Pajenn:Cadic J.-M. - Kanen Morised - RM,1894.djvu/4

Eus Wikimammenn
Aller à la navigation Aller à la recherche
Ar bajenn-mañ n’he deus ket ezhomm da vezañ adlennet.
94
LA COMPLAINTE DE MAURICETTE

complainte : l’une, au cimetière, sur sa tombe. Elle a disparu depuis longtemps sans laisser la moindre trace.

L’autre fut élevée à l’endroit même où Mauricette perdit la vie. Par suite de graves mutilations qu’elle a dû subir pendant la période révolutionnaire, et même sous le règne de Louis-Philippe, de la part des soldats qui poursuivaient les réfractaires, cette croix était dans un état lamentable, pour ne pas dire à l'état de ruine complète.

Le recteur de Melrand en a entrepris la restauration. Pour mener cette œuvre à bonne fin, il a fait appel au concours des habitants de la paroisse, en leur faisant comprendre que cette croix était non seulement un acte expiatoire pour le crime commis en cet endroit, mais aussi un témoignage de la foi et de la piété de leurs ancêtres.

Cet appel a été entendu, et chacun a donné généreusement son offrande pour la restauration de la croix de Mauricette.

Cette croix, placée sur le bord d’une route bien fréquentée, en rappelant aux passants l’exemple de vertu et de fidélité à Dieu donné par une simple jeune fille de la campagne, sera pour eux un encouragement à persévérer dans le bien, et deviendra pour tout le pays une source de grâces et de bénédictions.


J.M.C.


————