Gouspero Kerne

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Oberennoù damheñvel pe handelvoù all zo ivez, gwelout Gouspero Kerné.

Rouart, Lerolle & Cie, 1913  (p. 130-132)



Gouspero Kerne


1. Version de Haute-Cornouaille.
Pajenn 1Pajenn 2


« Lavar d’in petra eo unan? »
« Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv,
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv.
Petra eo daou ? Daou destamant ;
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv,
Eun Doueh’pken, pe hini ’zo en nenv. »
« Petra eo tri ? »
« Tri Ferson an Drindet ;
Daou destamant ;
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv,
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv. »
« Petra eo pevar ? »
« Pevar Avieler ;
Tri Ferson an Drindet ;
Daou destamant ;
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv,
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv. »
« Petra eo pemp ? »
« Pemp bara an dezert ;
Pevar Avieler ;
Tri Ferson an Drindet ;
Daou destamant ;
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv,
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv. »
« Petra eo c’houec’h ? »
« C’houec’h podad gwin,
En Kana Galile ;
Pemp bara an dezert ;
Pevar Avieler ;
Tri Ferson an Drindet ;
Daou destamant ;
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv,
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv. »


TRADUCTION. — « Dis-moi ce que c’est qu’un ? » — « Un Dieu, sans plus, qui est au Ciel (bis). » — « Qu’est-ce que c’est que deux ? » — « Deux testaments ; — Un Dieu, sans plus, qui est au Ciel. » — « Qu’est—ce que c’est que trois ? » — « Les trois Personnes de la Trinité ; — Deux testaments ; — Un Dieu, sans plus, qui est au Ciel. » — « Qu’est-ce que c’est que quatre ? » — « Quatre Evangélistes ; — Les trois Personnes de la Trinité ; — Deux testaments ; — Un Dieu, sans plus, qui est au Ciel. » — « Qu’est-ce que c’est que cinq ? » — « Les cinq pains du désert ; — Quatre Evangélistes ; — Les trois Personnes de la Trinité ; — Deux testaments ; — Un Dieu, sans plus, qui est au Ciel. » — « Qu’est-ce que c’est que six ? » — « Les six pots de vin, — A Cana, en Galilee ; — Les cinq pains du désert ; — Quatre Evangélistes ; — Les trois Personnes de la Trinité ; — Deux testaments ; — Un Dieu, sans plus, qui est au Ciel. »

Chanté par Yves Menguy, Pleven.

N. B. — J’ai cru devoir donner plusieurs couplets de cette curieuse chanson, en raison des particularités de sa prosodie, où chaque “ réponse ” (de mètre inégal), se développe progressivement, par la répétition des réponses précédentes. — Même structure pour la version suivante et les deux versions de Gouspero ar Raned, dont je ne note que le premier couplet.

2. Version du Trégor.

\score {
 \new Staff {
  \set Staff.instrumentName = \markup {\huge \bold 255}
  \relative c'{
    \clef treble
    \tempo \markup {"M. M."} 4= 60
    \autoBeamOff
    \key g \major
    \time 2/4
    \partial 8*1
    g'8 g a b g | g a b g | \break
    g a a8. a16 | b a g a b8 g | \break
    g a b8. b16 | a g a b g8 \bar "|."
  }
  \addlyrics{
    «La -- var d’in pe -- tra eo u -- nan» «Eun
    Dou -- hep -- ken, pe -- hi -- ni zo en nenv, Eun
    Dou -- hep -- ken, pe -- hi -- ni ’zo en nenv.»
  }
 }
 \layout { line-width = #125 }
 \midi { }
}
\header { tagline = ##f }


Chanté par une cultivatrice, Port-Blanc.

N. B. — Les “ réponses ” se chantent sur l’air de la première mesure, qu’on répète autant de fois que cela est nécessaire.