Pajenn:Duhamel - Gwerziou ha Soniou Breiz-Izel.djvu/147

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
131



« Lavar d’in petra eo unan? »
« Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv,
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv.
Petra eo daou ? Daou destamant ;
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv,
Eun Doueh’pken, pe hini ’zo en nenv. »
« Petra eo tri ? »
« Tri Ferson an Drindet ;
Daou destamant ;
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv,
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv. »
« Petra eo pevar ? »
« Pevar Avieler ;
Tri Ferson an Drindet ;
Daou destamant ;
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv,
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv. »
« Petra eo pemp ? »
« Pemp bara an dezert ;
Pevar Avieler ;
Tri Ferson an Drindet ;
Daou destamant ;
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv,
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv. »
« Petra eo c’houec’h ? »
« C’houec’h podad gwin,
En Kana Galile ;
Pemp bara an dezert ;
Pevar Avieler ;
Tri Ferson an Drindet ;
Daou destamant ;
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv,
Eun Doue h’pken, pehini ’zo en nenv. »


TRADUCTION. — « Dis-moi ce que c’est qu’un ? » — « Un Dieu, sans plus, qui est au Ciel (bis). » — « Qu’est-ce que c’est que deux ? » — « Deux testaments ; — Un Dieu, sans plus, qui est au Ciel. » — « Qu’est—ce que c’est que trois ? » — « Les trois Personnes de la Trinité ; — Deux testaments ; — Un Dieu, sans plus, qui est au Ciel. » — « Qu’est-ce que c’est que quatre ? » — « Quatre Evangélistes ; — Les trois Personnes de la Trinité ; — Deux testaments ; — Un Dieu, sans plus, qui est au Ciel. » — « Qu’est-ce que c’est que cinq ? » — « Les cinq pains du désert ; — Quatre Evangélistes ; — Les trois Personnes de la Trinité ; — Deux testaments ; — Un Dieu, sans plus, qui est au Ciel. » — « Qu’est-ce que c’est que six ? » — « Les six pots de vin, — A Cana, en Galilee ; — Les cinq pains du désert ; — Quatre Evangélistes ; — Les trois Personnes de la Trinité ; — Deux testaments ; — Un Dieu, sans plus, qui est au Ciel. »

Chanté par Yves Menguy, Pleven.

N. B. — J’ai cru devoir donner plusieurs couplets de cette curieuse chanson, en raison des particularités de sa prosodie, où chaque “ réponse ” (de mètre inégal), se développe progressivement, par la répétition des réponses précédentes. — Même structure pour la version suivante et les deux versions de Gouspero ar Raned, dont je ne note que le premier couplet.