Trente mélodies populaires de Basse-Bretagne/a-bezh

Eus Wikimammenn
Aller à la navigation Aller à la recherche


DEUTU GANEME



\version "2.16.2"
\relative c'{
    \clef treble
    \key bes \major
    \tempo \markup {Andantino.}
    \autoBeamOff
    \time 2/4 
    d'4 d8 ees | d4. c8 | bes a c([ bes]) | g4 ~ g8 r | d'4 c8 bes | c4 f | bes,4. a8 | g2 ~ | g4 ~ g8 r | \break
    g( a) bes c | d ees f g | d4. bes8 | bes4 ~ bes8 r | d4 g8 d | c4 bes | \times 2/3{g4 a8  } bes4 ~ | bes ~ bes8 r | \break
    d4 d8 ees | d4. c8 | bes a c([ bes]) | g4 ~ g8 r | d'4 \times 2/3{c4 bes8  } | c4 f | bes,4. a8 | g2\fermata  \bar "|." 
}
\addlyrics {
Deut -- u ga -- ne -- me, va mes -- tre -- zik __ Deut -- u ga -- ne -- me var ar mes __
Deut -- u ga -- ne -- me war ar ye -- ot glaz Me con -- to dec’h va sen -- ti -- ment __
A ma na deu -- it d’am con -- so -- li, __ Me a var -- vo su -- bi -- ta -- ment.
}


Deutu ganeme, va mestrezik
Deutu ganeme var ar mes
Deutu ganeme war ar yeot glaz
Me conto dec’h va sentiment
A ma na deuit d’am consoli,
Me a varvo subitament.

Hi a respond gant eun air fier
Ganec’h var ar maez nan in ket
Rac ma teufe d’imp bea gouelet
Téodou an dud zo miliguet
Ac a ve bruded dre ar c’hontre
A va henor a ve collet.


————


Cette poétique mélodie est dans le mode hypodorien. La couleur agreste, le caractère de calme et de sérénité qui la distingue ne sauraient être exprimés à un aussi haut degré par le mode mineur.

Chantée par Françoise Legall
Belle-Isle-en-Terre

PÉBEZ KÉLOU



\version "2.16.2"
\relative c'{
    \clef treble
    \key ces \major
    \tempo \markup {Mesto.}
    \autoBeamOff
    \override Rest #'style = #'classical
    \time 2/4 
    ees8 aes aes4 | ces8 ees ees des16([ ces]) | bes8([ ces]) ees des16([ ees]) | ces8 bes16([ aes]) aes8 g | aes4\fermata  r | \break
    ees8 aes aes4 | ces8 ees ees des16([ ces]) | bes8([ ces]) ees des16([ ees]) | ces8 bes16([ aes]) aes8 g | aes2 ~ | \break
    aes8 r ces des | ees ees ges ees | ees des ges ges | ees ees des ces | bes4\fermata  r | \grace{\stemUp \break
    bes8(  } \stemNeutral ees) des16([ ees]) \grace{\stemUp ces8(  } \stemNeutral aes4) | ces8 ees ees des16([ ces]) | bes8([ ces]) ees des16([ ees]) | ces8 bes16([ aes]) aes8 g | aes2 ~ | aes4 r \bar "|."
}
\addlyrics {
Pe -- bez ké -- lou, o ma Dou -- é, E meuz hi -- rio re -- cé -- vet!
Va mes -- tre -- zik, va c’ha -- ran -- té a clé -- van zo di -- mé -- zet;
Va mes -- tre -- zik, va c’ha -- ran -- té ni -- ni ga -- rien ar mui -- a
A pa son -- jan e ke -- ment -- sé va c’ha -- lon a fell ran -- na.
}
\midi {
 \context {
  \Score
   tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 60 4)
 }
}


Pebez kélou, o ma Doué, E meuz hirio recévet !
Va mestrezik, va c’haranté a clévan zo dimézet ;
Va mestrezik, va c’haranté nini garien ar muia
A pa sonjan e kement-sé va c’halon a fell ranna.

Oll plijaduriou an natur a zo echu evidon ;
Achu eze ar plijadur a hanvéè va c’halon ;
Achu é ar c’hontentament evidon barz ar béd-man ;
Foei d’an aour a foei d’an arc’hant ; e nep gis n’ho zeziran.

Me garche kavet ar matier a kement a ve capabl
Da renta va c’halon séder, da sec’hi va daou lagad,
Da rejouissa va c’halon da contenti ma spéret,
Dam zenna deuz an affliction a da rei d’in ar ièc’het.

Mes kement-sé zo imposibl na ne éruo biken,
Mé é ar muia misérabl deus an oll crouadurien ;
Mé meus collet en un instant ar frouez deus a pemb blavez,
En eur goll va c’hontentamant va plijadur, va mestres.

Adieu eta, pares Plestin, adieu tud a gonsékans,
Me a meuz cavet va chagrin e mesk ho rejouissans,
Me meuz ho heulliet gant douster ac ho quita gant glac’har,
Evel demeuz eun durzunel pa vè prinved deuz hé far.


————


Cette mélodie est dans le mode mineur. Au point de vue du rythme elle offre ceci de remarquable que sur les quatre membres de phrases dont elle se compose, il y a trois membres de cinq mesures.

Chantée par Julienne Thomas
Belle-Isle-en-Terre

KENAVO D’AR IAOUANKIS



\relative c'{
    \clef treble
    \key g \major
    \tempo \markup {Moderato.}
    \autoBeamOff
    \time 2/4 
    b'8 a b cis | d4 b | a g8 r | b a b cis | d4 b8([ a]) | b4 ~ b8 r | \break
    | b a b cis | d4 b | a g8 r | b a b cis | d4 b8([ a]) | b4 ~ b8 r | b a b cis | \break
    d([ b]) cis([ a]) | b4 ~ b8 r | b4 b8 c | b4 a | a8 g fis g | b([ a]) g fis | e4 fis8 g | \break
    a4 b8 g | fis4 r | b b8 cis | d4 b | a fis8 g | a4 b8 a | g4. fis8 | e2\fermata  \bar "|." 
}
\addlyrics {
Ar ia -- ouan -- kis zo eur bou -- quet ar ha -- e -- ra zo er bed,
Ar ia -- ouan -- kis zo eur bou -- quet ar ha -- e -- ra zo er bed, ar ha -- e -- ra
zo er bed, Mes coz -- ni en dis -- ka -- ri -- é O ié tra la la la di --
ra la di -- ra Mes coz -- ni en dis -- ka -- ri -- é vit c’hoas ne rai -- o ket.
}


Ar iaouankis zo eur bouquet ar haera zo er bed,
Ar iaouankis zo eur bouquet ar haera zo er bed, ar haera zo er bed,
Mes cozni en diskarié O ié tra la la la dira la dira
Mes cozni en diskarié vit c’hoas ne raio ket.

