Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/202

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n'eo ket bet adlennet


rramant chercher Nonita pour les joies du Paradis; qu’a-près sespeines elle soit certainement heureuse; qu’elle jouisse de la véritable allégresse, ma vraie sainte, ma vraie religieuse just«, qu’elle jouisse de la véritable joie sans aucune fin. LES ANGES. Viens, Nonita, n’aie pas peur, viens trouver la Trinité avec contentement. Ton temps est achevé sans tache; viens au-dessus des étoiles avec beaucoup de mérite. ( Et elle est portèe dans le Paradis.) A toi est avee raison la victoire, et beaucoup de profit â gagner. Viens jusqu’â la cour céleste, jusqu’au Paradis le plus élevé. les voisins, les prétres, et autres. Nous croyons parfaitement qu’elle est décédée, la refigieuse pleine de courtoisie. 11 est â propos de Tensevelii*; hâtons-nous, ne tardons pas; le temps est venu sans doute de lui préparer avec charité une tombe neuve, et de faire son enter-rement avec pompe.