Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/214

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n'eo ket bet adlennet


expreset LE SECOJYD AVOCAT. lls sont actuellement présents devant nous. LE PREMIER AVOCAT. Parlez ici sansvous arrèter. Montrez, Henry, votre livret. • LE SECOND AVOCAT. Le voici sous le sceau; vous ne serez pas long-temps sans le voir. LE PREMIER AVOCAT. II doit y avoir ici dix écus qui sont restés en~ tre les mains de Julien. Les as-tu portés avec toi? JULIEN. Sur ma foi, je ne les ai point. LE PREMIER AVOCAT. S’il ment, le prouverais-tu ? HENRY. Je ne le ferais pas, car ce fiit en secret que je les prêtai dans une église de campagne. Je les lui donnaisur son serment. Je les ai consacrés â la Sainte. Je voudrais, s’il était possible, qu’oñ vint exprès sur sa