Ar iaouankis zo eur bouquet n’é ket da padout pell.
Pa sonjer an nebeta, [oié etc. ] a ia gant an avel.

————


La première partie de cette mélodie est dans le mode hypolydien avec terminaison sur la médiante (variété syntono-lydienne ).

Dans la seconde partie, quand apparaît l’ut naturel, la mélodie change de mode et sa terminaison se fait une quinte au-dessous sur une tonique hypodorienne. Il est à remarquer dans le deuxième membre de cette seconde période, l’ut dièse reparaît : cette note étrangère au mode hypodorien produit une modulation passagère et un rappel de la modalité hypolydienne qui donne à la conclusion une grande impression de fraîcheur.

Si on analyse cette mélodie au point de vue rythmique, on rencontre dans la première partie deux phrases de six mesures qui se décomposent chacune en deux membres de trois mesures ; le deuxième membre de la seconde phrase se répète deux fois. La seconde période se compose de deux phrases : l’une de sept mesures, l’autre de six mesures.

Chantée par M. Guichon
Plounève

[1]KANVOW



\version "2.16.2"
\relative c'{
	\clef treble
	\key c \major
	\tempo \markup {Allegro.}
	\time 6/8
	\partial 4*2
	d8^\markup {SOLO} d4 d8a'4 a8 c4 b8 | a4 g8 c4 b8 | a2. | g4.( \grace{\stemUp a16 [ g ]) } \stemNeutral f4 d8 | e2. | \break
	r4^\markup {CHŒUR} d8 d4 d8 | a'4 a8 c4 b8 | a4 g8 c4 b8 | a2. | g4. (\grace{\stemUp a16 [ g ]) } \stemNeutral f4 d8 | e4. ~ e4 r8 | \break
	a2.^\markup {SOLO} ~ | a4. bes4 a8 | g4 g8 f4 e16( f) | g2. | f4 f8 e4 d8 | d4. ~ d4 r8 | \break
	a'2.^\markup {CHŒUR} ~ | a4. bes4 a8 | g4 g8 f4 e16( f) | g2. | f4 f8 e4 d8 | d2. ~ | d8 r^\fermata \bar "|."
}
\addlyrics {
En dud ya -- wang a pe zi -- mant, Ne ou -- yant ket pe -- trè e rant:
En dud ya -- wang a pe zi -- mant, Ne ou -- yant ket pe -- trè e rant:
A -- dieu ka -- me -- ra -- de -- zék, a -- dieu e -- v̓it ja -- mes! __
A -- dieu ka -- me -- ra -- de -- zék, a -- dieu e -- v̓it ja -- mes! __
}



En dud yawang a pe zimant,
Ne ouyant ket petrè e rant
En dud yawang a pe zimant,
Ne ouyant ket petrè e rant
Adieu kameradezék, adieu ev̓it james !
Adieu kameradezék, adieu ev̓it james !


En dud yawang e jonch ket è,
E kwec’h en or a vég er gué
Adieu, kameradezék, adieu evit james !

E kwec’h en or a vég er gué,
E vè en dél melen ev̓é
Adieu, etc.

En dél melen e za d’en ias ;
Kalon mèrc’h yawang e hunad
Adieu, etc.

Me jonjè dein pe v̓ezèn dimet
V̓zè ke’re t’ein bou’ labouret
Adieu, etc.

Meid breman e ouyan rèc’h mat
I ma re’ t’ein-mé labourat
Adieu, etc.

I ma re’ t’ein-me labourat
A resow meurek a dol trat ;
Adieu, etc.

A resow meurek a dol trad
A red néo diü tèr guèlchad ;
Adieu, etc.

Ma red néo div̓ tèr guèlchad ;
Ha huichellad ge ’bék me zrat.
Adieu, etc.

I ma re’ t’ein gober doc’hpen ;
Monet ged er lianow d’er lénn
Adieu, etc.

Monet ged er lianow d’er lénn,
Ag o hannein ar o distén
Adieu, etc.


————


La première phrase de cette chanson est construite dans le premier mode du plain-chant avec si naturel (mode de l’ave maris stella).

La seconde phrase, servant de refrain, dans laquelle apparaît le si bémol, est dans le mode hypodorien.

Cette mélodie, qui est composée de deux phrases de six mesures, a un grand caractère, le refrain surtout présente dans sa concision, une intensité d’expression remarquable.

Chantée par Joseph Lebrun
Guéméné

ER SABOTIER



\relative c'{
    \clef treble
    \key bes \major
    \tempo \markup {Allegro.}
    \autoBeamOff
    \time 2/4 
    \partial 8*1
    f8 f bes bes bes | c bes bes4 | c d8 bes | c4 bes8 bes | \break
    bes d c bes | a g f4 | f f8 f | g a bes r | c4 d8 bes | c4 bes \bar "|."
}
\addlyrics {
Che -- la -- wed oll a che -- la -- wed, Tran lar di rè -- no Or
gan -- nen a ne -- ve za -- vet Tran lar di ra la la Tran lar di rè -- no
}


Chelawed oll a chelawed
Tran lar di rèno
Or gannen a neüe zaüet
Tran lar di ra la la
Tran lar di rèno

Or gannen a neüe zaüet
D'or sabotier i ma zaüet

Zaüed e d’or sabotier koèt
Ennes i gomenant er hoèt

Hag i di yon zo guérennet
Ge’ mouch golow ar er moged ;

Ge’ mouch golow ar er moged,
Ha ged er blèü kaneüided

« Penost i hein de gas méren,
Pe n'ouyan hent na minojen ? »

Pignet anze ged en dosten,
A hui glowei trouz en echen ;

« Trouz en ach ag en daladur,
« I reparein er lijadur ;

« Er sabotier e huitellad,
Hi dok ket-on ar gosté i dal. »

Arriü e men groék ke’ méren.
Goel val e d’ein mont t’i dichen.

Teve’ men dous, ne chiffe’ ket ;
Disul ni yei d’en ovren bred ;

Disul ni yei d’en ovren bred
Ni ombo guin mat te évet

Er sabotier a pe labour,
N’echet affer de éve’ dour,

Meid er guin ru ag er guin guén
Er lowdeüi leih er üéren.


