Martoloded an Oriant

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Oberennoù damheñvel pe handelvoù all zo ivez, gwelout Martoloded ann Oriant.

Rouart, Lerolle & Cie, 1913  (p. 214-215)



Martoloded an Oriant


1. Version du Léon.
Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


Diwar va skaon, e-tal va dor,
Losk da vale, mont a ra !
Me ’wel va dousig war ar mor,
Losk da vale, mont a ra,
Losk da vale, brao ez a !


TRADUCTION. — De mon escabeau, près de ma porte, — Laisse aller, cela va ! — Je vois ma petite « douce » sur la mer. — Laisse aller, — Laisse aller, cela va bien !

Noté par M. l’abbé le Besco, Sainte-Tréphine.
Communiqué par M. F. Vallée.


2. Version du Trégor.
Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


En Porz-Louiz ’zo diskarget,
En Porz-Louiz ’zo diskarget
Eur vatimant karget a ed,
Vantur ma dirette, Lon lon la !
Vantur ma diré, Yédondé, Vantur madiré !


TRADUCTION. — A Port-Louis on a déchargé (bis). — Un bâtiment chargé de blé, — Vantur ma dirette, etc.

Chanté par Maryvonne le Flem, Port-Blanc.

N. B. — Cette mélodie s’applique à la variante de la page 282.


3. Version de Basse-Cornouaille.
Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


Eul labousig, er c’hoad, melen e ziouaskel,
Eul labousig, er c’hoad, melen e ziouaskel,
A zisken, bep mintin, war bordig ma mantel,
A zisken, bep mintin, war bordig ma mantel…


TRADUCTION. — Un petit oiseau, dans le bois, aux ailes jaunes, (bis) — Vient chaque matin sur le bord de mon manteau (bis).

Chanté par Mme Croq, Douarnenez.
Phono Croq.