Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/16

Eus Wikimammenn
Aller à la navigation Aller à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
xi
du buhez santez nonn.

vingtaine de vers coupés par inadvertance lorsqu’on a relié le manuscrit (cette reliure date de plus de deux cents ans), sont les seules que l’on ait à déplorer.

Les deux premiers feuillets contiennent une ébauche de préface que, vu son état d’imperfection et de dégradation, je ne puis reproduire ici que dans une traduction libre et abrégée : j’ai fidèlement conservé la suite des idées telle que le texte la présente.

o

Ici commence la vie de sainte Nonne et de saint Divy, son fils.

Plusieurs chrétiens dignes de foi ont écrit la légende de sainte Nonita. Ils affirment qu’après être venue en Bretagne et avoir vécu saintement à Dirinon, elle a été ensevelie entre Daoulas et Landerneau [1].

  1. Cette note me semble avoir été placée en cet endroit pour justifier l’insertion faite à la page 148, insertion en contradiction avec le reste du poëme qui suppose que Nonita mourut dans la Démétie où se trouvait saint David. Voyez de la page 129 à la page 146 et ailleurs.