————


Cette chanson de danse, qui est dans le mode majeur, présente une construction rythmique dont on trouve de fréquents exemples dans l’antiquité. Des cinq membres de deux mesures qui la composent, le premier et le second, en s’appariant, répondent symétriquement au quatrième et au cinquième, également appariés ; tandis que le troisième membre, dépourvu de pendant, n’en trouve aucun auquel il puisse s’unir. Ce membre « célibataire » s’appelait chez les anciens mesodicon, et la strophe qui le renfermait portait le nom de période mésodique[2].

Chantée par Me Loth
Guéméné

SILVESTRIK



\version "2.16.2"
\relative c'{
    \clef treble
    \key as \major
    \tempo \markup {"Molto moderato."}
    \autoBeamOff
    \time 2/4
    \partial 4*1
    c4f4. f8 | aes4 c | c8.([ bes16]) aes8 g | f4 aes8([ g]) | f4 e | f2 ~ | f8 r c4 | f4. f8 | aes4 c | \break
    c8.([ bes16]) aes8 g | f4 aes8([ g]) | f4 e | f2 ~ | f8 r aes([ bes]) | c4. bes8 | des4 c | bes16([ c bes aes]) aes8 bes | c4. bes8 | \break
    aes4 bes16([ aes g aes]) | g2 ~ | g8 r g([ aes]) | bes4. aes8 | bes4 c | c8.([ bes16]) aes8 g | f4 aes8([ g]) | f4 e | f2 ~ | f8 r r4 \bar "|."
}
\addlyrics {
En -- tré I -- liz sant Lo -- renz ha Cha -- pel sant Her -- vé Zo un den -- gen -- til
ia -- ouank o se -- vel he ar -- mé Zo un den -- gen -- til ia -- ouank o se -- vel
he ar -- mé Me meuz ur mab Sil -- ves -- trik hag e lar mont i -- vé.
}


Entré Iliz sant Lorenz ha Chapel sant Hervé
Zo un dengentil iaouank o sevel he armé
Zo un dengentil iaouank o sevel he armé
Me meuz ur mab Silvestrik hag e lar mont ivé. [3]


————


Cette belle mélodie, qui est dans le mode mineur, n'est pas sans intérêt, au point de vue rythmique.

Le repos régulier que fait le chanteur à la fin de chaque vers et que nous avons reproduit scrupuleusement, donne à la phrase musicale correspondante une étendue de sept mesures. Chacun de ces membres pourrait être considéré comme formant une grande mesure a 7/2.

Chantée par M Le Goaz
Guingamp

WAR BONT ANN NAONET



\version "2.16.2"
\relative c'{
    \clef treble
    \key d \major
    \tempo \markup { \italic "Allegro moderato."}
    \autoBeamOff
    \time 2/4 
    \partial 8*1
    a'8d, e fis g | a b a4 | b8 a b cis | cis([ a]) a a | \break
    d, e fis g | a b a4 | b8 a b cis | d([ a]) a r | a4 d8 cis | b a fis4 | \break
    a8 fis e4 | a8 g fis4 | a d8 cis | b a fis4 | a8 fis e a | fis8.([ d16]) d4 \bar "|." 
}
\addlyrics {
Pa oann war bont ann Nao -- net gai lan -- de -- moa, li -- bé -- ré, Pa
oann war bont ann Nao -- net gai lan -- de -- moa, li -- bé -- ré, Ber -- ge -- renn o we -- la
Un deux troix de -- ly -- ra Trois ca -- va -- lier de bois lan -- de -- moa, mé -- ga -- ré.
}


Pa oann war bont ann Naonet gai landemoa, libéré,
Pa oann war bont ann Naonet gai landemoa, libéré,
Bergerenn o wela Un deux troix delyra
Trois cavalier de bois landemoa, mégaré.

Me welet eur vergerenn gai landemoa etc. (bis)
War ar pont o wela Un deux trois etc.

Petra c’h eus-hu da wela gai etc.
Plac’hik d’in-me laret Un deux trois etc.

Ma gwalenn er mor kouezet gai etc.
Piou a iélo d’hi zapa ? Un deux trois ete.

Petra rofet-hu d’in-me gai etc.
Me iallo d’hi zapa Un deux trois etc.

Pemp kant scoet en aour melenn gai etc.
Mar gallet hi zapa Un deux trois etc.

Na d’ar c’henta plonjadenn gai etc.
Ar walenn we guelet Un deux trois etc.

Ha dann eill plonjadenn gai etc.
Ar walenn we touchet Un deux trois ete.

Ha d’ann dervet plonjadenn gai etc.
Ar mab a we beuzet Un deux trois etc.

He dad a oa er prenuestr gai etc.
kommanz da wela Un deux trois etc.

Tri mab am eus me ganet gai etc.
Ho zri ez int beuzet Un deux trois etc.

Eu bered sakr ann Drindet gai etc.
Meus tri mab douaret Un deux trois etc.


————


Cette chanson est dans le mode majeur, et, chose rare dans les mélodies populaires, sa coupe est parfaitement carrée.

On sera frappé du contraste qui existe entre la gaieté de l’air et la tristesse du sujet.

Chantée par Marie Patirou
Locmaria près Quimper

DRINDET SANTEL



\relative c'{
    \clef treble
    \key c \major
    \tempo \markup {Grave.}
    \autoBeamOff
    \time 3/8 
    a'8 a4 | g8 a c | b a g | e e d | e e4 ~ | e8 r4 | a8 a4 | g8 a c | \break
    b a g | e e d | e e4 ~ | e8 r4 | c'8 c4 | b8 c b | a g a | b c b | \break
    a g4 | a8 a4 | g8 a c | b a g | e e d | e8 e4\fermata  \bar "|." 
}
\addlyrics {
Drin -- ded san -- tel, pros -- ter -- net di -- ra -- zoc’h d’an daou -- lin __ Me o ped da rei
zi -- cour d’o jer -- vi -- ger in -- dign __ Va spe -- ret a zo fra -- gil ha va stu -- di
i -- zel Scle -- ri -- genn a ou -- len -- an ou -- zoc’h, drin -- det san -- tel.
}


Drinded santel, prosternet dirazoc’h d’an daoulin
Me o ped da rei zicour d’o jerviger indign
Va speret a zo fragil ha va studi izel
Sclerigenn a oulenan ouzoc’h, drindet santel.


————


Ce beau cantique, empreint à un si haut degré d’un sentiment d’austérité et de « détachement » est dans le mode dorien. Dans la musique grecque, le mode dorien, comme l’ordre dorique en architecture, avait pour caractères distinctifs la fermeté, la sévérité et la sobriété.

