Pajenn:Cadic J.-M. - En oed de zimeein - RBV,1897 (T2).djvu/2

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
450
L’AGE DE SE MARIER



« Mem boé lavaret t’oh me mam, lavaret t’oh, me zad,
Ma ne garoh men diméein é oé ret t’ein kuitat,
Ma ne garoh men diméein, oé ret t’ein kuitat bro :
Hillèh iouankoh aveit on mé zou diméet guerso.

« Hillèh iouankoh aveit on mé zou é terhel menaj ;
En dès bugalégeu menut hag e zei davout bras,
En dès ha meùel ha matèh, tachen pé kommenand,
Hag e ia liès d’er marhad, e saù eur hag argand.

« Perag enta, me zad, me mam, n’em lausket hui eùé
De ziméein p’en dé me hoant, p’en dé me volanté,
Un aval kentéh m’en dé blod e zou mât te zaibrein,
Ur verh iouank de drihuèd vlé zou mât te ziméein.

« Pe vé arriù ur verh iouank seihtek pé trihuèh vlé,
Dé ket guèlat e hra nezé, nameit fallat bamdé,
Pe vé arriù ur pautr iouank é pemb plé ar-n-uigént
Dé ket guèlat e hra nezé, nameit monet d’é hént.


————


TRADUCTION


L’AGE DE SE MARIER


————


Dans le bois de Véronic, il y a un petit oiseau de couleur rose ; un petit oiseau qui chante tous les soirs, à l’heure de minuit ; qui chante tous les soirs à l’heure de minuit, au moment où les jeunes gens goûtent leur plus doux repos.

Ce petit oiseau, dans son chant, répète sans cesse que la jeunesse passe vite pour faire place à la vieillesse. Il dit à ceux qui cherchent à s’établir qu’ils doivent choisir leurs fiancés et se marier en pleine jeunesse.