Pajenn:Guillerm Herrieu - Recueil de Melodies bretonnes.djvu/16

Eus Wikimammenn
Mont da : merdeiñ, klask
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
— 14 —



29. Bonjour d’oc’h Rou’ ha Rouanez
Ni ’zo tud yaouank deut d’ho palaëz :

30. Ni ’zo deut yaouank d’ho kuelet
Etre pemzek vloa ha c’huezek.

31. — Petra e ’n torfad ec’h euz great
Mar zeuet ken yaouank d’hor guelet ?

32. — An otrou Dambliet em euz lazet,
Breac’h he bachik bihan em euz troc’het.

33. — Mari ar Gardien d’in liviret :
C’hui ’gombatefe eun dousen soudarded ?

34. — Na losket d’in e-barz ar porz
Eun nao pe zek me na ran forz.

35. Mar gombataont enn eur renken
Losket hanter-kant mar kefet.

36. Naontek aneo e deuz lazet,
An dregont all a zo blensed.

37. An dregont all a zo blensed,
An Roue he eun’ ’zo respetet.

38. Ar Rouanez pe deuz klevet,
D’he flac’h a gamb e deuz laret :

39. Digas d’in liou ha paper guen
Ma skrivin d’hê beb a feuillen,

40. Da vale hardi var beb tachen,
Vaillanted merc’hed a zav o fenn !


Nota-bene. Au lieu de la ritournelle : Dalondige dalonda, odalondigeda, voici quelle ritournelle employa le chanteur pour le dernier couplet:



\version "2.16.2"
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
  <<
    \new Voice = "kan" {
      \autoBeamOff
      \relative c'' {
        \clef treble
        \key a \major
        \time 2/4
        %\partial 8*3
        \set melismaBusyProperties = #'()
        \override Rest #'style = #'classical
        %\tempo 4=108
r4 a16 cis b a | gis fis e r gis b a8\fermata r\bar "|."
      }
    }
    \new Lyrics \lyricsto "kan" 
    {
     %\override LyricText #'font-shape = #'italic
%\set stanza = "1."
Da lon di ge da lon da, far -- de -- ra_!
    }
  >>
  \layout { 
    indent = #00
       line-width = #180
    %  ragged-last = ##t
  }
  \midi {
    \context {
      \Score
      tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 108 4)
    }
  }
}


Cette guerz nous semble être une des nombreuses versions de Lézobré ou Les Aubrays, d’ailleurs Lijon-Bre ressemble quelque peu à Les Aubrays.

Laurent Morvan est âgé de 63 ans, il apprit cette pièce en entendant chanter sa mère « Doue d’he fardono, que Dieu lui pardonne ! »

En finissant sa chanson, il nous dit : Ar re-ze oa merc’hed va zud kez = celles-là étaient des femmes, mes braves gens ! puis il se prit à rire. D’ailleurs, il ne comprend guère que l’on se donne du mal pour des chansons et se met à rire à peu près après chaque strophe. Malgré toutes les démonstrations et les raisonnements il ne voulut rien entendre, mais lorsqu’on lui parla que cette étude pouvait contribuer à rehausser la gloire de la Bretagne, il nous dit en quittant : Alors vous pouvez revenir.


————