Ce mode est basé sur une dominante : aussi sa terminaison ne conclut pas. L’expression vague et indéterminée de la cadence dorienne donne ici à la mélodie un singulier cachet de grandeur.

Chanté par Eliza Cotiou
Carhaix

SCRAPÉRÈZ



\relative c'{
    \clef treble
    \key e \major
    \tempo \markup {Allegro.}
    \autoBeamOff
    \time 2/4 
    \partial 8*1
    gis'8cis4 cis8([ b16 ais]) | \time 3/4 b8 cis b ais gis gis | \time 2/4 cis4 cis8([ b16 ais]) | b8 cis b ais | gis2 | r8 e' e e16 e | e8 dis16 e fis8 e | \break
    dis cis cis cis16 dis | \time 3/4 cis4 b r | \time 2/4 cis4 cis8([ b16 ais]) | b8 cis b ais | gis cis cis cis16 dis | cis2 \bar "|." 
}
\addlyrics {
Mar -- to -- lo -- det, din ho lé -- ret Mar -- to -- lo -- det, din ho lé -- ret Pe -- ge -- ment a
lé -- ket en eur c’hant éd Van -- tur ma di -- ret -- te Vot’ gran -- dur gra -- vé -- dé -- zi Van -- tur ma di -- ri.
}


Martolodet, din ho léret (bis)
Pegement a léket en eur c’hant éd
Vantur ma dirette
Vot’ grandur gravédézi
Vantur ma diri.

E ma seiz liwr mèt pemp kwéneg (bis)
Deut ar vag itron, hag a volfet
Vantur ma dirette etc.

Pa voa et an itron e’r vag
Hag hi commanc, da navigat
Vantur etc.

Plac’hik iaouank, d’in ho lèret
Ganimp d’an Indrez a teufèt
Vantur etc.

Ganeoc’h d’an Indrez nan in ket
Gant va fried vin gourdrouzet
Vantur etc.

Me glèo ma zad ouz ma goulen
Ha ma bugelik o vreufel
Vantur etc.

Na markét eul liou war ho peg
Pe bet faligodik ebet
Vantur etc.


————


Cette chanson est construite, comme le N°5, dans le mode de ré (tonique) avec si naturel (transposé d’un demi-ton). Après le retour répété de la dominante qui apparaît comme finale dans les phrases du début, la terminaison sur la tonique est d’un effet piquant et imprévu.

Le mélange de la mesure à deux temps et à trois temps communique au rythme une allure très libre, sans nuire en rien à sa clarté et à son aplomb.

Chantée par Jacquette Lebrun
Pédernec

GWERZ AR VÉCHANTEZ



\version "2.16.2"
\relative c'{
    \clef treble
    \key f \major
    \tempo \markup {Andante.}
    \autoBeamOff
    \time 2/4 
    \partial 8*1
    a'8 | d, e f g16 g | a4. d8 | c a c b | a4 r8 a | d, e f g | \break
    a4. d8 | c a c b | a4 r8 a | a a bes a | a( \grace{\stemUp bes16 [ a ]) } \stemNeutral g4 g8 | c c d a | \break
    a([ \grace{\stemUp bes16 [ a ] } \stemNeutral g f] f4 ~ | f16) r d8 f g | a4 d | \grace{\stemUp d16( [ e d ] } \stemNeutral c4.)\fermata f,8 | g a f e | d2\fermata \bar "|." 
}
\addlyrics {
Mar plich gan -- eoc’h chi -- la -- ouet, hag e cle -- fet ca -- nan Ar wers zo en ne --
vez com -- po -- set ar bla man War su -- jet ur vé -- chan -- tez da be -- hi -- ni eo
groët __ A lac’h daou grou -- a -- dur vel n’ho deuz hui ga -- net.
}


Mar plich ganeoc’h chilaouet, hag e clefet canan
Ar wers zo en nevez composet ar bla man
War sujet ur véchantez da behini eo groët
A lac’h daou grouadur vel n’ho deuz hui ganet[4]


————


L’emploi du si naturel dans les deux premières phrases de cette mélodie fait penser tout d'abord qu’elle est construite dans le 1er mode du plein-chant avec si naturel. Mais l'apparition du si bémol dans les phrases suivantes établit clairement la modalité hypodorienne. Le caractère expressif inhérent à ce mode communique à la mélodie un remarquable cachet de grandeur.

Toutes les phrases qui la composent sont carrées, sauf la dernière qui renferme cinq mesures.

Chantée par Jacquette Lebrun
Pédernec

ER ZOUBEN D’ER LÈC’H



\version "2.16.2"
\relative c'{
    \clef treble
    \key bes \major
    \tempo \markup { Vivace.}
    \autoBeamOff
    \time 9/8 
    \partial 4*2
    f8 bes4 c8 ees4 d8 c4 f,8 bes4 c8 | ees4 d8 c4 f,8 bes4 c8 | ees4 d8 c2. ~ | \break
    c4\fermata bes8 bes4 g8 a4 bes8 | g2. ~ g4 r8 | c4. ees4 d8 c([ d]) c | bes r bes a4 g8 a4 bes8 | \break
    g2. ~ g4 r8 | c4. ees4 d8 c([ d]) c | bes2. ~ bes4 r8 | \grace c8 (bes2. ~ ) bes4 r8 | \grace c8 (bes2. ~ ) bes4 r8 | \grace c8 (bes2. ~ ) bes4. ~ | bes4.\fermata \bar "|." 
}
\addlyrics {
Zo -- net -- u zo -- ne -- rian, zo -- net mu -- nut ha ge, zo -- net mu -- nut ha ge: __
I -- ma’r zou -- ben d’er lec’h __ i hont ar en tré -- bé, I -- ma’r zou -- ben d’er
lec’h __ i hont ar en tré -- bé. __ Ah! __ Ah! __ Ah! __
}


Zonet-u zonerian, zonet munut ha ge, zonet munut ha ge :
Ima’r zouben d’er lec’h i hont ar en trébé. (bis) Ah ! Ah ! Ah !

Zonet-u, zonerian, zonet munut ha sti :
Ima’r zouben d’er lec’h en touet ar en ty. (bis)

Zonet-u, zonerian, zonet munut ha stank :
Ima’r zouben d’er lec’h i houet ar er bank.

Zonet-u, zonerian, zonet munut ha gé ;
Ima’r zouben d’er lèc’h i hont barh er guelé.

Ketan tam anehi, ketan tam anehi,
Ketan tam anehi zo d’er virhies Vari.

