Pajenn:Dizanv - colloque.djvu/112

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
112
COLLOQUE
Les voici.
Ils sont trop longs.
C'est la mode.
Je sais mieux la mode que vous.
Ils ne me plaisent pas, ils sont trop larges, faites-m’en d’autres.
Vous êtes difficile.
M’en ferez-vous d’autres ?
En voici qui vous seront propres.
Essayez-les.
Ceux-là sont meilleurs que les autres.
De quel prix sont-ils ?
Ils valent trois livres.
C'est trop.
C'est le prix ordinaire, chacun m’en paie autant, le prix en est fait.
Je ne vous crois pas.
Vous pouvez me croire, je ne vou-drais pas vous tromper.



XXVII. DIALOGUE
Entre deux Français qui apprennent la langue Bretonne.

Apprenez-vous encore le Breton ?

Oui, et je n’y suis pas encore parfait.
Je continue aussi, je
Chetu int amâ.
Re hir int.
Ar c’his eo.
Guel he ouzon ar c’his eguedoc’h.
Ne blijont quet d’in, re ledan int, grit re-all d’in.
Rec’hus oc’h.
Re-all a reot-hu d’in-me ?
Ar re-mâ a vezo mat deoc’h.
Essaït-hi.
Ar re-se so guelloc’h eguet ar re-all.

A be priz int-hi ?
Ur scoëd a dallont.
Re eo.
Ar priz ordinal eo, pep hini a bae quement-se d’in, grêt eo ar priz anezô.
N’ho credan quet.
Va c’hridi a illit, ne falfe quet d’in ho trompla.



XXVII. DIALOG
Etre daou Gall a zesq
ar Brezonnec.

O tesqui ar Brezonnec emoc’h-hu c’hoas ?
Ia, n’edoun quet rez gantan c’hoas.

Me a dalc’h-mat ive,