Pajenn:Buhez Santez Nonn.djvu/96

Eus Wikimammenn
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ar bajenn-mañ n'eo ket bet adlennet


mecher mon plaisir. Je vois en vous une très jolie fille ; au milieu de Tété,jevous trouvebelle, ne ren-dez pas inutile ma rencontre. NONITA. Quand je devrais souffrir une mort rude et froide, je ne m’abandonnerai â aucun homme : j’aimerais mieux mourir sans mérite que de me livrer â un tel plaisir. le hoi en la violant. Ainsi vous ne voulez pas me céder, ni consen-tir â ce que je vous demande; alors je vous y forcerai assurément, puisque vous connaissez très bien mon désir, et que vous n’avez aucun prétexte pour me refuser; je ferai ma voionté et mon plaisir. nonita a elle-méme. Mon aventure est des pius étranges; je suis si infâme aux yeux du monde, que l’on murpiurera quand je paraitrai. Tout le monde m’accablera de reproches.Quand j’y réfléchis, je ne puis me !e déguiser, ce que j’ai fait est un sac