Pajenn:Luzel - Soniou Breiz Izel vol 1 1890.djvu/314

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
— 258 —


   Ter gwech d’an douar ez eo couezet,
Cloaregic Rozmar ’n eus hi goureet :

   — Tawet, Janedic, na oelet ket,
Me ia d’ar gêr, ma vefomp dimêt ;

   Me ia d’ar gêr, ma vefomp dimêt,
Met ober goab ouzoc’h n’am euz grêt.

   Pa oant dimezet hac eureujet,
Ar c’hloarec ’n eus dezhi lâret :

   — Penemet ma ’z oc’h-c’hui caonierès,
Me am boa grêt d’ac’h eur garlantès, [1]

   Nac eur garlantès a c’hreûn goular,
Hac eur zeïenn du bet ’an douar,

   Ewit ober canvou d’ho pried,
Janedic, pa oc’h eus meritet.


Mari-Anna Noan, claskerès-bara. — Duault.

______________



CLOAREC ROZMAR
(EILVET GWEZ)
____


I


   Ma ’c’h an da Gemper d’ar studi,
Me a gimiado kent ma ’c’h in.....

  1. La garlantès est une guirlande de verdure et de fleurs que des voisins moqueurs tressent pour une jeune fille dont le galant attitré épouse une autre femme, ou réciproquement, pour un jeune homme dont la prétendue a convolé ailleurs. On la suspend d ordinaire, la nuit qui précède les bans, soit à un arbre proche de la maison, «oit au toit même de la demeure habitée par l’amoureux ou l’amoureuse