Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/22

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n'eo ket bet adlennet


assez que jene donnerai que les résultats, renvoyant, pour les preuves, è Pouvrage dont j’ai parlé en commengant et qui pa-raitra le plus tôt possible. Les anciens ne nous ont fait connaitre qu’une des analogies de la langue bre-tonne, mais elle est décisive pour notre objet. Les Bretons et les Gaulois ont pres-que le méme langage ( haud mul- tum diversus), dit Tacite au chapitre II de la Vie d’Agricola. Âussi n’hésite-t-il pas â regarder comme probable l’opi-nion qui identifie ces deux peuples, Pro-ximi Gallis ( Britoneset similes seu durante originis vi, seu, etc... in uni-versum tamen cestimanti Gallos vicinum solum occupasse credïbile est Gette opi-nion est conforme â la tradition des an-ciens Bretons dont Bède nous est garant: Imprimis hasc insulaBritones, solum a qui-bus nomen accepit, habuit, qui de tractu Armoricano, utfertur3Britanniam advecti, australes sïbi partes illius vindicarunt Bed. Hist eccles., liv. i,ch. i. La même tradition est consignée dans les Tryades.