Kanvow

Eus Wikimammenn
(Adkaset eus Kañvoù)
Mont da : merdeiñ, klask


[1]KANVOW



\relative c'{
	\clef treble
	\key c \major
	\tempo \markup {Allegro.}
	\time 6/8
	\partial 4*2
	d8^\markup {SOLO} d4 d8a'4 a8 c4 b8 | a4 g8 c4 b8 | a2. | g4.( \grace{\stemUp a16 [ g ]) } \stemNeutral f4 d8 | e2. | \break
	r4^\markup {CHŒUR} d8 d4 d8 | a'4 a8 c4 b8 | a4 g8 c4 b8 | a2. | g4. (\grace{\stemUp a16 [ g ]) } \stemNeutral f4 d8 | e4. ~ e4 r8 | \break
	a2.^\markup {SOLO} ~ | a4. bes4 a8 | g4 g8 f4 e16( f) | g2. | f4 f8 e4 d8 | d4. ~ d4 r8 | \break
	a'2.^\markup {CHŒUR} ~ | a4. bes4 a8 | g4 g8 f4 e16( f) | g2. | f4 f8 e4 d8 | d2. ~ | d8 r^\fermata \bar "|."
}
\addlyrics {
En dud ya -- wang a pe zi -- mant, Ne ou -- yant ket pe -- trè e rant:
En dud ya -- wang a pe zi -- mant, Ne ou -- yant ket pe -- trè e rant:
A -- dieu ka -- me -- ra -- de -- zék, a -- dieu e -- v̓it ja -- mes! __
A -- dieu ka -- me -- ra -- de -- zék, a -- dieu e -- v̓it ja -- mes! __
}



En dud yawang a pe zimant,
Ne ouyant ket petrè e rant
En dud yawang a pe zimant,
Ne ouyant ket petrè e rant
Adieu kameradezék, adieu ev̓it james !
Adieu kameradezék, adieu ev̓it james !


En dud yawang e jonch ket è,
E kwec’h en or a vég er gué
Adieu, kameradezék, adieu evit james !

E kwec’h en or a vég er gué,
E vè en dél melen ev̓é
Adieu, etc.

En dél melen e za d’en ias ;
Kalon mèrc’h yawang e hunad
Adieu, etc.

Me jonjè dein pe v̓ezèn dimet
V̓zè ke’re t’ein bou’ labouret
Adieu, etc.

Meid breman e ouyan rèc’h mat
I ma re’ t’ein-mé labourat
Adieu, etc.

I ma re’ t’ein-me labourat
A resow meurek a dol trat ;
Adieu, etc.

A resow meurek a dol trad
A red néo diü tèr guèlchad ;
Adieu, etc.

Ma red néo div̓ tèr guèlchad ;
Ha huichellad ge ’bék me zrat.
Adieu, etc.

I ma re’ t’ein gober doc’hpen ;
Monet ged er lianow d’er lénn
Adieu, etc.

Monet ged er lianow d’er lénn,
Ag o hannein ar o distén
Adieu, etc.


————


La première phrase de cette chanson est construite dans le premier mode du plain-chant avec si naturel (mode de l’ave maris stella).

La seconde phrase, servant de refrain, dans laquelle apparaît le si bémol, est dans le mode hypodorien.

Cette mélodie, qui est composée de deux phrases de six mesures, a un grand caractère, le refrain surtout présente dans sa concision, une intensité d’expression remarquable.

Chantée par Joseph Lebrun
Guéméné

  1. Nous publions pour la première fois des textes en dialecte bas-vannetais, c’est-à-dire dans le language parlée entre le Scorff et l'Ellé, dans le nord-ouest du département du Morbihan. Aussi avons-nous tenu à reproduire les sons de ce dialecte aussi exactement que possible. Pour les voyelles, les accents ont la valeur des accents français. L’e non accentué a la valeur d’un e muet français, de l’y gallois non accentué. Eu, ou représentent les mêmes sons simples qu’en français. K, g ont toujours le son dur. S devant un t a le son du ch français. Ch se prononce comme en français.
    Le son le plus particulier de ce dialecte ainsi que du vannetais en général, c’est celui de l’u consonne ou u spirant. Il y a eu en vannetais un u consonne, de même qu’en face de ou (français) il y a un ou consonne équivalent au w anglais. Nous le représentons par .

    Note de M. Joseph Loth