Pajenn:Dizanv - colloque.djvu/139

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
139
FRANÇAIS ET BRETON.



RÉPONSE
à un reproche.

Vos reproches sont si obligeants, monsieur, que je n’ose presque me répentir d’une faute qui me fait recevoir une punition si agréable ; et il faut avouer que personne ne sait mieux que vous combler de faveurs ceux que vous aimez ; vous faites connaître la grandeur de vos affections par de feintes colères ; et cette galante rhétorique m’engagerait encore à plus de remercîments, si, au lieu de simples reproches, vous m’aviez dit ces agréables injures ; et j’ose vous répondre que je n’ai rien de plus cher que la qualité d’être entièrement à vous,
Monsieur,
Votre très-humble.....



RESPOUNT
Da ûr rebech.

Ho rebecbou a so quen deread, autrou, na gredan quasi en em keuzia eus a eur faot a ra d’in caout ûr kastis quen dudius, hac e ran-quer ansav penaus den ne oar guell evidoc’h combli a faveur ar re a guirit ; rei a rit da anaout ar brasder eus ho karantez dre golerou feintet, hac ar rhetoriq gaiant-se am angaj c’hoas d’ho trugarecat muioc’h c'hoas ; mæs e lec’h rebechou sempl, ma ho pe lavaret d’in an dael dudius-se, me a grete e allen res-pount deoc’h penaus n’em eus netra querroc’h eguet ar galite da veza entieramant deoc’h,
Autrou,
Ho servijer.....