Pajenn:Le Garrec - Moueziou an Abardaë-Noz.djvu/155

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
— 151 —



« Setu d’emp^eur mevel neve
« Hag ouz e heul kant skoed leve [1],
Gant ma savo grén ha difall
Vel m’eo diwanet ar re-all.

« Forz pegement a vugale
« Pa vent divac’hagn da vale ;
« Ni oa pemzek e ti va zad,
« Holl hon deus graet fortuniou mad.

« Ni koulskoude n’ hon deus netra
« Med hon foan da c’honid bara ;
« Poan divrec’h a gavimp bepred,
« Ha Doue d’an nec’h pa vo red.

« Ra kresko hon fôtrig bihan
« D’ober ive fae war ar boan,
« D’ober eur gwir Vreizad, eun dén
« Reud e zivrec’h, stard e gredenn !

« Ra vo, gant Doue d’e zikour,
« Distagellet ha teodet flour
« Da gomz ar yez koz brezonek,
« Yez an dud eün ha kalonek ! »

Neuze, kreiz ar stokadeg gwér,
Pep-hini zistag e damm gér :
« Yec’hed d’ar vamm, yec’hed d’an tad,
« D’ar vugale avantur vad ! »

Met duhont, er broiou uhel,
Pa zigoue d’eur paour-kêz bugel

  1. Un dicton populaire considère le nouveau-né comme apportant 300 francs de rente