En eil tam anehi, en eil tam anehi
En eil tam anehi, zo d’o pried a hui.

Drived tam anehi zo d’o tat ha d’o mam
Peré n’es o maget n’amzer me wèc’h yawang.

Bwarved tam anehi zo d’o preur a do hoér
Peré n’es o caret e tre me oèc’h er gér :

Bempet tam anehi zo d’oll o amiyet
Peré n’es o huliet bidig dé o eured. [5]


————


Cette chanson a un caractère presque officiel en Bretagne. Elle accompagne la cérémonie burlesque de la « Soupe au lait », offerte le soir des noces, par les invités, aux nouveaux mariés. Cet usage, beaucoup moins répandu qu’il ne l’était jadis, subsiste encore aujourd’hui dans quelques localités.

La chanson de la « Soupe au lait » qui est dans le mode majeur, est tout à fait exempte de mélancolie. Si l’on analyse sa construction rythmique, on rencontre au début une phrase musicale d’une mesure répétée trois fois, à laquelle succèdent deux membres de trois mesures.

Chantée par Melle Louise Le Bourlaix
Guéméné

AR BARADOZ



\version "2.16.2"
\relative c'{
    \clef treble
    \key c \major
    \tempo \markup {Lento.}
    \autoBeamOff
    \time 6/8 
    \partial 8*1
    a'8c4 b8 a([ b]) c | b4. ~ b8 r a | c4 b8 a([ b]) c | b4. ~ b8 r a | a4 a8 a([ b]) a | g4. a4. | \break
    c8([ b]) a g([ a]) b | a4. ~ a8 r a | a4 a8 a([ b]) a | g4. a4. | c8([ b]) a g([ a]) b | a2. ~ | a8 r r2 \bar "|." 
}
\addlyrics {
Je -- suz! pe -- ger braz eo __ Pli -- ja -- dur ann e -- neo Pa’ zint di -- rak Dou -- e Hag
enn he ga -- ran -- te Pa’ zint di -- rak Dou -- e Hag enn he ga -- ran -- te.
}


Jesuz ! peger braz eo
Plijadur ann eneo
Pa’ zint dirak Doue
Hag enn he garante
Pa’ zint dirak Doue
Hag enn he garante.[6]


————


Ce cantique ravissant, dont l’expression a un caractère de pureté angélique, est dans le mode hypodorien. Son rythme est entièrement conforme à la règle de la carrure.

Chanté par le Vte Hersart de la Villemarque
Quimperlé

DISUL VINTIN



\version "2.16.2"
\relative c'{
  \clef treble
  \key a 
  \major
  \tempo \markup {And\super{no} con moto}
  \autoBeamOff
  \time 2/4
  \partial 8*1
  a'8 a8 cis cis a | a cis cis a | a cis cis a | a a16 cis cis8 a | a cis cis b16 b | a4 fis ~ | fis ~ fis8 r | \break
  cis'4 ~ \tupletUp \times 2/3{cis4 cis8  } | \times 2/3{cis4 b8 } \times 2/3{cis4 d8 } | e4. cis16 cis | b2 ~ | b4 r | cis ~ \times 2/3{cis4 cis8 } | \times 2/3{cis4 b8 } \times 2/3{cis4 d8 } | e4 ~ e16 cis cis b | a2 ~ | \break
  a4 r8 a | a cis cis a | a cis cis a | a cis cis a | a a16 cis cis8 a | a cis cis b16 b | a4 fis ~ | fis ~ fis8 r | \break
  cis'4( \times 2/3{cis4) cis8 } | \times 2/3{cis4 b8 } \times 2/3{cis4 d8 } | e4. cis16 cis | b2 ~ | b4 r | cis ~ \times 2/3{cis4 cis8  } | \times 2/3{cis4 b8  } \times 2/3{cis4 d8  } | e4 ~ e16 cis cis b | a2 ~ | a4 r | \break
  cis ~ \times 2/3{cis4 cis8  } | \times 2/3{cis4 b8  } \times 2/3{cis4 d8  } | e4. cis16 cis | b2 ~ | b4 r | cis ~ \times 2/3{cis4 cis8  } | \times 2/3{cis4 b8  } \times 2/3{cis4 d8  } | e4 ~ e16 cis cis b | a2 ~ | a4 r \bar "|." 
}
\addlyrics {
Di -- sul vin -- tin, ha pa za -- venn, Ho renn drenn drenn Ho la la ri tra Ho renn drenn drenn La -- ri -- den -- na! __
Da __ chi -- bouez ar had a ienn, Ti -- ko -- ko! __ Da __ chi -- bouez ar had a ienn, Ti -- ko -- ko! __
Chi -- bouez ar had ar hé -- vé -- lek Ho renn drenn drenn Ho la la ri tra Ho renn drenn drenn La -- ri -- den -- na! __
Me __ ren -- kon -- traz ma mes -- trez Ti -- ko -- ko! __ Me ren -- kon -- traz ma mes -- trez Ti -- ko -- ko -- ko! __
E -- kreiz ar hoad o we -- lo Ti -- ko -- ko! __ E -- kreiz ar hoad o we -- lo __ Ti -- ko -- ko -- ko! __
}


Disul vintin, ha pa zaveen,
Ho renn drenn drenn Ho la la ri tra
Ho renn drenn drenn Laridenna !

Da chibouez ar had a ienn,
Tikoko !

bis

Chibouez ar had ar hévélek
Ho renn drenn drenn Ho la la ri tra
Ho renn drenn drenn Laridenna !

Me renkontraz ma mestrez
Tikoko !

bis

E-kreiz ar hoad o wele
Tikoko !

bis


Mestrez iaouank, d’i me laret :
Ho renn drenn drenn etc.

Goz da berag a welet ?
Tikoko !

bis


Gwelo a rann ha keuz a meuz :
Ma inor a vo kollet !

Ha me krogaz n’i daouarn gwenn,
Hi digas da vord ar hoad.

Da verd ar hoat, pa oa digouet
Hi’n em lakaz da gano.

Mestrze iaouank, d’i me laret :
Goz da berag a ganet ?

Kano a rann, ha joa a meuz :
Ma inor a chomm gen en.


————


Cette mélodie, dont la première phrase a dans sa terminaison une saveur hypodorienne, conclut dans le mode majeur ; elle n’en a pas moins un grand caractère. Si l’on analyse sa construction rythmique, on trouve une période de six mesures, dépourvue de pendant et deux phrases de quatre mesures qui se correspondent.

