Pajenn:Dizanv - colloque.djvu/96

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
96
COLLOQUE
Je vous en donnerai seize.
Je ne saurais les prendre.
Nous accorderons-nous ?
Oui, si vous le voulez.
Ne prendrez-vous pas moins ?
Non, monsieur, quand vous seriez mon frère.
Hé bien ! je vous donnerai ce que vous me demandez.
Où sont vos hardes ?
On va les apporter.
Vos lits sont-ils bons ?
Voyez-les.
Vous faut-il payer d’avance ?
Comme il vous plaira.
Je vous paierai quand vous voudrez.
Monsieur, on vous demande.
Qui est-ce ?
C'est un Français.
Demandez-lui son nom.
C’est monsieur......
Faites-le entrer.



XV. DIALOGUE.
Entre deux Bretons
se rencontrant à Paris.

Je suis bien aise de vous voir.
Je ne croyais pas faire une
C'huezec a roin deoc’h.
Ne ouffen quet ho guemeret.
En em glevoud a raïmp-ni ?
Ia, mar quirit.
Ne quemerot-hu quet neubeutoc’h ?
Nan, autrou, pa vec’h ma breur.

Mat eta, me roïo deoc’h ar pez a c’houlennit diguenê-me.
Pelec’h emâ ho tillat ?
Erru oar d’ho digaç.
Mat eo ho queleou ?
Guelit-he.
Ho paëa a ranquer en avanç ?
Evel ma plijo gueneoc’h.
Me ho paëo pa guerrot.
Autrou, ho goulen a rêr.
Piou eo ?
Ur Gall eo.
Goulennit digantâ he hano.
An autrou...... eo.
Grit dezan antren.



XV. DIALOG.
Etre daou Vreton
en em rencontr e Paris.

Joa eo guenen ho quelet.
Ne greden quet ober un