Pajenn:Dizanv - colloque.djvu/154

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
154
COLLOQUE
vous voulez qu'on vous regarde comme un homme d'esprit.
Celui qui vous caresse plus qu’à l'ordinaire, veut vous tromper ou a besoin de vous.

Il vaut mieux être seul qu’en mauvaise compagnie.
C'est être mort au monde, que d’avoir perdu sa réputation.
Les petits esprits font ordinairement mystère de tout, même des moindres bagatelles.
Nous ne devons proprement craindre et aimer que Dieu, puisqu’il n’y a que lui seul qui puisse nous rendre heureux ou malheureux.
Les manières simples et naturelles sont les plus agréables.
Les manières gênées et affectées sont aussi insupportables aux autres que pénibles à soi-même.
mad, mar fell deoc'h beza sellet evel un den a speret.
An hini a dorlot ac'hanoc'h muioc'h evit ne dle ober, en deus c'hoant d'ho tronmpla pe en deus ezom ac'hanoc'h.
Guel eo beza hon-unan evit beza en compaignunez fall.
Beza maro er bed eo col he vrûd-vad.
Ar sperejou bian a ra mysteriou eus oll, memes eus an traou distera.

Ne dleomp quasi douguen na caret nemet Doue, pa eo guir ne deus nemetâ a ell hon lacaat da veza eürus pe malheürus.
Ar fæçonniou simpl ha naturel eo ar re agreaplan.
Ar fæçonniou genet ha græt gant re a studi a so quen insupportabl d’ar re all evel ma int poanius d’an nep ho gra.
————