Pajenn:Bourgault-Ducoudray - Trente mélodies populaires de Basse-Bretagne.djvu/89

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ


DISUL VINTIN


Les partitions musicales sont temporairement désactivées.


Disul vintin, ha pa zaveen,
Ho renn drenn drenn Ho la la ri tra
Ho renn drenn drenn Laridenna !

Da chibouez ar had a ienn,
Tikoko !

bis

Chibouez ar had ar hévélek
Ho renn drenn drenn Ho la la ri tra
Ho renn drenn drenn Laridenna !

Me renkontraz ma mestrez
Tikoko !

bis

E-kreiz ar hoad o wele
Tikoko !

bis


Mestrez iaouank, d’i me laret :
Ho renn drenn drenn etc.

Goz da berag a welet ?
Tikoko !

bis


Gwelo a rann ha keuz a meuz :
Ma inor a vo kollet !

Ha me krogaz n’i daouarn gwenn,
Hi digas da vord ar hoad.

Da verd ar hoat, pa oa digouet
Hi’n em lakaz da gano.

Mestrze iaouank, d’i me laret :
Goz da berag a ganet ?

Kano a rann, ha joa a meuz :
Ma inor a chomm gen en.


————


Cette mélodie, dont la première phrase a dans sa terminaison une saveur hypodorienne, conclut dans le mode majeur ; elle n’en a pas moins un grand caractère. Si l’on analyse sa construction rythmique, on trouve une période de six mesures, dépourvue de pendant et deux phrases de quatre mesures qui se correspondent.

Chantée par Marie Jeanne Pérèz, femme Guillou
Quimperlé