Pajenn:Abgrall - Luc hed ha Moged.djvu/84

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gwiriekaet eo bet ar bajenn-mañ
— 80 —


DA JEAN-JULIEN LEMORDANT
___________


Ho taoulagad zo serret da sklerijenn an de
Mes ar sklêrder’ n ho kalon a drid en bravente,
Er gened ken dudius bepred a chomo glan
Yaouankis ha karantez da viken brao ha splan.

Vos pauvres yeux fermés à la clarté du jour,
Gardent dans votre cœur l’éternelle lumière,
Que la Beauté, pourtant, dispensatrice austère,
Met avec des reflets de jeunesse et d’amour.


Vel kontaden burzudus, ha siwaz trist kenan,
Eur gont berr ha spouronnus am euz klevet breman.
Ha va daëlou difronket gis eur stêr diredet,
Bars eur rann leun a c’hloar, levenez ’n euz laket.

Telle une merveilleuse et lamentable histoire,
J’entendis un récit fort terrible et poignant…
Mes larmes ont coulé, véritable torrent,
Bénissant la douceur d’une page de gloire.


Ha neuze war va daoulin zoun kwezet ’ en eul lam,
Ho sakrifis komprenet pegen braz, pegen flam.
Ar prof holl disklabezet euz ardou ar bed-ma
Skedus zo ’n em zisklèriet bars eun noaz ar brava.

Et tombant à genoux d’un élan instinctif,
J’ai compris la grandeur de votre sacrifice.
L’offrande dépouillée de vulgaire artifice,
Plus clairement parut dans un nu mis à vif.