Pajenn:Milin - Hirvoudou, 1856.djvu/1

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ


HIRVOUDOU.


————


Diwar skour eur wezen
N’he deuz mui a zeliou,
E dour eur c’houeren
E tiver va daelou.

Me zo ’l labouz bihan
Torret he ziouaskel ;
Ne hell nijal ac’han,
Nag a dost nag a bell.

N’ounn ket evit nijal,
N’ounn ket evit kana ;
Greet, mar kar, eunn all,
Selaou rinn ha ouela.

Me ouélo truezuz
Gant ar re ankeniet ;
Ann amzer gaer, euruz
Siouaz ! zo tremenet !

Gwechall dre ar c’hoajou
Me a gane laouen,
Evel ann evnigou,
Va breudeur, a garenn.

Pleget war-zu’nn douar,
Pleget gan-en va fenn.
Brema leun a c’hlac’har,
Ounn bevel oc’h ann den.

Ar vuez zo c’houero
Hag hi kaer da welet ;
Aliez ann drein garo
Gant ar bleun vez kuzet.


GÉMISSEMENTS


————


De la branche d’un arbre
dépouillé de ses feuilles,
mes larmes en coulant
se mêlent à l’eau d’un ruisseau.

Je suis un petit oiseau
qui a les ailes brisées,
qui ne peut s’envoler
ni près, ni loin.

Je ne puis m’envoler,
je ne puis chanter ;
qu’un autre chante,
je l’écouterai en pleurant.

Je pleurerai de compassion
avec les cœurs affligés ;
les jours de bonheur
sont passés, hélas !

Autrefois, dans les bois
je chantais gaiement,
comme les oiseaux,
mes frères, que j’aimais.

Aujourd’hui, la tête penchée,
penchée vers la terre,
je suis rempli de tristesse,
je suis semblable à l’homme.

La vie est amère,
bien que riante à voir ;
souvent de dures épines
se cachent sous les fleurs.