Pajenn:Cadic J.-M. - Berjeren - RBV,1890 (T2).djvu/1

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adlennet eo bet ar bajenn-mañ
CHANSONS POPULAIRES BRETONNES


BERJÈREN


(Dialecte de Vannes.)


————


Cette chanson est une version vannetaise de celle dont M. de la Villemarqué a publié une version cornouaillaise dans le Barzaz-Breiz sous le titre de l’Epouse du Croisé (6e édition p. 146), et M. Luzel une version trégoroise, sous le titre des Deux Frères, dans les Gwerziou Breiz-Izel (1, 196).

Ces versions, quant au fond se ressemblent fort ; mais les nombreuses différences existant entre elles quant au style, à la phraséologie et même au détail des circonstances, montrent qu'elles sont, dans leur composition, indépendantes les unes des autres. Il est d’ailleurs curieux de comparer le même chant sous trois formes dialectales différentes. La version recueillie par notre collaborateur Yan Kerhlen nous semble la plus complète, mais elle n’indique point le lieu de la scène, que les deux autres placent au Faouët. Dans le Barzaz, le mari qui va à l’armée et qui confie sa femme à son frère est un chevalier, marc’heg iaouand ; dans les Gwerziou, c’est un gentilhomme. den-jentil iaouank ; et ici c’est un dragon, dragon iouank : cela se rapproche beaucoup, d’autant que ce dragon a un page, ce qui implique qu’il est gentilhomme, tout comme l’est nécessairement un chevalier. Dans le Barzaz-Breiz seulement, il est question d’une croix rouge que le marc’heg iaouang et ses compagnons s’appliquent sur l’épaule est-ce une croix de croisade ? Cela ne semble pas certain. Au XlVe siècle, dans la guerre de Blois et de Montfort, les partisans de ce dernier, marchant sous des chefs anglais, portaient souvent la croix rouge, signe national des troupes de l’Angleterre. Il n’y avait pas, il est vrai, de dragons à cette époque, aussi le dragon n’a pas de croix.

Très probablement, du reste, il ne s’agit pas ici d’un fait local. Ces infortunes d’une jeune femme confiée à un beau-frère avare et brutal sont un des thèmes exploités sous toutes les latitudes, par la poésie populaire avec un enemble qui rend bien difficile d’en retrouver le lieu d’origine : on a retrouvé ce sujet, entre autres, en Provence, en Cata-