Pajenn:Dizanv - colloque.djvu/88

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
88
COLLOQUE
Vous ne les romprez pas quand vous voudrez.
Monsieur, si j’y tombe, j’y veux mourir.
Je vous remercie de l'estime que vous faites de nos bretonnes.
Je dis la vérité.
Adieu, monsieur.


X. DIALOGUE.
Entre un Français et un Cocher Breton.
Cocher.
Monsieur.
Etes-vous loué ?
Que dites-vous ?
Ne m’entendez-vous pas ?
Je ne sais pas ce que vous me dites.
Je n’entends pas le francais.
Parlez breton.
Je vous demande si vous êtes loué.
Je vous entends bien à présent.
Non : où voulez-vous aller ?
A Paris.
En quel endroit ?
Au palais.
Combien vous faut-il ?
Deux livres.
Ne dorfet quet anezo pa guerrot.
Autrou, mar coüezan enno, e fell din mervel enno.
Me ho trugareca eus an istim hoc’h eus evit hor bretonezet.
Ar virionez a lavaran.
Adieu, autrou.


X. DIALOG.
Etre ûr Gall hac ûr C'hocher Breton.

Cocher.
Autrou.
Goprêt oc’h-hu ?
Petra livirit-hu ?
Ne glévit-hu quet ac’hanon ?
Ne oun quet petra ha livirit.
Ne klevann quet ar gallec.
Comsit brezonnec..
Goulen a ran ha c’houi so gajet.
Me hoc'h glev erfat breman.
Nan : pelec’h ê fell deoc’h monet ?
Da Baris.
E pe tu ?
D’ar palæs.
Peguement a renquit ?
Eiz real.