Ann Daou Varc’h

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


ANN DAOU VARC’H


Na hejit ho skabel : rak mar d-eo huel eo kamm,
Mar d-eu da gosteza, ho pezo eur gwall-lamm.

Daou Varc’h a iea enn hent : unan a gerc’h sammet.
Ann eil, o tougenn-sounn arc’hant holen ar Roue,
Bete boeden he lost enn-han lorc’h ha fouge,
Ne roje ket he veac’h evit netra er bed.
En em heja a ra, stampa he zivesker,
      Ditirinat he ourouller [1],
P’en em gav war al leac’h skarzerien godellou,

Goullo gant-ho ho ialc’h, digor ho c’hrabanou
    Evit skrabat el leac’h ma’z euz.
Eno, enn dro d’ar Marc’h, setu c’hoari ha freuz
    O tigeri ’vit ann arc’hant.
    Hor goazed vad ha dizamant,
    Evit sacha mouniz d’ho bek,
    A grog e moue al loen lorc’hek,
A bleg d’ezhan he benn hag hen dalc’h krenn a za.
    He-man, o klask diwall he dra,
Toullet, reuget kik ha kroc’hen,
    E kreiz ann hent war he liven,
    A hirvoud hag a huanad :
    — « Hou-man zo d’in eur galounad,
    » Gwelet, ’me z-han, hep poan ebed,
» Ar Marc’h-se gant he gerc’h, ha me lazet, muntret. »
— « Mignoun, em’ egile, eunn dra eo zo anat,
» Beza enn eur garg huel e pep amzer n’eo mad.
« Ma vijez bet atao e ti eur miliner,
» E vijez, evel d-oun, brema iac’h ha seder. »





  1. Sonnette. — Cette expression, onomatopée, usitée dans le
    haut Léon, n’est, que je sache, consignée dans aucun dictionnaire
    breton. Elle rappelle un cri des enfants du même pays : ouroull,
    ouroull, pep hini d’he doull ! jouant à une sorte de jeu de crosse,
    c’hoari toull ar wiz. Un des joueurs est préposé à la garde de la
    truie, ar wiz, et va la promener au loin. En son absence, les autres
    enfants quittent leur demeure (kear), et viennent chez la truie
    s’amuser à qui mieux mieux. Celle-ci profite de ce moment pour
    arriver à l’improviste et s’emparer d’un des kear des joueurs tenus,
    à son approche et avant de rentrer chez eux, de mettre leurs crosses
    chez la truie, et, les tournant rapidement, de s’écrier : ouroull,
    ouroull, pep hini d’he doull ! Si l’un des joueurs en retard trouve,
    en arrivant, sa place prise par la truie, il doit alors aller la promener
    et remplacer celui qui l’accompagnait précédemment. Le mot ouroull me semble différent de horel, balle ou pierre qui sert
    au jeu de crosse. Ce jeu, comme beaucoup d’autres encore en
    usage dans nos campagnes armoricaines, parait remonter à une
    haute antiquité et n’être pas sans quelque rapport avec 1’emblème
    que les anciens Gaulois représentaient sur leurs monnaies : une
    laie au pied d’un chêne.