Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/116

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n'eo ket bet adlennet


bet man NONITA. J’étais restée seule pour t’écouter en cachette, au nom du Fils de Dieu, qui est le vrai roi du pays, et entendre ime fojs ta doctrine. GILOAS. Vraie religieuse et tout-â-fait courtoise, je vous ordonne de vous retirer d’ici, jusqu’k ce que le temps spjt venu de venir me trouver; et alors je pourtai prooéder en toute perfection. Avec vraie raison, jeprêcherai comme il faut,je vous préviendrai, je m’en souviendrai. NONITA. II vaut mieui pour moi sortir contre mon dé-sir, et vôüS laisser; la raison me dit qu’il faut ' vous obéir; je tlois m’absenter, je m’en vais. SÂINT GILDAS. Messieurs, ypus qui ayez une vraie foi, venez vous asseoir dans Féglise: obéissez-moi en toute chose. Venez entendre les avis de l’Esprit-Saint, et ceque la foi enseigne pour mener une vie par-feite. Je, voijs parlerai, suivant l’état de