Chantée par Marie Jeanne Pérèz, femme Guillou
Quimperlé

IANNIK AR BON-GARÇON



\version "2.16.2"
\relative c'{
    \clef treble
    \key b \major
    \tempo \markup {Moderato.}
    \autoBeamOff
    \time 2/4 
    r8 fis fis b | b4 cis8([ dis]) | b([ ais16]) gis ais8 b | cis4 e8([ dis]) | cis2 ~ | cis16 r dis8 b cis | \break
    b4 cis | b8([ ais16]) gis ais8 b | cis4 e16([ dis8.]) | cis2 ~ | cis16 r cis8 fis fis | dis4 dis8 cis | b4 b8 dis | \break
    cis fis, b4 | cis2 ~ | cis16 r fis,8 fis cis' | b4 cis8([ dis]) | b([ ais16]) b cis8 dis | cis4 b8([ ais]) | b2\fermata  \bar "|." 
}
\addlyrics {
Ur mar -- c’ha -- dour bi -- han, euz ar ger a Rou -- an __ Zo et da
Ger -- ha -- es, da foa -- rio ga -- lan -- goan __ Da bre -- na daou c’houpl sa -- out, ur c’houpl
oc’h -- enn i -- we, __ E -- wit go -- nit gant -- he __ e -- bars ar foar ne -- we.
}


Ur marc’hadour bihan, euz ar ger a Rouan
Zo et da Gerhaes, da foario galangoan
Da brena daou c’houpl saout, ur c’houpl oc’henn iwe,
Ewit gonit ganthe e-bars ar foar newe.[7].


————


L’air de ce gwerz est dans le mode majeur.

Chanté par Mr Le Goaz
Guingamp

KIMIAD ANN ENE



\version "2.16.2"
\relative c'{
    \clef treble
    \key c \major
    \tempo \markup {Larghissimo.}
    \time 6/4 
    \partial 4*1
    a'4a2 b4 a( gis) a | b2. ~ b4 r b( | e2) e4 e( d f) | e( d) c b ~ b8 r c4 | a2 b4 a( gis) a | \break
    b2. ~ b4 r b( | e2) e4 e( d f) | e( d) c b ~ b8 r c4 | d2 e4 c2 b4( \grace{\stemUp a8)  } \stemNeutral | a2. ~ a2 r4 | \break
    b2. c2 gis4 | a( gis) a b ~ b8 r c4 | d2 e4 c2 b4( \grace{\stemUp a8) } \stemNeutral |  a2. ~ a4 r2 \bar "||"|\time 9/4 b2. e4( d) e c2 b8( a) | a2.\fermata \bar "|." 
}
\addlyrics {
Di -- dos -- tait da gle -- vet __ Ka -- na ann dis -- par -- ti __ di -- dos -- tait da gle --
vet __ Ka -- na ann __ dis -- par -- ti __ A ra ann e -- ne __ mad __
pa ea mez deuz ann ti. __ A ra ann e -- ne __ mad __ pa oa mez deuz ann ti.
}


Didostait da glevet Kana ann disparti
didostait da glevet Kana ann disparti
A ra ann ene mad pa ea mez deuz ann ti
A ra ann ene mad pa oa mez deuz ann ti.[8]


————


Cette mélodie est dans le mode mineur, qui n’est pas à beacoup près le mode le plus répandu qu’il y ait en Bretagne. Sa construction rythmique serait tout à fait régulière, sans l’apparition d’une mesure à 9/4 dans la phrase finale.

Chantée par Françoise Legall
Belle-Isle-en-Terre

UR ZON KERNÉ



\version "2.16.2"
\relative c'{
    \clef treble
    \key bes \major
    \tempo \markup {Vivace.}
    \autoBeamOff
    \time 2/4 
    \partial 4*1
    f8 bes a bes | c bes g f | f bes a bes | c c  bes4 f8 bes | a bes c c | bes4 r8 f | bes bes bes bes |
    bes bes a a | d c d c | d c bes bes | a bes c d | d c d c | c bes a bes | c bes4. ~ | bes8 r r4 \bar "|." 
}
\addlyrics {
C’houi zeui -- o ga -- né, ma mes -- tres Na da dro -- c’ho ar sé -- gal Na da dro -- c’ho ar sé -- gal Ho ne dan ket, ma
zer -- wi -- cher Di -- jo -- bi -- dei tra la la la Ho ned an ket, ma zer -- wi -- cher Rac tro -- c’ho a rin ma gar.
}


C’houi zeuio gané, ma mestres
Na da droc’ho ar ségal
Na da droc’ho ar ségal
Ho ne dan ket, ma zerwicher
Dijobidei tra la la la
Ho ned an ket, ma zerwicher
Rac troc’ho a rin ma gar.

C’houi zeuio gané, ma mestres
Na da droc’ho ar guinis, (bis)
Ho ne dan ket, ma zerwicher etc.
Rac troc’ho a rin ma biz.

C’houi zeuio gané, ma mestres,
Hirio da droc’ho ar c’herc’h,
- Oh! ned an ket, ma servijer
Ho ne dan ket etc.
Rak chom a rafenn var lerc’h.

C’houi zeuio gané, ma mestres
Hirio da droc’ho ann hei,
Ho ne dan ket etc.
Rak troc’ho a rin a glei.

C’houi zeuio gané, ma mestres
Na da droc’ho ann ed du,
Ho ne dan ket etc.
Rak ne ouzon ket ann tu.

C’houi zeuio gané, ma mestres
Da ijo ann avalou,
Ho ne dan ket etc.
Rak toul eo ma godellaou.

C’houi zeuio gané, ma mestres
Da ijo ar vézenn ber,
Ho ne dan ket etc.
Rak toull eo ma davanjer.

C’houi zeuio gané, ma mestres
Da ijo ar vézenn brun,
Ho ne dan ket etc.
Rak terri rafenn ma iun.

C’houi zeuio gané, ma mestres
Na da ijo ar gregon,
Ho ne dan ket etc.
Rak na c’houl ket ma c’halon.


————


Ce sône est dans le mode majeur. Son rythme serait parfaitement carré sans la répétition du deuxième membre de deux mesures de la première phrase. C’est un spécimen des chansons de danse de la Cornouailles, chansons très vives et très alertes, dont le caractère est tout opposé à celui qu’on attribue d’ordinaire à la musique bretonne.

