Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/23

Eus Wikimammenn
Aller à la navigation Aller à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
xviii
préface

D’ailleurs presque tous les mots cités par les anciens comme gaulois, se retrouvent dans le breton actuel, et lorsque les évêques des Gaules, saint Germain et saint Loup, se rendirent en Angleterre pour combattre l’hérésie de Pelage, ils purent se faire comprendre sans recourir aux interprètes. (Voy. leurs actes.)

Il n’y a donc plus de difficultés qu’en ce qui concerne la langue romane.

Les principaux caractères de cette langue [1] sont :

1° De rejeter les désinences grammaticales des substantifs.

2° De ne marquer les rapports entre les mots que par des prépositions.

3° D’employer l’article.

4° De se servir des auxiliaires.

5° De former le passif au moyen du participe passé et de l’auxiliaire être.

6° D’avoir des négations explétives, etc.

  1. Je les indique d’après le savant ouvrage de M. Raynouard ; Grammaire comparée des langues de l’Europe latine, tom. 6 de son Choix des poésies originales des Troubadours.