Pajenn:Guillerm Herrieu - Recueil de Melodies bretonnes.djvu/21

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
— 19 —


Enteramant ar c’haz bihan


Chanté le 18 Janvier 1905 à Gouézec (Finistère) par Laurent Morvan.



\version "2.16.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \autoBeamOff
      \relative c'' {
        \clef treble
        \key g \major
        \time 2/2
        \set melismaBusyProperties = #'()
        \override Rest #'style = #'classical
        \tempo \markup { \italic { Pas trop vite. } } 2=100
g4 b a g | g b a g | g b a g | fis g a2 | \break
g4 b a g | g b a g | g b a g | fis a g2 \bar "|."
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
     %\override LyricText #'font-shape = #'italic
\set stanza = "1."
Tei -- er groeg ha tri c’hou -- a -- dur
c’hoa e maint enn eur van -- den,
ont_da en -- te -- ri ma c’haz bi -- han,
he blan -- ta doun er vouil -- len.
    }
  >>
  \layout { 
    indent = #00
       line-width = #160
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 112 4)
    }
  }
}


1. Teier groeg ha tri c’houadur
c’hoa e maint enn eur vanden,
ont da enteri ma c’haz bihan,
he blanta doun er vouillen.

2. Eun drue oa ouz he glevet
Oc’h ober he zestamant ;
« Na losket ganin ma bue,
Ha me raï eull lonik koant :

3. Espen[1] ma zoun eull lonik koant
Divarnhon-me teu gouen,
Me oar pakat eull ligoden
Ha flemma eur razeden. »


Nota-bene. Si nous croyons devoir livrer au public les deux pièces précédentes, ce n’est pas que nous agissions précisement sous l’influence d’une admiration sans borne pour la mélodie. Ce qui nous pousse à agir ainsi, est ceci précisément que ces pièces ne nous semblent être que le débit solennel autrefois en usage dans certaines poésies déclamées. On remarquera en effet que ces chants sont bien près d’être de la simplicité du débit. Nous arrivons ainsi, à remplir notre programme, qui consiste à satisfaire au goût de l’amateur, aux recherches du folk-loriste et au plaisir que peut procurer au peuple des chants qui sont de son patrimoine.

La pièce suivante nous semble encore plus simple.


————

2*

  1. Espen pour ouspen = de plus.