Chanté par M Plassart
Morlaix


ER VROHÉK RU



\version "2.16.2"
\relative c'{
    \clef treble
    \key c \major
    \tempo \markup {Vivace.}
    \autoBeamOff
    \time 2/4 
    a'8 b c a | a gis a a | c b c d | e4 e | a,8 b c a | \break
    a gis a a | c b c d | e4 ~ e8 r | e4 f8. e16 | d8 c e d | \break
    d c b a | c4 b | e f8. e16 | d8 c e d | d c b a | a4 ~ a8 r \bar "|." 
}
\addlyrics {
Mem -- wè chué -- jed or vès -- tres. Or pla -- hek a da -- chen, Ge! Mem -- wè chué -- jed
or vès -- tres. Or pla -- hek a da -- chen __ Ta -- rik ta -- rik lan la Hi
la -- rè d’ein y a, Ho! Ta -- rik ta -- rik lan la Hi la -- rè d’ein y a. __
}


Memwè chuéjed or vèstres.
Or plahek a dachen, Ge !
Memwè chuéjed or vèstres.
Or plahek a dachen
Tarik tarik lan la
Hi larè d’ein y a, Ho !
Tarik tarik lan la
Hi larè d’ein y a.

Me mont a goulen digeti.
Na hi dwé madow. Gé !
Tarik tarik lan la
Hi larè d’ein y a, Ho !
Tarik tarik lan la
Hi larè d’ein y a.

Ha mé kerhet on deüec’h
Vi’ monet hi guelet Gé !
Tarik etc.
A hi n’en dwé nitra ; Ho !

Nemeit or goc’h viohék biskorn
E wè e korn er hrow, Ge !
E wè d’i amiyow Ho !

Ha nemeit or goc’h vrohék ru
E wè doc’h er berchen, Gé !
E wé karguet à huen, Ho !


————


Cette mélodie est un spécimen des chansons de danse des Côtes-du-Nord. Elle est dans le mode mineur et parfaitement carrée.

Chantée par M. Jos. Loth
Guéméné

EN ANGELUS



\version "2.16.2"
\relative c'{
    \clef treble
    \key fis \major
    \tempo \markup {Lentissimo.}
    \autoBeamOff
    \time 6/8 
    \partial 8*1
    cis8fis4. gis4. | fis4 eis8 dis([ eis]) fis | gis4. fis8 gis ais | b4. ais4. | gis8([ fis]) ais gis4. ~ | gis4 r8 fis4 gis8 | \break
    ais4. gis8([ fis]) ais | gis4. dis4 gis8 | fis4.( eis4) r8 | fis4 gis8 ais4. | gis8([ fis]) ais gis4. | dis4 cis8 dis4 gis8 | fis4. ~ fis4 r8 \bar "|." 
}
\addlyrics {
Ni hou sa -- lud guet ca -- ran -- té, Rouan -- nès er saent hag en é -- lé; __ Hui e
zou be -- ni -- guet O Pi -- a __ Hag a broe -- ceu car -- guet A -- ve Ma -- ri -- a! __
}


Ni hou salud guet caranté,
Rouannès er saent hag en élé ;
Hui e zou beniguet
O Pia
Hag a brœceu carguet
« Ave Maria ! »[9]


————


Ce cantique, aux paroles duquel un mélange de breton et de latin donne une naïveté charmante, est dans le mode majeur. Si l’on considère chaque mesure à 6/8 comme la réunion de deux mesures à 3/8 on trouve que sa composition rythmique renferme deux phrases de cinq mesures (à 3/8) qui se correspondent, et deux membres de sept mesures (à 3/8) également appariés.

Chanté par M. Jos. Loth
Guéméné

ME A ZO DEUT BETEK AMAN



\version "2.16.2"
\relative c'{
    \clef treble
    \key a \major
    \tempo \markup {"Allegro moderato."}
    \autoBeamOff
    \time 2/4 
    d'8 b cis d16([ cis]) | b8 cis a4 | d8 b cis cis | d4 cis8 r | \break
    fis, b cis d16([ cis]) | b8 cis a b | a fis gis a | cis4 b ~ | b8 r r4 \bar "|." 
}
\addlyrics {
Me_a zo deut be -- tek a -- man e -- vit ka -- na eun dans
Bre -- man pa hon a -- ru -- et na gre -- dan ket a com -- mans. __
}


Me a zo deut betek aman evit kana eun dans
Breman pa hon aruet na gredan ket a commans.


————


Cette chanson de Cornouailles est dans le mode phrygien. Le phrygien, comme le dorien, est basé sur une dominante, et sa terminaison, dans laquelle le sens reste suspendu, déroute un peu notre oreille.

Bien qu’elle ait été recueillie à Plestin, cette chanson est originaire de Scrigniac en Cornouailles.

Chantée par Magalon (bourrelier)
Plestin

ER VWÈS TAPE’ MAD



\version "2.16.2"
\relative c'{
    \clef treble
    \key f \major
    \tempo \markup {"Allegro vivo."}
    \autoBeamOff
    \time 2/4 
    a'8 g a g | a4 d | c2 | a8 bes c bes16 a | g4 a8 a | f4 ~ f8 r | \break
    g g a a16 a | d,4 g8 g | a4 ~ a8 r | a g a g | a4 d | c4. r16 c | \break
    a8 bes c bes16([ a]) | g4 a | c8 bes a4 ~ | a4. r16 a | a8 bes c bes16([ a]) | g4 a | g2\fermata  \bar "|." 
}
\addlyrics {
Pe -- nost i reiñ méñ kram -- poèc’h Al -- lon la di -- ge da al -- lon la __
al -- lon la di -- ge da al -- lon la __ Pe -- nost i reiñ méñ kram -- poèc’h A
pen de men daor i Bla -- wèc’h kom -- mèr? __ A pen de men daor i Bla -- wèc’h?
}


Penost i reiñ méñ krampoèc’h
Allon la dige da allon la allon la dige da allon la
Penost i reiñ méñ krampoèc’h
A pen de men daor i Blawèc’h kommèr ?
A pen de men daor i Blawèc’h ?

Ima mem bleud e’r Gemené
Allon la etc.
A me zrébé e Kimperlé ;

Ha me varikèl i’r bod fav
A me rozèl e’r bodék skav [10]


————


Cette chanson, d’une allure franche et naturelle, est dans le mode phrygien. Sa construction rythmique offre un exemple assez remarquable de la division tripartite, chère au tempérament breton. Si on l’analyse, on voit qu’elle se compose de deux périodes, composée chacune de trois phrases de trois mesures. D’après notre notation la deuxième phrase de la seconde période renferme quatre mesures au lieu de 3 ; mais la mesure en plus tient ici lieu de point d’orgue et sa présence n’altère en rien la symétrie de la composition rythmique.

