Pajenn:Koñchennoù eus Bro ar Ster Aon.djvu/213

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ




Tri mab ar merour


Skiant o devoa o zri, met tri dra a oa ha ne ouient ket. Hag, evit o gouzout, e rankent mont da gavout Arraiz. Hag int ha mont.

« Ni ’zo tri baotr a garfe mont davedoc’h da vevelien. »

« Ma ouzoc’h eur vicher eo mat. »

« Gouzout a ouzomp. »

« Pe vicher, te ? » emezañ d’ar c’henta,

« Kiger. »

« Mat. Te a chomo. Ha te ? » emezañ d’an eil.

« Munuzer. »

« Mat ivez. » Ha d’an trede : « Ha te ? »

« Marvailher. »

« Mat tre. Chomit eta ho-tri. »


Antronoz Arraiz d’ar c’higer :

« N’em eus tamm kig ebet ken : kerz da laza ar c’hole a zo aze er c’hraou. »

Hag ar c’higer ha mont. E lec’h laza an ejen, e wisk hag e tiwisk e zilhad.

« Petra ’rez ? » eme Arraiz. « N’eo ket lazet al loen c’hoaz ? »

« Setu amañ : me a zo ganin eun hiviz bet d’am mamm hag eur roched bet d’am zad, hag e karfen lakaat krez an hini a zo an tosta d’in ! »