Pajenn:Cadic J.-M. - Marionig - RBV,1899 (T1).djvu/3

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n’he deus ket ezhomm da vezañ adlennet.
145
LA JEUNE MARION


— « Venez avec nous, Marion ; venez à la maison ; nous parlerons beau à votre père s’il est fâché contre vous.

« Nous parlerons beau à votre père s’il est fâché contre vous ; quant à votre mère, ô Marion, elle ne vous dira rien ».

La jeune Marion pleurait, et ce n’était pas sans raison : elle s’éloignait de l’auberge et pourtant elle avait bien soif.

— « Cessez de pleurer, ô Marion, au prochain carnaval vous vous marierez. »

— « J’ai déjà vu le carnaval se renouveler bien des fois, ô ma mère, et je suis toujours jeune fille à marier ! »


Yan Kerhlen.


————
TOME XXI. — FÉVRIER 1899.
10