Pajenn:Dizanv - colloque.djvu/119

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
119
FRANÇAIS ET BRET0N.
Il est vrai.
Je vous prie de me permettre de m’en aller.
Je suis fâché que vous soyez si pressé.

Vous serez toujours le bien venu.
Je vous suis fort obligé.
Je ne mérite pas tant d'honneur.
Monsieur, je vous prie de demeurer encore un peu.
La compagnie vous en prie.
Ne laissez pas la compagnie.
Ne vous en allez pas sitôt.
C’est pour vous obéir.
Vous nous obligez.
Je voudrais pouvoir vous rendre ser-vice.
Vous êtes fort obligeant.
Je n’ai jamais été si bien traité.

Ce n’est que notre ordinaire.
Vous tenez bonne table en ce pays.
Le monde y est fort civil.
Monsieur, je suis bien aise de posséder votre présence.
Et moi d’être en votre compagnie.

Vous me trouverez toujours prêt à vous servir.
Guir eo.
Me ho ped da cavout-mad ez ajen em rout.
Glac’haret oun ma hoc’h eus quer hast.
Deut mat e viot bepret.
Trugarez am eus deoc’h.
Ne veritan quet quement a enor.
Autrou, me ho ped da chom c’hoas un neubeut.
Ar gompagnunez a bed ac’hanoc’h.
Na lisit quet ar gompagnunez.
Na d’it quet en ho rout quer buan.
Evit obeissa deoc’h eo.
Plijadur bras a rit deomp.
Me garre e c’hallen renta servij deoc’h.
Trugarezus bras oc’h.
Biscoas ne d’oun bet quercouls festet.
Nen d’ê nemet hon ordinal.
Cundu mat a dalc’hit er vro-mâ.
An dud so seven bras ennâ.
Autrou, joa bras ê guenen possedi ho presanç.
Ha me, da veza en ho compa-gnunez.
Va c’haout a reot bepret prest d’ho servija.