Pajenn:Cadic J.-M. - En Est - 5 Er hoarh 1 - RBV, 1892.djvu/2

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
209
LA MOISSON

Bout e zou mercheu splann hag e hra hanawet
Mar dé anvé er hoarh ha mat devout estet :
Nezen ol er goarheg, drest peb tra en dél glas,
E daul, pe duem en heaul, ur houst kriw, ur fal vlaz ;
En tadeu orgueillus, guet ou fenneu ihuel,
E seblant disprizein ha tampest hag ahuel ;
Ur beutren skan hum saw, kentéh el m’ou heijér,
Avel ur gogusen, én évr ag en amzér.
Guélein e hrér ehué é kouéh ar er mameu
Taul ha taul er golvan, er hoarér, er pengleu,
Hag, é peign doh bep pen, é tennein ol er gran,
Doh ou draibrein kentéh aveid torrein ou nan,
Pé doh ou hass a herr d’ou fousinedigueu
Ou gortô, gued hirreah, én don ag ou néhieu.


II


Neoah a pe dennér ur goarheg aneüé,
É ma rekis difforh, en eil doh é guilé,

————


Il y a des signes évidents qui font connaître si le chanvre est mûr et bon à être récolté.

Alors le chanvre tout entier, et particulièrement les feuilles vertes, exalent, sous la chaleur du soleil, une odeur forte et mauvaise.

Le chanvre-mâle, ]a tête haute et fière, semble mépriser le vent et la tempête ; dès qu'on le secoue, il jette une poussière légère qui, comme un nuage. s'élève dans l'air.

On voit aussi s'abattre sur le chanvre-femelle, tour àtour le moineau, le pinson, la mésange. Suspendus à chaque tête, ils en re­tirent les graines, les mangent pour assouvir leur faim, ou s'em­pressent de les porter à leurs petits, qui les attendent avec impa­tience au fond de leurs nids.

II

Cependant, quand on tire le chanvre mûr, on doit séparer le chanvre-mâle du chanvre-femelle.