Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/138

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n'eo ket bet adlennet


ment de ces paroles. Le docteur Gildas l’assure, et sa prédiction sera vraie. LE ROI TRISINIUS. Je suis émerveillé, vous pouvez le croire; car Gildasest certaineinent un homme sage; illaisse le soin de son diocèse, et il se retire de devant nous, et nous abandonne sans se moquer entre les mains d’un enfant qui n’est pas encore né, mais qui est annoncé par l’ange. C’est une chose qui arrivera clairement, une chose qui paraitra toute naturelle; car c’est un homine digne, un homme pur, etil nouslaisse tout-â-coup. UN PREMIER MAGICIEN. Je suis sans doute un magicien, et je verrai devant moiâprésent les diables minces etfaibles, lorsque je lirai 1’écrit de Python, et qu’â J eton-nement de tous les démons, j’exercerai 1’hygro-mancie. UN SECOND AUGURE. Je suis considéré comme un augure,et honoré comme un enchanteur. Je suis un grand devin,