Chantée par Mr Le Fur
Guéméné

GOURC’HEMENNEU DOUÉ



\version "2.16.2"
\relative c'{
    \clef treble
    \key as \major
    \tempo \markup {"Andante maestoso."}
    \autoBeamOff
    \time 2/4 
    \partial 8*1
    ees8 aes bes c aes | c4 bes | aes r8 ees | aes bes c aes | c4 bes | aes4. r8 | \break
    bes2 | c8 bes aes bes | c4 f, | ees r8 ees | aes bes c aes | c4 bes | aes ~ aes8 r \bar "|." 
}
\addlyrics {
Un Doué hemb quin e a -- do -- rei Ha par -- fai -- te -- ment e ga -- rei.
Han Doué e guen ne dou -- ieï quet, Ne dré ni -- tra en dès croué -- et.
}


Un Doué hemb quin e adorei
Ha parfaitement e garei.
Han Doué e guen ne douieï quet,
Ne dré nitra en dès crouéet. [11]


————


Cette chanson religieuse nous offre un exemple de la première destination de la poésie chantée chez les peuples primitifs. C’est pour mieux graver dans la mémoire des Bretons les commandements de Dieu que les missionnaires eurent l’idée d’y adapter une mélodie. Celle-ci par la simplicité et la netteté de son contour, convenait admirablement à cette destination. Tout le monde la chante en Bretagne.

Au point de vue de la construction rythmique, elle se compose d’une phrase de trois mesures qui se répète deux fois, d’une phrase de quatre mesures et du retour de la phrase initiale de trois mesures.

Chantée par M. Jos. Loth
Guéméné

CANNEN EVIT DANSAL



\version "2.16.2"
<<
\new Staff {
  \relative c'{
    \clef treble
    \key bes \major
    \tempo \markup {Presto}
    \autoBeamOff
    \time 2/4
    r8 ees' d c | bes bes g c | d ees d c | bes bes g c | d r r4 | \break
    R2 *2  | r8 g, a bes | c4 c8 d16 ees16 | f8 g g f |ees c16 d ees8 d | \break
    c bes g c | d4 r | R2 *3  | R2 \bar "|." 
  }
  \addlyrics {
  E stu -- di be -- lec me zo bet bars e Guin -- gamp e San Bri -- ec
  «e San Bri -- ec» Tra la la la la la la la la la la la
  la la la la la!
  }
}

\new Staff {
  \relative c'{
    \clef treble
    \key bes \major
    \autoBeamOff
    \time 2/4
    R2 *3  | r8 bes' g c | d ees d c |
    bes g a bes | c ees d c | bes g a bes | c4 r4 | R2 *2  |
    r8 bes g c | d4 d16([ ees]) d ees | f8 g g f | ees c16 d ees8 d | c bes g c | c2\fermata  \bar "|." 
  }
  \addlyrics {
  «e San Bri -- ec» E stu -- di
  be -- lec me zo bet bars e Guin -- gamp e San Bri -- ec
  «la la la la» Tra la la la la la la la la la la la la la la la la!
  }
}
>>


E studi belec me zo bet bars e Guingamp e San Briec
Tra la la la la la la la la la la la la la la la la !


————


Cette chanson appartient à la classe des chansons de danse alternées qui s’exécutent toujours à deux voix et dans un diapason assez élevé, La présence obligée de deux chanteurs n’a pas pour but de présenter le motif sous forme de duo, mais de rendre la fatigue moins grande, en la divisant. L'un des chanteurs entonne la première phrase, l’autre lui répond et ainsi de suite. Comme ce dialogue musical ne doit pas apporter la moindre perturbation à l’unité rythmique, chaque chanteur a soin d’attaquer, avant le début de sa phrase, les dernières notes de la phrase chantée par son partenaire. Il se produit ainsi à la fin de chaque période un rinforzando résultant de la superposition des deux voix qui imprime un nouvel élan au chant et à la danse.

L’air de celle chanson sert d’accompagnement à la danse appelée bal.

Chantée par M. Nicolas
Huelgoat


Nous ne donnons pas la suite des paroles qui dans ce genre de chansons n’ont qu’un intérêt secondaire. On a l’habitude en Bretagne d’appliquer à ces thèmes de danse n’importe quelle poésie dont le rythme s’accorde avec le rythme musical.

  1. Nous publions pour la première fois des textes en dialecte bas-vannetais, c’est-à-dire dans le language parlée entre le Scorff et l'Ellé, dans le nord-ouest du département du Morbihan. Aussi avons-nous tenu à reproduire les sons de ce dialecte aussi exactement que possible. Pour les voyelles, les accents ont la valeur des accents français. L’e non accentué a la valeur d’un e muet français, de l’y gallois non accentué. Eu, ou représentent les mêmes sons simples qu’en français. K, g ont toujours le son dur. S devant un t a le son du ch français. Ch se prononce comme en français.
    Le son le plus particulier de ce dialecte ainsi que du vannetais en général, c’est celui de l’u consonne ou u spirant. Il y a eu en vannetais un u consonne, de même qu’en face de ou (français) il y a un ou consonne équivalent au w anglais. Nous le représentons par .

    Note de M. Joseph Loth

  2. Voir Gevaert, Histoire et Théorie de la musique de l'antiquité, T. II, p. 157.
  3. Pour la suite des paroles voir Luzel, Chants populaires de la Basse-Bretagne, SILVESTRIK (2de version) T.I, p.362.
  4. Nous ne donnons pas les autres paroles, cette complainte étant interminable et offrant peu d’intérêt.
  5. Nous ne pouvons donner ici tous les couplets, cette chanson durant quelquefois depuis dix heures du soir jusqu’à minuit.
  6. Ce cantique est si populaire en Bretagne que cela nous dispense de donner la suite des paroles bretonne.
  7. Pour la suite des paroles bretonnes, voir les Chant populaires de la Basse-Bretagne de Luzel, T1 p.354. Le début de cette chanson est donné par Luzel comme une variante de Iannik le Bon-Garçon
  8. Pour la suite des paroles, voir le BARZAZ BREIZ du Vte H. de la Villemarqué.
  9. Pour la suite des paroles bretonnes voir le recueil vannetais : GUERZENNEU EID OL ER BLAI Vannes, chez Galles.
  10. Nous ne donnons pas les autres couplets qui ne semblent pas se rapporter à ce qui précède.
  11. Nous croyons inutile de donner la suite des paroles bretonnes, qui sont tirées du recueil vannetais : GUERZENNEU EID OL ER BLAI. Vannes, chez Galles.