Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/240

Eus Wikimammenn
Aller à la navigation Aller à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
185
saint david.
un troisième chanoine.

Il nous est temps de l’aller trouver jusqu’à Ménévie, sans nous arrêter. Allons vite et promptement à l’abbaye fondée par Patrice, ainsi qu’il l’a prédit.

Et ils s’en vont.

Bonjour, lumière et vraie joie en cette abbaye actuellement. Nous sommes venus vous voir exprès, et chercher un homme que nous connaissons ; et pour commencer par des paroles claires, pour parler en peu de mots à Divy.

le portier de l’abbaye de Ménévie.

Messieurs, venez dans la maison ; il est dans l’abbaye pour vous servir. Il est sans mentir dans son étude. Après qu’il a dit sa messe, le saint homme nous instruit ; venez donc le trouver.

le chanoine de la ville de Léon.

Je vous salue bien, Divy ; j’ai grande joie de vous voir : je veux d’abord vous entretenir. Hélas ! Divy, nous sommes bien affligés. La place