Pajenn:Cadic J.-M. - Mab ur prins bras galuet de chervij Doue - RM,1893.djvu/4

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n’he deus ket ezhomm da vezañ adlennet.
315
VOCATION DU FILS D’UN GRAND PRINCE


14. — Comment encore porter des sabots de bois, après avoir porté des souliers noirs bouclés ?

15. — Dieu m’aidera du haut du ciel ; ma mère, priez-le pour moi.

16. — Adieu, à vous, parents chéris ; mais à mes frères je ne dis pas adieu ;

17. — A mes frères je ne dis pas adieu ; ils viendront me voir peut-être.

18. — Mais la mère en perdant son fils tomba dans une grande tristesse.

19. — Souvent, et la nuit et le jour, elle soupirait dans son cœur.

20. — Avant la troisième année révolue, elle partit elle-même pour le voir.

2l. — Bonjour, ma mère, vous êtes toujours en vie : hélas ! mon pauvre père ne l’est plus.

22. — O mon Dieu ! quelle joie pour une mère de revoir ses enfants !

23. — Pour une mère de revoir ses enfants et faire cent lieues pour cela !


Recueilli et traduit par J.-M. C.


————