Pajenn:Le Clerc - Ma beaj Jeruzalem, 1902.djvu/7

Eus Wikimammenn
Aller à la navigation Aller à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ



ÉVÉCHÉ
DE
Saint Brieuc et Tréguier
————
Saint-Brieuc, le 21 Septembre 1903.


Cher Monsieur Le Clerc,


Mon Intention était de ne lire, faute de loisir, que quatre ou cinq pages de votre Voyage de Jerusalem, « Ma Beaj Jeruzalem », soumis a mon humble appréciation, et de juger ainsi de tout l’ouvrage par un examen sommaire d’une toute petite partie des épreuves. Je n’avais en cela aucun scrupule ; car je connaissais assez votre orthodoxie pour pouvoir vous donner de confiance, au nom de Monseigneur, l’Imprimatur demandé.

Mais, vous l’avouerai-je ? les titres mis par vous en tête de chaque nouveau chapitre ont tellement piqué ma curiosité, tenue en éveil par la lecture du précédent, que je me suis laissé, toute autre occupation cessante, entraîner à votre suite, du commencement à la fin.

A votre style, on reconnaît en vous, à la fois, le prêtre, le professeur et le Breton, très pieux et très instruits : soit que vous parliez de vos stations saintes, depuis la première jusqu’à la dernière, qui eurent lieu aux pieds de Notre-Dame de Bon-Secours ; soit que vous rappeliez à propos, en passant, Alésia et Vercingétorix ; soit que vous fassiez savourer, en quelque