Pajenn:Luzel - Gwerziou Breiz-Izel vol 1 1868.djvu/134

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gwiriekaet eo bet ar bajenn-mañ



   — Tawet, mestrik, na oelet ket,
Me a reï d’ac’h-c’hui ’vel bepred ;

   Me a reï d’ac’h-c’hui ’vel bepred,
Met monet ganac’h da gousket ;

   Met monet ganac’h da gousket,
Ha monet iwe, mar be red. —


V


   Pa oant dimet hag eureujet,
Ha poent d’ez-hi mont da gousket[1],

   Oc’h arruout unan en ti,
Peder sierj-koar dira-z-hi ;

   Peder sierj-koar dira-z-hi,
Ur goulou-koar war bep-gouli !

   — C’hui eta oc’h euz eureujet
Ann hini a deuz ma lazet ?

   Ma c’huzet e-touez ann deillou,
Met ma botou ha ma loerou ! —

   — Ha petra vezo gret out-hi ? —
— Klask pevar marc’h d’hi ziframmi !

   Klask pevar marc’h d’hi ziframmi,
Gori ar forn hag hi dewi ;

   Ha gant ann tan pa vo dewet,
Gant ann awell ’vezo gwentet ! —


Ur baourez koz a Blougonver. — 1855.


──────────
  1. On trouve une situation analogue dans le recueil de M. Jérôme Bujeaud, Chants et chansons populaires des provinces de l’Ouest (tome II, page 239), à la pièce qui porte le titre de : Le Mari assassiné :

    …… Quand fut au lit, le soir des noces.
    Elle aperçut un ange blanc,
    Qui avait l’ cœur couvert de sang.

    — Ah ! tiens-le bien, ma chère femme.
    Ah! tiens-le bien entre tes bras,
    Celui qui m’a mis au trépas.

    Garde-le bien, ma chère femme.
    Garde-le bien toute ta vi’,
    Moi, je m’en vais dans l’ paradis ! —