Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/244

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n'eo ket bet adlennet


romp glan archevéché; il faut absolument que vous le preniez. Pardonnez-moi, maisjene le ferai pas; carje n’en suis pas digne, croyez-moi. Vous trouverez mieux pour prélat; vous trouverez un bon homme, et c’est mon désir. Yous le prendrez bon gré mal gré, puisque vous êtes choisi par élection; venez la-dessus et ne tardez pas. Venez nous bénir désormais : croyez-nous, ne parlez plus, nous n’en aurons jamais d’autre. UN autre archevêque le bénissanl. Vous êtes mon égal: tenez Fanneau et le bâ-ton pastoral que voici; et sur votre tête la mitre d’un blanc éclatant. Je vous bénis d’abord et je vous fais archevêque, pour tout le pays et pour cette ville-ci. A présent réjouissons-nous entrenous, nobles DIVY. LES CHANOINES. Et il est entrainé LES CHANO