Pajenn:Dizanv - colloque.djvu/136

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
136
COLLOQUE
Hé bien ! monsieur, nous y voilà.
Voilà votre argent.
Où allez-vous ?
Menez-moi chez monsieur.....
Où demeure-t-il ?
A l’enseigne de... vis-à-vis de l’hôtel de...
C'est donc ici.



LETTRE
D'un Ecolier à son Père.

Mon très-cher Père,

J’ai reçu, jusqu’à présent, tant de marques de votre bonté, qu’il m’est impossible de vous témoigner la reconnaissance et l’obligation que je vous ai du soin que vous avez de moi ; je vous prie de me le continuer. Mon régent m’a dit qu’il fallait que je fisse mon acte ; c’est ce qui me fait encore prendre la liberté de vous importuner, pour obtenir de vous quelque argent pour faire imprimer des thèses, vous assurant que je ferai tout mon possible pour ne pas perdre mon temps, et pour vous donner tout le contentement imaginable.
Mat, autrou, chetu-ni abars.
Chetu ase hoc’h arc’hant.
Pelec’h ez it-hu ?
Va c’hassit da di an autrou.....
Pelec’h e chom-en ?
En bar-ti ar... dirac di an...

Ama eo eta.



LISER
Ur Scolaer d’he Dad.

Va Zad quer,

Recevet am eus bete vreman quel-lies a verquou eus ho madelez, m’az eo dic’halluz d’in discoueza deoc’h va anaoudeguez hac an drugarez am eus eus an evez hoc’h-eus ac’hanon ; me ho ped d’er heulia d’in-me. Va kentelier en deus lavarel d’in e vije ret d’in ober ma scrid ; ar pez a ra d’in c’hoas quemeret ar frankis d’hoc’h heskina evit caout di-gueneoc’h un neubeudic arc’hant evit ober moula va zesennou ; d’ho toui a ran penaus e rin kement ha ma hellan evit ivez na gollen va am-ser, hac evit rei deoc’h an oll leve-nez imajinabl.