Pajenn:Le Pon - ar c'hemener RBV,1889.djvu/5

Eus Wikimammenn
Aller à la navigation Aller à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
124
LA CHANSON DU TAILLEUR



9. — Diwan kemener a weliz
E oa deuz ar groug enn Pariz :
Mar fell d’hac’h diskrougan al laer,
Boutet ho fri he toul he…

10. — Ha mar d’eo plijet d’hac’h ma zon,
Frealzet breman ma c’halon :
Evomb eta peb a daken
Da iec’hed markiz Lib-neuden !


————


LE TAILLEUR


CHANSON


————


(Traduction française)


1. — Le tailleur n’est pas un homme, — Ce n'est qu’un pourfendeur de poux ; il ne mérite d’être enterré — ni dans l’église, ni dans le cimetière ;

2. — Mais enfoui dans la terre d’avoine, — les chiens de la paroisse l’escortant. — L’eau qui tombe des arbres. — servira d’eau bénite sur sa tombe.

3. — Quand Jean l’Accroupi (le tailleur) va aux pardons — ses — poches sont pleines de dés, afin que les jeunes filles disent : — « Le tailleur a de l’argent ! »

4. — Regardez bien si vous n’êtes louches — l’artiste sur son coussinet : — il porte chemise de fine toile, — et là-dessous un pâté de gale.