les ailes et la tête de l'aigle, puis il revint vers Thérèse. — Maintenant il faut mettre le feu à un tas de bois de cent quarante cordes qui est là dans la cour. Koadalan mit le feu au tas de bois, et voilà un feu d'enfer ! — Il y a encore là une cloche qui sonne d'elle-même, quand il y a quelque chose de nouveau au château ; il faut lui enlever la langue (le battant), puis la bourrer d'étoupe. Koadalan enleva la langue de la cloche et la bourra d'étoupe. ' — Maintenant, pour devenir un beau prince, allez vous laver la tête dans l'eau d'une fontaine qui est là au bas de la cour. Il se lava la tête à la fontaine, et aussitôt ses cheveux devinrent d'or. — Maintenant, garnissez mes pieds de paille et d'étoupe, pour que je ne fasse pas de bruit sur le pavé de la cour, en partant. Il fait encore cela. — Prenez maintenant l'éponge, le bouchon de paille et l'étrille, et surtout n'oubliez pas les trois livres rouges. — C'est fait. — A présent, montez sur mon dos, et partons, vite. L'aigle ne peut plus crier, ni la cloche sonner, et ils partent au triple galop (littéralement : galop rouge). Au bout de quelque temps, Thérèse dit à Koadalan : — Regardez derrière vous; ne voyez-vous rien venir? — Si, une meute de chiens; et ils courent, ils courent! — Jetez, vite, le bouchon de paille derrière vous. Il jette le bouchon de paille, et les chiens sautent dessus et courent le porter au château. — Regardez encore derrière vous, dit Thérèse un moment après; ne voyez-vous rien ? — Je ne vois qu'un nuage qui vient sur nous, et il est si noir que le jour en est obscurci ? — Le magicien est au sein de ce nuage! Jetez, vite, l'étrille derrière vous. Il jette l'étrille; le magicien descend du nuage, la prend et la porte au château. — Regardez encore derrière vous, dit encore Thérèse un moment après, ne voyez-vous rien .? — Si, une bande de corbeaux qui viennent sur nous à tire d'aile. — Jetez, vite, l'éponge !