Melkoni

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Armorica, 1935  (p. 69-70)



MELKONI
___________


Gant va c’hinnig kaloneg d’ar barz Gwaz Eussa


An hunvre dismantret, ha muntret gant peb den,
D’abardaez e vuhez, pa sellfe war e giz,
’Wechou, dre eun envor, a gas d’ar c’heuz, a blen,
Eun ene holl karget gant eur gaërder iskiz.

Le rêve pantelant que tout homme extermine,
Lorsqu’au soir de sa vie, il revoit le passé,
Parfois, du souvenir, au regret achemine,
Une âme tout entière éprise de beauté.


Hag en oabl an nosvez, lintred gant ar stered,
A zao, vel eur bennoz, douster ar sklerijen,
Ma ra an dolen sakr d’hon c’haranteziou bet,
Lec’h hano ar Gened vo skrivet da viken !

Et le ciel d’une nuit que l’étoile illumine,
S’auréolant alors d’une douce clarté,
À nos amours défunts fait la table divine,
Où s’inscrit à jamais le nom de la Beauté !


D’an oad ze, c’heller mad, muzula c’houek an hent,
Ha lorc’h ar geriou ven slapet d’an aveliou,
Pa deu ar sotoni da dec’het, d’an ampoent.


Doue ! nag a garfer ’nem gaout bugaligou,
En eur c’horf kastizet, lec’h ar galon zo glan,
Musc’hoarzik an nenv glaz ha tomder an heol splan.

C’est à cet âge-là, qu’on mesure la route,
Et l’orgueil des vains mots, semés à tous les vents,
Quand la bêtise humaine est enfin en déroute.

Dieu ! que l’on aimerait la gaîté des enfants,
Dans la vieille carcasse où le cœur reste pur,
Un rayon de soleil, avec un coin d’azur !…


_______________