Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/210

Eus Wikimammenn
Aller à la navigation Aller à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
155
les miracles.

tout son pouvoir secourir et soutenir les pauvres, été et hiver, sans rien craindre,et ne pas décevoir les forts, ni les fouler en aucune occasion. Le plat de derrière de l’épée signifie que le juge plus que tout autre doit être sourd vis-à-vis de plusieurs, sans être crédule à leurs enchantements. Etre inégal serait une faute : L’autre plat signifie que, devant le public, il doit être ce premier jour et doux et humble comme auparavant, se tenir toujours sur le droit chemin, sans fouler son prochain en aucune façon. La croix lorsqu’on la porte signifie qu’on doit y avoir foi, et être bon et ferme au premier chant, et donner la vraie justice à chacun sans tromper aucun. Le place de la main ornée servant à soutenir l’effort, signifie que nul ne doit être inconstant, ni souffrir en aucune façon que l’on mette le tort à la place du droit, ni que l’on attaque les droits d’un autre. Si quelqu’un vient le surprendre et le pousser par des signes non équivoques, il doit le terrasser de suite, la main fermée et bien serrée, et l’éloigner sans craindre personne. Et s’il continue, il l’achèvera. Le pommeau excellent est un témoin qui signifie évidemment que les honnêtes gens par